Catégories
Seine Saint-Denis
Journées du Patrimoine Montreuil

Mozinor, classé architecture remarquable

S’il y a un site à ne pas manquer lors des prochaines Journées du patrimoine 2021, c’est bien Mozinor, à Montreuil. Récemment labellisé « Architecture contemporaine remarquable », il constitue un site industriel unique en France.

Imaginée par Claude Le Goas, urbaniste de la ville de Montreuil de 1958 à 1990 et créée par la Ville, en 1975, cette cité industrielle verticale accueille sur 5 étages usines et ateliers. Celle-ci avait pour vocation, dans les années 70, de freiner la désindustrialisation, en attirant des activités de tout type et de tous formats. C’était sans compter avec le premier choc pétrolier de 1975 et la crise industrielle qui allait suivre.
Après des hauts et des bas se traduisant par une vacance d’occupation due à la difficulté à trouver des locataires, Mozinor se cantonne à la présence d’entrepôts et d’activités de stockage. Dans les années 1990, le site a même accueilli des rave parties… On y venait de tous les coins d’Ile-de-France pour danser ! Depuis une dizaine d’années, le site connaît un renouveau d’activités et nul doute que la conception même du bâtiment, à son époque, était le signe précurseur d’une prise en compte de nos préoccupations d’aujourd’hui. A l’époque, fleurissaient les zones industrielles sous forme de boîtes à chaussures alignées les unes à côté des autres, absorbant de l’espace et artificialisant les sols. Claude Le Goas affirmait alors : « La conviction reste que si des producteurs manuels et intellectuels de biens de consommation doivent, en grand nombre, rester dans la ville comme l’une de ses composantes à part entière, il faudra faire des mozinors. » En 2012, à la Biennale de Venise, Rem Koolhaas, architecte néerlandais, et commissaire de cet événement international, présente Mozinor, rendant hommage à l’architecte français. Mozinor peut encore donner aujourd’hui naissance à de nouveaux bâtiments et inspirer de nouvelles générations d’architectes et d’urbanistes.

Du baby-foot à l’industrie de luxe

JPEG - 86.1 ko

A ses débuts, le lieu accueillait des entreprises industrielles souvent spécialisées dans l’imprimerie. On aurait même fabriqué des billets de banque destinés à des pays étrangers, rumeur qui se transmet de génération en génération d’occupants. Après le départ des industries lourdes, Mozinor se redéploie sur un nouveau type d’activités.
Aujourd’hui, une cinquantaine d’entreprises sont installées, employant près de 500 salariés répartis sur les 42 000 m2 du site. C’est là que les joueurs des fameux baby-foot Bonzini étaient peints d’une main sûre par une équipe de décorateurs. Installée sur 1300 m2, la société Carrafont (17 salariés) conçoit et imagine des maquettes pour les designers de grands groupes, tels Vuitton, Saint-Laurent, Armani ou L’Oréal. Les décors de leurs vitrines avec des flacons de parfums géants, sont sortis de ces ateliers. Carrafont a travaillé pour le designer Philippe Starck comme avec l’architecte Jean Nouvel, pour lequel, elle a réalisé la maquette du Louvre d’Abu Dhabi.
Trois structures occupant les lieux ont bénéficié du label « Entreprise du patrimoine vivant » : Carrafont qu’on ne présente plus, l’Atelier Erwan Boulloud et Enzyme. Cette distinction récompense « les sociétés françaises ayant un savoir-faire renommé ou ancestral dans l’artisanat et l’industrie ». C’est à Mozinor qu’Erwan Boulloud, sculpteur et créateur de mobilier, a installé, au deuxième étage, son atelier. Tous les matériaux sont travaillés avec l’appui de pratiques technologiques les plus pointues pour donner naissance à des créations d’une rare beauté. Quant à la troisième entreprise lauréate, Enzyme, elle conçoit, fabrique et installe des objets extraordinaires. De la prise en charge de l’étude technique jusqu’à l’installation sur site, Enzyme s’est fait connaître dans le monde entier. Bien entendu les travaux d’impression sont présents à travers plusieurs entreprises. Prestimage s’est fait connaître pour les toutes les impressions numériques en grand format, en signalétique, décoration et agencement d’espace. Installée sur un plateau de 1 000 m2 avec 6 mètres sous plafond, un parking et un quai de chargement privatif, elle possède un parc machines à la hauteur de ses besoins.
Ne quittons pas le lieu, sans évoquer la double rampe hélicoïdale désormais mythique qu’empruntent aussi bien des poids lourds que des vélos, sans jamais se croiser. Le grand Léonard avait imaginé en son temps, pour le château de Chambord un tel dispositif. Si l’inspiration traverse les époques, Mozinor donnera, elle, quelques idées aux curieux qui visiteront le lieu…

Claude Bardavid

Journées du patrimoine 2021

Visite de Mozinor
Samedi 18 septembre : de 11h à 11h45 – de 15h à 15h45
Dimanche 19 septembre : 11h à 11h45

2-20 avenue du président Salvador Allende
93 100 Montreuil
Tél. : 09 81 29 17 31

à lire aussi
Mémoire Eau & assainissement Patrimoine

Canal historique

200 ans c’est peu ou beaucoup au regard de l’Histoire ? Quelle que soit votre réponse, voilà déjà 2 siècles que le canal de l’Ourcq dessine les paysages des villes de Seine-Saint-Denis qu’il traverse. Débutant à Mareuil-sur-Ourcq dans les Hauts-de-France pour terminer son fil de l’eau dans le bassin de la Villette, embarquez pour une balade historique en vidéo ou en mots.

Festival Musique

Alexandre Bloch : "Qu’on sente le feu dans la voix"

Alexandre Bloch a dirigé son orchestre national de Lille et le chœur de l’orchestre de Paris dans le Stabat Mater de Poulenc, jeudi 23 juin lors du Festival de Saint-Denis. Deux jours avant le concert, il nous a livré des clefs sur cette œuvre magistrale et ses axes de direction.

Education Musique Aubervilliers

Amadou et Mariam, griots de la Cité des Marmots

Les 13 et 14 juin, le mythique couple malien est monté sur scène à Aubervilliers avec des centaines d’écoliers en point d’orgue de la Cité des Marmots. Cette année encore, ce projet pédagogique, porté depuis 13 ans par Villes des Musiques du Monde, a transmis à 900 écoliers du département le goût du chant et des autres. Chaud !