Catégories
Seine Saint-Denis
Cinéma Montreuil

Montreuil dans les pas de Méliès

Samedi 1er février, 28 février et 29 mars prochains, Juliette Dubois vous attendra à la mairie de Montreuil pour vous faire voir la ville avec les yeux de feu son plus illustre habitant : Georges Méliès. Elle livre au magazine l’histoire de ses « ciné-balades ».

Sans trop spoiler la visite, pouvez-vous nous révéler une partie du parcours de la ciné-balade « Sur les pas de Méliès » ?

L’idée de cette promenade est de rendre hommage à George Méliès, de comprendre combien il a influé sur l’histoire cinématographique de Montreuil, toujours ville de cinéma. J’introduis le personnage au cœur du cinéma « Le Méliès », le plus grand cinéma public d’Europe, dont l’architecture est pensée pour rappeler les studios disparus. Puis je parle d’Emile Reynaud, un peu plus vieux que Méliès, inventeur du dessin animé, qui était lui aussi Montreuillois, ce qui permet de faire une passerelle avec la présence sur le territoire aujourd’hui d’Ubisoft, hier, de studios Disney. Nous longeons la rue Victor Hugo, et parlons d’effets spéciaux avant de nous rapprocher de l’ancienne propriété de Méliès, sur le terrain de laquelle se dresse désormais la Parole Errante. Nous finissons dans les anciens studios Pathé, où se trouve aujourd’hui le lieu nommé « l’Albatros ». Il faut compter deux heures et quinze minutes en tout.

En quoi les « Ciné-balades » se distinguent-elles des balades urbaines classiques ?

Mon activité est née grâce à la tablette numérique, qui permet de projeter des extraits de film. L’idée est d’immerger l’auditeur dans l’ambiance des films. Le jeu sur la comparaison entre le lieu réel et le lieu à l’écran fonctionne très bien. Pour constituer mes visites, je regarde beaucoup de films en prenant des notes sur les lieux où ils sont tournés. Parfois, ce sont les boîtes de production qui me fournissent la liste des lieux de tournages. Je choisis des lieux qui permettent de faire des liens avec les films, et réciproquement. Je crée un contenu construit et documenté. J’essaie de garder un rythme, et de montrer quelque chose toutes les cinq minutes maximum.

JPEG - 43 ko

Comment avez-vous eu l’idée de ce concept original ?

Après un master de recherche en histoire culturelle sur les débuts du cinéma et de la critique cinématographique, j’ai travaillé dans la production. Pour compléter, je donnais des cours de soutien scolaire. Et je me suis rendu compte que j’adorais la transmission. C’est en faisant une visite guidée qu’a surgit l’idée de lier mes deux passions : Paris et le cinéma. Une cartographie est tout de suite apparue dans ma tête, autour des Grands Boulevard et de l’Opéra : il y avait de la matière ! Ce qui m’a tout de suite lancé, c’est le site Groupon. Je comptais jusqu’à 800 connexions sur ma page dans la journée. Puis je me suis mise en cheville avec des institutions : j’ai animé une visite pour la cinémathèque lors de la célébration des trente ans de la mort de François Truffaut, une autre sur « Minuit à Paris » de Woody Allen... c’était le début de l’intérêt pour le « ciné-tourisme ». Puis le comité de tourisme de la Seine-Saint-Denis m’a proposé d’en faire une sur Montreuil et Méliès. Je prépare pour avril un tour d’Aubervilliers, et j’aimerais en concevoir un sur les puces de Saint-Ouen !

Comment réserver sa balade ?
- Réservation obligatoire : en ligne sur exploreparis.com
- Quand  : Samedis 1er février, 28 février et 29 mars à 14h30 au cinéma Le Méliès
- Tarif : 14 euros et 7 euros pour les moins de 16 ans
à lire aussi
Coronavirus Cinéma

« Soutenir toutes les salles de cinéma sans exception ! »

Le monde du cinéma est en émoi. De nombreuses salles en gestion publique risquent de se voir exclues des aides de l’Etat (50 millions d’euros) pour compenser les pertes d’exploitation en ces temps difficiles de Covid. En Seine-Saint-Denis, cela concernerait 19 salles, sur les 25 que compte le réseau Cinémas 93. Interview avec son directeur Vincent Merlin.

Livres

Décryptage de la violence

Dans son livre "Laisse pas traîner ton fils", l’écrivain dionysien Rachid Santaki part d’un fait divers sanglant et dresse le portrait d’une jeunesse en proie à la violence, dans la rue, la famille et les réseaux sociaux.

Stains Théâtre

Sonja Mazouz, Studio number one

Cette ancienne danseuse-comédienne est entrée dans la profession grâce au Studio Théâtre de Stains. Désormais coach de gym pilates après une carrière bien remplie, elle revient toutefois à ses premières amours et répète actuellement la nouvelle pièce du STS, « Rousseau et Jean-Jacques » qui sera jouée quand les théâtres pourront rouvrir. Portrait.

Saint-Denis In Seine-Saint-Denis Littérature jeunesse

Le "road-movie" confiné de trois Séquano-Dionysiennes

Avec « La nuit tombe, Maman rêve », Cécile Dumoutier, Luna Granada et Eve Gentilhomme signent un album jeunesse plein de rêve et de poésie, qui aborde avec légèreté des thèmes peu traités dans les livres pour enfants comme la monoparentalité. Cet ouvrage 100 % made in Seine-Saint-Denis, puisque l’éditrice et l’auteure sont dionysiennes, sera aussi présenté lors de l’édition virtuelle du Salon du Livre de Montreuil.