Catégories
Seine Saint-Denis
Saint-Denis

Le défilé pour tous

A 20 ans, Alba Burge organisait son premier défilé le 4 mars dernier, en pleine fashion week, dans la salle la Ligne 13, à Saint-Denis. Retour sur un évènement joyeux, coloré, et de qualité.

D’un exercice de fac, Alba Burge a réussi à faire une performance. A 20 ans, cette étudiante en Info-com à Paris 8 (Vincennes-Saint-Denis) devait organiser, pour son cours de gestion de projet, un défilé de mode, de A à Z, à elle toute seule. Ce samedi 4 mars après-midi, la salle la Ligne 13, a Saint-Denis, était pleine, et scotchée à un défilé pas tellement scolaire...

Sur les mélopées pop et rythmées, s’enchaînent les passages des mannequins. Parures aux accents japonais, robes acidulées à la La la land, volants impromptus, combinaisons de wax, étoles or et argent... La diversité se lit autant sur les vêtements que sur les visages et les looks. Ceux qui pensaient s’ennuyer sont emportés par les images, la musique, et surtout le plaisir qui se lit sur les yeux des mannequins. Au premier rang, les flash des smartphones crépitent, dans les mains de post-adolescents quasiment aussi stylés que ceux qui passent sur la scène. Le spectacle se termine en boum géante, au son du désormais traditionnel «  Seine-Saint-Denis Style » de NTM. La star de la choré, c’est Alba, sans qui rien de tout ça ne serait arrivé.

C’est elle qui a d’abord lancé un appel à projet sur Facebook, pour recruter des designers. Sur 40 réponses, elle en a sélectionné six : Yuza Paris, Peggy Morlier, Déborah Rouchedi, Evorii Frey, et Sarah G.Collection. Elle aussi, qui présidait le casting des mannequins. Sans autre budget que celui des partenariats, tout ce petit monde s’est retrouvé le matin même pour les essayages. « J’avais seulement essayé le body maillot de bain. Pour le reste... et bien on rentre le ventre ! » rigole Assiata, un des modèles. Emilie, l’une des créatrice, confirme : « Ça a été rock’n roll ! ». Pour les coiffes et l’habillement, Alba pouvait compter sur les élèves de l’École internationale de coiffure, et celles du Conservatoire du maquillage.

Après le défilé, on sent bien que l’effervescence mettra un peu de temps à s’évaporer. Laurene et Minely, deux amies passionnées par la mode, sont venues sur les conseils d’un styliste de leur entourage. Minely veut devenir personal shopper : « C’est le premier défilé de ma vie. Les vêtements sont magnifiques, très divers, mettent en valeur les modèles, les coupes sont peu communes. On devrait avoir plus d’évènements dans ce genre, parce qu’habituellement, les défilés, c’est un truc de luxe, pas accessible à tout le monde », s’exclame la jeune fille habillée par un kimono aussi bleu que son rouge à lèvres.

Un peu plus loin, il y a Anna, une camarade de classe d’Alba : « Franchement, je suis admirative. Elle a réussi à réaliser son projet, à faire vraiment ce qu’elle voulait faire. Ça m’a beaucoup plu. » Du haut de ses 28 ans, Myriam, la créatrice d’Evorii Frey, reconnaît aussi le courage de cette « petite jeune ». « En fait, Alba a réussi à faire de quelque chose qui paraît ennuyeux, quelque chose d’amusant, en cassant les codes habituels », analyse Aissata, une des mannequins. Derrière ses lunettes bleues, Emilie Gallan, élève en design textile, sélectionnée pour le défilé, confirme : « C’est intéressant d’avoir de la diversité, d’être dans un défilé de gens normaux, pas guindé, pas prout-prout », explique celle qui utilise du textile de combinaison de surf pour réaliser ses vêtements. Oui, vraiment, on peut dire que tout le monde était content.

à lire aussi
Portrait Montreuil

Aloïse Sauvage, indomptable touche-à-tout

Chanteuse, comédienne, danseuse, circassienne... à 28 ans, l’artiste montreuilloise aux multiples talents a déjà un parcours brillant. Formée à l’Académie des arts du cirque Fratellini, la remuante jeune femme enchaîne les tournages de films ou de documentaires. Ses concerts étant annulés du fait de la pandémie, elle fait connaître sur la toile son premier album Dévorantes, lancé en 2020.

Plan rebond Coronavirus

Branle-bas de combat pour la culture en Seine-Saint-Denis

Alors que la culture est très fortement malmenée par les conséquences de la pandémie, le Département a organisé mardi 9 février une visio-conférence pour réfléchir à des solutions de sortie de crise. Parmi les principales pistes dégagées : la mise au point d’un protocole de réouverture des lieux de culture à soumettre au préfet et un nouvel effort financier du Département en faveur de la culture dans le cadre d’un deuxième Plan rebond. Lien pour voir ou revoir la vidéo en fin d’article.

« C’est la vie », la série à succès de Marguerite Abouet

Marguerite Abouet, l’auteure de Aya de Yopougon, est aussi à l’origine de la série télévisée panafricaine « C’est la vie ». Suivie par 100 millions de téléspectateurs, cette série aborde toutes les questions de prévention et de santé jusqu’aux tabous de l’excision, du mariage précoce... Celle qui vit entre Romainville et Noisy-le-Sec revient sur cette belle aventure qui se termine.