Catégories
Seine Saint-Denis
Portrait

Mohamed Koussa : en route pour le championnat du monde 2021 !

Issu d’une famille modeste monoparentale, Mohamed Koussa, 43 ans, a grandi et vit en Seine-Saint-Denis. Et il a su rendre les honneurs au département qui lui « a tout donné » comme il dit, en décrochant un titre de champion du monde de lecture rapide en Chine en 2017. Depuis, cet ex enseignant a créé son académie et est en passe d’organiser les championnats du monde 2021 de lecture rapide depuis Dugny ! Interview.

Au moment de devenir professeur de lettres et d’histoire au lycée Papin à La Courneuve, Mohamed Koussa cherche une méthode pour gagner du temps afin d’assimiler ses gros ouvrages de référence. Il découvre un atelier en lecture rapide dont la technique l’impressionne au point d’en devenir, en quelques années, et à force d’entrainement, le champion de France à la Sorbonne en 2017. La même année, il ravit le titre mondial en dévorant un livre de 400 pages en anglais en 85 minutes (et en répondant juste à 18 sur 20 questions), devançant un Américain et un Polonais, formateur
dans la discipline. Mais impossible, n’est pas séquano-dionysien !

Comment devient-on champion du monde de lecture rapide ?

Comme professeur de français et d’histoire, j’avais beaucoup de livres à lire mais pas forcément le temps que j’avais à y consacrer avec la vie de famille (papa de 4 enfants !).
Il y a quelques années, j’ai d’abord suivi un atelier une fois par mois pendant un an et demi pour intégrer la méthode qui permet de lire 200 pages en 1 heure en dégageant les idées principales grâce au mind mapping (sorte de carte mentale). Pour me préparer au championnat de France par exemple, j’ai travaillé quotidiennement 3 fois par jour de 10 à 90 minutes par session pendant 2 mois et demi. Pour le championnat du monde, j’ai suivi un entrainement similaire avec un voyage supplémentaire en Angleterre pour m’habituer à la langue anglaise. 

Qu’est-ce que ces titres de champion de France et du monde ont changé dans votre vie ?

Tout ! En Chine, l’ambiance était fantastique. Cette compétition est une institution, très populaire car l’État chinois encourage ce genre d’événement. Là-bas, j’étais le Zlatan de la lecture rapide ! C’était une expérience incroyable.
Avant je me voyais plutôt comme un raté. J’avais tendance à avoir le syndrome de l’imposteur, même après ma victoire en championnat de France, je me disais encore « tiens j’ai dû gagner par hasard »… Après le championnat du monde les choses ont changé. J’ai commencé à regarder mon parcours avec fierté : dans ma vie, je suis devenu professeur, j’ai monté des associations et à force de travail, j’ai gagné un concours mondial difficile et j’ai créé ma propre académie de formation Mk Academy en plus de mon activité d’enseignant et qui désormais occupe mon activité professionnelle à temps plein. Il a fallu 37 ans pour que je prenne conscience de mon potentiel, d’un potentiel qui en réalité est en chacun de nous...

Cela vous a-t-il aidé dans votre quotidien de professeur ?

Au fil du temps, j’ai été convaincu par l’efficacité de cette technique de lecture rapide à tel point que je l’ai transmise à mes élèves pour les aider dans leurs apprentissages.
Je faisais très attention à ce que je disais à mes enfants ou à mes élèves. Jamais je ne les rabaisse avec des mots blessants comme « imbécile ». Avec mes élèves, je relevais toujours en premier ce qu’ils avaient fait ou dit de bien pour les encourager puis, dans un second temps, je leur disais ce qu’ils devaient corriger. Je voulais que ces jeunes changent le regard qu’ils ont sur eux-mêmes. Parce qu’ils sont dans un lycée professionnel, cela ne fait pas d’eux des nuls pour autant. Je leur montrais qu’ils pouvaient créer leur entreprise grâce à leur savoir-faire, bien gagner leur vie. Moi j’ai beau être champion du monde de lecture rapide, si ma voiture tombe en panne, je serai incapable de la réparer, eux mécaniciens, si. Ils ont l’intelligence des mains qui est une intelligence extraordinaire. Mon lycée d’alors s’appelait Denis-Papin, c’est lui qui a inventé la machine en vapeur. Lui, Léonard de Vinci sont des exemples pour moi et je leur en parlais souvent. J’essayais d’enlever tout le côté négatif qu’ils ressentaient pour leur montrer qu’ils valent beaucoup mieux que ce qu’ils pensent valoir…

Comment est né votre livre La lecture rapide* ?

