Catégories
Seine Saint-Denis
Économie & Emploi

Les métiers de l’enfance, des itinéraires vers l’emploi...

Entre le 9 octobre et le 20 novembre 2020, un bus itinérant sillonne la Seine-Saint-Denis afin de présenter les offres d’emplois dans les métiers de l’enfance. Une quinzaine d’étapes pour mieux faire connaître une palette de métiers cruciaux pour notre territoire, dans le strict respect des gestes barrières et des dernières mesures sanitaires.

Ce vendredi 9 octobre aux premières heures de la matinée, Bintou est la première à se présenter devant le Bus des métiers de l’enfance, dont le rose et le jaune tranchent avec la pluie fine qui détrempe doucement mais sûrement l’Hôtel de Ville de Bobigny. « Tout ce qui touche à l’enfance m’intéresse, alors quand ma conseillère du projet de ville RSA à Bobigny m’a dit que ce bus se lançait, j’ai trouvé pratique de pouvoir me renseigner auprès de professionnels engagés au quotidien », explique la jeune mère de famille de 21 ans.

Entre le 9 octobre et le 20 novembre, la caravane itinérante du bus aux couleurs de la Seine-Saint-Denis sillone le 93, l’espace de 15 étapes, afin de présenter la diversité des offres d’emplois existantes dans les métiers de l’enfance. Une nécessité au moment où les besoins en recrutement s’accentuent pour le Conseil départemental, particulièrement en ce qui concerne les assistants et assistantes familiales. Une initiative qui est aussi le résultat d’un engagement fort pris 18 mois plus tôt : en mai 2019, le Département de la Seine-Saint-Denis organisait des États généraux de la protection de l’enfance, à l’issue desquels était actée la nécessité de mieux valoriser les métiers de la protection de l’enfance.

Et quoi de mieux qu’un bus pour faire connaître au cœur des villes du 93, les différents métiers de ce secteur : assistant·e familial·e, mais aussi auxiliaire de puériculture, puériculteur·rice, éducateur·rice de jeunes enfants, médecin, travailleur·euse social·e. Autant de professions au cœur des missions départementales alors que la Seine-Saint-Denis voit sa démographie emprunter une courbe ascendante avec 28 000 naissances chaque année, soit 16 % des naissances en Île-de-France.

Une perspective d’emploi qui a donné l’envie à Samira, employée municipale, d’une possible reconversion à l’âge de 49 ans : « Le challenge de devenir assistante familiale m’intéresse parce que c’est un vrai métier et un engagement aussi, celui d’aider des enfants en difficulté à bien grandir, leur donner la chance de retrouver un cadre apaisé. »

Des motivations qui ressemblent à celle de Mélody, 17 ans, lycéenne à Drancy : « Comme j’ai eu la chance d’évoluer dans une grande famille, entourée de frères et sœurs mais aussi de cousins, cousines, j’ai toujours été au contact d’enfants et ça m’a finalement donné le goût de l’éducation. Voir se construire un enfant c’est passionnant, j’aimerai donc devenir éducatrice de jeunes enfants et, pourquoi pas, en Seine-Saint-Denis, le territoire qui m’a vu grandir... »

« Être assistante familiale, c’est être utile à la société... »

Assistante familiale depuis 23 ans au Département, Nabila Aït-Iklef, est venue lors de la tournée du Bus des métiers de l’enfance, témoigner de la réalité de son métier qui consiste à accueillir temporairement au sein de sa propre structure familiale un bébé, un·e enfant ou un·e adolescent confié·e par le service départemental de l’Aide sociale à l’enfance : « Notre travail n’est pas forcément facile chaque jour, mais on est utiles à la société, et bien sûr aux enfants. Même si les accueils et les accompagnements que nous effectuons tout au long de notre carrière ne sont pas toujours « roses », je sais que rien ne remplacera jamais l’amour reçu des enfants que j’ai accompagnés tout au long de ma carrière. Une fois devenus adultes, ils et elles gardent le plus souvent le contact avec moi et c’est souvent émouvant de se retourner avec eux sur notre passé commun, de voir qu’ils sont devenus des adultes responsables alors que le début de leur chemin dans la vie a été plutôt compliqué. »

Les 15 étapes du bus départemental des métiers de l’enfance :

Bobigny place Yitzhak-Rabin & Yasser-Arafat > le vendredi 9 octobre de 9h à 12h
Parc départemental Georges-Valbon, Maison du parc > samedi 10 octobre de 14h à 17h
Montreuil, place Jean-Jaurès > mardi 13 octobre de 9h à 12h
Drancy, en face du parvis de l’Hôtel de Ville > vendredi 16 octobre de 9h à 12h
Le Pré-Saint-Gervais, 49 rue André-Joineau > mardi 20 octobre de 9h à 12h
Clichy-sous-Bois, devant l’entrée principale de la Zone commerciale Clichy 2 > vendredi 23 octobre de 9h à 12h
Aulnay-sous-Bois, centre commercial O’Parinor, à côté du supermarché > mardi 27 octobre de 9h à 12h
Tremblay-en-France, Jardin des cultures Aimé-Césaire, 8 rue Pierre Brossolette > vendredi 30 octobre de 9h à 12h
Saint-Denis, place Victor-Hugo > mardi 3 novembre de 9h à 12h
Bondy, place du 11 Novembre 1918 > vendredi 6 novembre de 9h à 12h
Parc départemental du Sausset Maison du parc > samedi 7 novembre de 14h à 17h
Rosny-sous-Bois rue Richard Gardebled à côté de l’Église Sainte Geneviève > mardi 10 novembre de 9h à 12h
Noisy-le-Grand avenue du Pavé Neuf, en face de la gare de Noisy-le-Grand-Mont d’Est > vendredi 13 novembre de 9h à 12h
Parc forestier de la Poudrerie devant la Cartoucherie > samedi 14 novembre de 14h à 17h
Aubervilliers square Stalingrad > mardi 17 novembre de 9h à 12h
Saint-Ouen parvis de l’Hôtel de Ville > vendredi 20 novembre de 9h à 12h.

Crédit photo : Bruno Lévy.

à lire aussi
Plan rebond

Plan de rebond : 6,4 millions d’aide en décembre

Dès le 8 juillet 2020, le Département de la Seine-Saint-Denis a voté un Plan de rebond solidaire et écologique exceptionnel afin de limiter les effets de la crise et de participer à la relance du territoire. Fin décembre, comme Episol, 218 structures ont reçu des subventions allant de 1000 à 100 000 euros.

Confinement

2 000 PC portables pour les agent·e·s en télétravail

Les distributions de PC portables au personnel départemental en télétravail se poursuivent. Objectif : permettre aux agent·e·s qui le peuvent de travailler depuis leur domicile pour assurer la continuité du service public départemental en toutes situations.