Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
Génération jeux Handball

Mondial de handball : Les collégiens au coeur de la fête

A l’occasion du Mondial de handball, le Département, en lien avec l’UNSS 93, a offert 1000 places à des élèves de Seine-Saint-Denis, pour pouvoir vivre l’événement de l’intérieur. Reportage avec des collégiens sur le match Egypte-Argentine pour cette grande fête du handball !

« Bien joué ça ! » Saliou, en connaisseur, apprécie une parade du goal de l’Egypte. Cet élève de 5e évolue comme gardien à l’Association sportive (AS) hand du collège Denis-Diderot à Aubervilliers. Et aujourd’hui, il a les yeux qui brillent : avec le concours du Département et du comité départemental de handball, il a pu se rendre avec 32 autres camarades à l’Arena de Bercy pour assister au match Egypte-Argentine. Ces deux nations s’affrontaient mercredi 18 janvier dans le cadre du Mondial de handball organisé en France jusqu’au 29 janvier.

Sur le rang devant lui, Yasmine, en 4e, est elle aussi happée par l’événement. « Je ne pensais pas que c’était aussi bien ambiancé », s’étonne la jeune fille, en battant la mesure au rythme du Harlem Shake diffusé par la sono de la salle. Pour ce match, la jeune fille qui pratique également le handball en AS, a pris fait et cause pour l’Egypte. « Je vois même un France-Egypte en finale », se risque-t-elle à pronostiquer, avec sur la joue un trait de couleur représentant le drapeau de l’Egypte.

Lucie, professeure d’EPS et accompagnatrice du groupe, couve tout son petit monde avec un sourire jusqu’aux deux oreilles. « Les jeunes sont comme des fous là. Pour la plupart, c’est leur premier match international. Pour certains, c’est même leur première fois à Paris, alors vous pensez... », explique celle qui anime aussi l’AS hand du collège, dont les minimes garçons et filles se sont qualifiés cette année pour l’échelon départemental.

JPEG - 120.1 ko

S’appuyer sur des événements sportifs forts pour promouvoir la pratique du sport en loisir ou en compétition, c’est justement l’intention du Département qui mise sur l’activité physique et sportive, aux côtés d’autres disciplines, comme vecteur d’éducation. Et avec 27 clubs et quelque 10 000 licenciés, le handball est plutôt bien représenté en Seine-Saint-Denis.
Mais à l’image de ce qu’il avait déjà fait pour l’Euro 2016, le Département a aussi tout simplement à coeur d’associer la population aux grandes manifestations se déroulant sur son territoire. Une politique dont se félicite Vincent, professeur de sport à Rosa-Luxemburg, toujours à Aubervilliers.

« C’est super que les gamins soient invités ainsi au Mondial de hand. J’espère qu’il en sera de même pour les JO 2024, si Paris et la Seine-Saint-Denis les obtiennent. A Rio, la population n’a pas vraiment pu venir au stade et c’est dommage. Car un événement d’une telle importance, la population doit y être associée. »

JPEG - 89.6 ko

C’est la mi-temps. L’Egypte, plus agressive en attaque, mène 13 à 10. Celia, Maïly et Niamé, élèves au collège Jean-Vilar de Villetaneuse, ne perdent pas une miette du spectacle. Pour ces 4e, c’est aussi la première fois qu’elles suivent une rencontre internationale. Enthousiastes, les trois jeunes filles se sont bien prises au jeu car le collège a eu la bonne idée d’organiser un Mondial interne à l’établissement, chaque classe représentant un pays. En tant qu’ambassadrice du Brésil, Niamé a par exemple fait un exposé sur ce pays et son histoire. « C’est une manière de rendre le projet interdisciplinaire et de le sortir un peu du cadre du sport stricto sensu », expliquent leurs accompagnatrices, enseignantes d’histoire et d’espagnol.

Là-dessus, coup de buzzer. L’Egypte remporte assez logiquement le match 31-26 face à une Argentine volontaire mais dominée, une victoire qui lui assure presque sa qualification pour les 8e de finale. Abderrahim, du collège Henri-Wallon d’Aubervilliers, supporter de l’Egypte, triomphe face à son pote Aziz, grimé aux couleurs de l’Argentine. « Je suis vraiment content d’avoir pu vivre ça. Ce qui m’a frappé, c’est le dureté des contacts. Par moments, on aurait plus dit du rugby que du hand. Et puis, je retiens la performance du gardien de l’Egypte. Lui, il est trop technique », retient cet élève qui joue arrière dans son AS de handball. « Vraiment, ça n’a rien à voir avec la télé », ponctue-t-il sous les yeux de ses profs, ravis de les voir ravis.

à lire aussi
Judo

Après le Covid, l’Etoile du Blanc-Mesnil veut à nouveau briller

Astride, Cyrille, Guillaume, Madeleine, Margaux et Romane, judokas de l’Etoile Sportive du Blanc-Mesnil, savourent actuellement aux Ménuires, dans les montagnes savoyardes, un stage d’oxygénation, première étape de leur déconfinement. A peine serrée la ceinture de leur kimono, ils avouent une vraie soif de combats et une irrépressible faim de compétitions. Leur prochain rendez-vous international pourrait être, en novembre, les championnats d’Europe à Prague, initialement prévus en mai…

Course solidaire Jeux olympiques et paralympiques

Journée olympique : l’hommage du sport de Seine-Saint-Denis aux soignant·e·s

Mardi 23 juin, la traditionnelle journée olympique s’est reconvertie en marathon de la solidarité en hommage aux soignant·e·s. Six groupes de coureurs et coureuses sont à cette occasion parti·e·s de l’Insep à Vincennes vers différents hôpitaux de la région parisienne. Nous avons suivi celui de l’UNSS 93, constitué de lycéens et lycéennes de Bondy et d’enseignant·e·s, parti·e·s en petite foulée dire merci à des hôpitaux de Seine-Saint-Denis.

Piscines

Un centre aquatique olympique axé sur l’héritage

Mardi 9 juin, la Métropole du Grand Paris a organisé une visite du chantier de la future piscine olympique de Saint-Denis. Situé juste en face du Stade de France, cet équipement accueillera plusieurs épreuves pendant les Jeux de Paris 2024. Mais sa présence est surtout fondamentale pour l’après-Jeux, dans un territoire où un enfant sur deux ne sait pas nager à son entrée en 6e. Reportage.

Continuité pédagogique Karaté Pierrefitte-sur-Seine

Lamya Matoub : « Les enfants comprennent très bien l’angoisse que crée la crise sanitaire… »

À 28 ans, la karatéka pierrefittoise s’est forgée un sublime palmarès avec sept victoires en Coupe de France, la médaille d’or puis de bronze aux Jeux africains et la première marche du podium aux Jeux mondiaux en 2017… L’athlète qui porte les couleurs de l’Algérie prépare désormais les JO de Tokyo, reportés d’un an. Institutrice à Sarcelles, cette battante gère aussi la continuité pédagogique de ses élèves de maternelle.