Quand j’ai gagné les championnats du monde, j’ai eu une petite couverture médiatique et l’éditeur m’a contacté car sa maison d’édition a été créée en 1975 par le spécialiste français de la lecture rapide François Richaudeau et est reconnue par le monde de l’éducation. Mon livre peut servir à toutes les personnes, à celles qui ont beaucoup de tâches à réaliser ou simplement à celles qui aimeraient lire pour leur plaisir, des romans par exemple, mais qui ont peu de temps libre. L’objectif du livre, en plus de raconter une expérience personnelle est vraiment de donner le goût de la lecture à celles et ceux qui l’ont perdu ou jamais eu jusqu’à présent.

Quels sont l’actualité et les projets de la MK Academy ?

En plus de nos formations habituelles, on en a lancé des nouvelles comme celle sur la carte mentale ou sur la concentration pour aider les gens à être plus efficaces. Beaucoup ont entre 30 et 50 ans et veulent trouver une stratégie pour mettre toutes leurs chances de leur côté pour une reprise d’études ou pour passer un concours. Et puis il y a des parents qui veulent accompagner au mieux leurs enfants dans leurs apprentissages à la maison.
Mais notre grosse actualité est d’organiser les championnats du monde de lecture rapide en mai pour la partie francophone. En 2019, notre académie avait gagné les championnats de France, et en 2020, un des jeunes inscrit à l’académie (lycéen de 16 ans) a aussi décroché le titre de champion de France.
Le championnat du monde se déroulera en ligne à cause de la crise Covid mais c’est un très gros événement pour nous !

Que représente la Seine-Saint-Denis pour vous ?

Pour moi la Seine-Saint-Denis c’est tout ! Je suis né à Saint-Denis la terre où les rois de France sont enterrés quand même ! Ma femme, docteure en biologie est de La Courneuve et on habite à Dugny. Ce département, je m’y sens très bien. Quand je suis devenu prof, j’ai voulu rendre tout le bonheur que j’ai reçu ici. C’est pour cela que j’avais décidé d’enseigner à La Courneuve. J’aurais pu aller au Canada, à Dubaï mais j’ai voulu rendre à ce territoire qui m’a tout donné dont mon éducation. Cet investissement que le département a fait en moi, je veux le rendre : c’est la raison pour laquelle je vis et travaille en Seine-Saint-Denis et pas ailleurs !

Photographie par Nicolas Moulard.

Savoir plus sur la MKAcademy : www.mkacademy.net

*La lecture rapide de Mohamed Koussa est édité chez Retz.
Selon son éditeur cet ouvrage [...] est enrichi de nombreux exemples et fait appel à des techniques variées de mémorisation et de prises de note (cartes mentales, sketching). Il a été écrit pour tous ceux et toutes celles qui cherchent à progresser dans leurs techniques de lecture (étudiant.e.s, candidat.e.s aux concours, professionnel.le.s ou retraité.e.s qui courent après le temps !).

A voir aussi

Mohamed Koussa dans l’émission Les bâtisseurs de France Bleu et du Bondy blog

à lire aussi
Seine-Saint-Denis Collèges

Continuité pédagogique : 900 cartes SIM offertes en un temps record

Le Département de la Seine-Saint-Denis s’est adapté très vite aux annonces faites le 31 mars par le président de la République concernant l’adaptation du calendrier scolaire. Distribution de cartes SIM, prêts de tablettes, Espace Numérique de Travail actualisé... les agent·e·s territoriaux·ales ont agi aux côtés des chef·fe·s d’établissements pour assurer la continuité pédagogique dans les meilleures conditions.

Education aux médias Drancy

Sur Radio Liberté, des collégiens envoient de bonnes ondes

Dans le cadre de la Semaine de la presse et des médias à l’école, des interventions se déroulent un peu partout en France et en Seine-Saint-Denis. De lundi à vendredi, le collège Liberté de Drancy diffuse ainsi sur sa web-radio des émissions quotidiennes concoctées par ses élèves, avec invités, interviews et reportages. Comme les vrais !