Catégories
Seine Saint-Denis
Musique Saint-Denis

Les LEJ sacrées aux Victoires de la musique !

Elles en ont fait du chemin depuis leur première vidéo mise en ligne à l’été 2015 ! Vendredi, Lucie, Elisa et Juliette, originaires toutes les trois de Saint-Denis, ont été sacrées "Révélation scène de l’année" aux Victoires de la Musique. Nous les avions rencontrées en novembre 2015.

Quand elles monteront le 3 mars prochain sur la scène de la Cigale, elles repenseront peut-être brièvement à tout le chemin parcouru. Un chemin qu’elles auront parcouru au rythme d’une météorite. Les nouvelles planètes ont pour habitude de porter des abréviations aux noms compliqués, la Seine-Saint-Denis vient elle de se trouver une nouvelle comète, baptisée L.E.J.

L.E.J pour Lucie, Élisa et Juliette, une bande de copines à toute épreuve, de l’énergie à revendre et une passion inextinguible pour la musique. Nées toutes les trois il y a 22 ans à Saint-Denis et accessoirement aussi sous une bonne étoile. Après avoir posté début juin une vidéo de reprises sur les réseaux sociaux, vue plus de 14 millions de fois, ces trois amies n’en finissent plus de vivre un long et bel été indien. Leurs reprises très personnalisées de tubes mondiaux - a cappella accompagnée d’un violoncelle (celui de Juliette) - ont su aller droit au cœur de milliers d’internautes.

La recette du succès ? Justement, il n’y en a pas. « On reprend simplement des tubes qui nous plaisent ou dont on pense qu’ils rendraient bien dans une autre harmonie », explique Juliette, la violoncelliste aux dreadlocks. « Je pense que ce qui a plu notamment, c’est qu’on est juste un violoncelle et deux voix et que de ce fait, les harmonies vocales ressortent bien », complète Lucie, qui, avec Élisa, a suivi durant toute sa scolarité une formation de chant lyrique à la Maîtrise de Radio France.

Comme souvent, leur success story est partie d’un petit pari entre amies. « Un journaliste nous avait incité en 2013 à mettre en ligne une sorte de best of des tubes de l’été, parce que ça sonnait bien ». Deux ans plus tard, elles n’en reviennent toujours pas de l’avalanche qu’elles ont déclenché. Et le fait que ces trois-là se connaissent depuis la crèche pour Lucie et Juliette, depuis la primaire pour Élisa rajoute encore au conte de fées.

Leurs racines de Seine-Saint-Denis, ces trois-là en sont fières et en parlent volontiers. « Attention, on ne se revendique pas ambassadrices du 93. Cela étant dit, c’est clair qu’on a été imprégnées d’influences hip hop, de musiques urbaines », ponctue Élisa. Le trio a d’ailleurs récemment repris deux tubes phares issus de Seine-Saint-Denis, ’Seine-Saint-Denis style’ de NTM, et ’Saint-Denis’ de Grand Corps Malade.

Pour Juliette, le lien au département est même encore plus direct puisque durant onze années, elle a été formée au Conservatoire de Saint-Denis, à travers des classes en horaires aménagés. « C’est un super endroits, témoigne-t-elle. J’ai eu l’occasion d’y apprendre beaucoup de styles différents, et pas que classiques : des musiques du Maghreb, du tango, des orchestrations plus modernes, plus contemporaines. Pour moi, c’est un lieu que j’associe au plaisir. »

Engagées dans une folle tournée, ces trois étudiantes ont vu leur vie changer assez radicalement. Après les reprises, il s’agit maintenant de réaliser un nouveau saut et de proposer leurs propres compositions. Un premier album est déjà annoncé pour l’année 2016. « En septembre, on s’est enfermées dans une maison paumée en Bretagne et on s’y est mises. La musique, on s’en occupe toutes les trois. Pour les paroles, on écrit avec notre manager Cyril Ozarm (un slameur originaire de Cergy) », détaille Juliette.

Et à 22 ans, de quoi a-t-on envie de parler dans un premier album ? « De beaucoup de choses. Des rapports entre les gens, de notre histoire à nous, des relations sexuelles, de la vie quoi », balancent-elles pêle-mêle. En septembre, elles ont déjà donné un premier morceau de leur premier opus au Petit Journal. « Ça s’appelle « la Dalle » et ça parle à la fois du harcèlement de rue, et de cette habitude de drague un peu crade, un peu rude qui s’impose dans notre génération », révèle Lucie.

Pourrait-il aussi y avoir dans le lot leur hommage au 93, une sorte de « Seine-Saint-Denis style » à elles ? Les trois copines se concertent en direct. Élisa joue ensuite les porte-parole : « Pourquoi pas, mais si on fait un truc sur Saint-Denis, ce ne sera pas explicite, ce seront plus des allusions parce qu’encore une fois, on ne se perçoit pas comme les représentantes du 93, on n’a pas cette prétention. » En attendant, on sent les trois lancées. La phase des reprises est passée, l’ère des compos annoncée. Allez, à trois on y va !

crédit photo : Nicolas Moulard

à lire aussi
Art Parcs départementaux Patrimoine

Olivier Grossetête : "Ce qui est essentiel est de construire ensemble"

Du 21 au 27 septembre, l’artiste Olivier Grossetête, connu internationalement pour ses constructions monumentales en cartons, proposera aux habitant·e·s de Seine-Saint-Denis d’en fabriquer une autour du bâtiment de la Cartoucherie, dans le parc départemental de La Poudrerie. Nous avons demandé au plasticien de nous en dire plus sur ce projet artistique participatif hors norme.

Les corps des femmes se mettent en scènes au #Wetoo festival

Pourquoi la libération des femmes passe-t-elle par celle de leurs corps ? Comment éduquer ses enfants de manière féministe ? Le week-end dernier, à la Cité fertile à Pantin, le Wetoo festival répondait à ces questions à travers des propositions théâtrales et artistiques, prises d’assaut par un public jeune... et nombreux.

Saint-Denis Street-Art Saint-Denis

Sous les scellés, la culture !

Jusqu’au 20 septembre, l’association Mur 93 organise à Mains d’œuvres à Saint-Ouen, "Destin scellé", une exposition-vente d’artistes urbains qui ont laissé libre cours à leur imagination sur les panneaux de métal qui avaient l’espace de 99 jours interdit l’accès à ce lieu de culture et de rencontres. De l’art engagé pour continuer le combat de Mains d’œuvres plus que jamais en quête de liberté de créer et d’oser...