Catégories
Seine Saint-Denis
Equitation La Courneuve

Le centre équestre de La Courneuve caracole en tête

Alliant pratiques loisirs et de compétition, le centre équestre départemental de La Courneuve a établi cette année un nouveau record : ses 26 médailles obtenues aux championnats de France poneys et clubs le consacrent comme premier club de France. Une autre manière de tordre le cou aux idées reçues.

Cela a beau être la reprise de septembre, on a le sourire au centre équestre de La Courneuve. Avec 29 médailles obtenues dans les trois compétitions phares de la saison, le club UCPA (Union nationale des centres sportifs de Plein Air) a établi un nouveau record. La structure a en effet remporté 3 médailles chez les amateurs à Jardy, 20 aux championnats de France poneys et 6 lors des France chevaux, disputés tous deux à Lamotte-Beuvron en juillet. Un cumul qui lui vaut de prendre la première place des clubs équestres en France, sur 2 249 structures dans l’Hexagone. Une preuve supplémentaire que les talents sont multiples en banlieue !

« C’est évidemment une fierté, réagissait Jean-Maurice Collette, directeur du centre, à l’heure de tirer le bilan. Ça prouve que tout le monde – moniteurs et cavaliers – fait du bon travail. C’est aussi le reflet d’un respect de l’intégrité des poneys et chevaux, car les chevaux montés en compétition sont les mêmes que ceux montés par les autres pratiquants du centre. »

Dans cette structure ouverte en 1972 au sein du parc Georges-Valbon de La Courneuve et gérée depuis 1983 par l’UCPA pour le compte du Département, tout le monde tire en effet dans le même sens. « Il y a une vraie cohésion d’équipe », témoigne Annabel Thibot, monitrice « née au centre » comme elle le dit elle-même avec humour. Une quinzaine de moniteurs et 160 chevaux et poneys sont ainsi au service des quelque 1 500 pratiquants qui passent toutes les semaines dans les manèges du parc Valbon.

JPEG - 19.7 ko

Car « si l’aspect compétition est important, il ne concerne en définitive qu’une centaine des différents utilisateurs du centre », rappelle Jean-Maurice Collette. Scolaires, centres de loisirs, instituts médico-éducatifs, policiers de la brigade équestre, ils sont en effet nombreux à passer par le centre équestre, en plus des 1 370 pratiquants réguliers enregistrés à l’année. Ainsi, un partenariat existe notamment avec le Département et le ministère de l’Education nationale, au titre duquel 26 classes de primaire et 12 classes de collèges du département ont droit chacune à 2 séances d’initiation.

Et pour devenir pratiquant régulier, il n’en coûte pas forcément si cher. Proposant des tarifs accessibles, le centre UCPA s’efforce de casser petit à petit cette idée que l’équitation est un sport de privilégiés. Pour toute l’année, soit 43 séances, l’inscription en débutant poney est à 571 euros (899 euros pour les chevaux). « Ça reste évidemment cher pour certains, mais ces prix défient toute concurrence dans le monde de l’équitation », convient Dominique Rouland, mère de Justine et Maude, deux jeunes championnes de France ayant débuté toutes petites au centre (voir encadré).
Avec un bilan aussi prestigieux, le centre départemental, qui vient du reste de resigner une délégation de service public pour 25 ans, peut se lancer à bride abattue vers l’avenir.

Christophe Lehousse


Ca galope pour les sœurs Rouland !

JPEG - 13.2 ko

En ce jour ensoleillé de la fin août, elles sont encore en vacances. Mais déjà à dos de poney ! Justine et Maude Rouland, respectivement 15 et 13 ans, vivent et respirent cheval. Ces habitantes d’Aubervilliers sont comme chez elles au centre de La Courneuve, qui les a vues débuter à respectivement 5 et 4 ans. Une passion qui s’est transformée cette année en titres bien palpables : Justine a ainsi goûté à un premier titre de championne de France de Concours Complet en poney 1 (niveau de difficulté), tandis que Maude devenait championne de France de Saut d’Obstacles en poney 2. « Ça fait plaisir. Ça récompense tout un travail et on voit aussi toute la progression effectuée par cavalière et poney sur l’année », estime Justine.

L’équitation, elles y sont venues un peu par hasard. « Nous ne sommes pas du tout une famille de cavaliers à la base. Nous avons inscrit Justine il y a 10 ans parce que nous pensions qu’elle pourrait aimer et ça a marché. Un an plus tard, sa sœur suivait », explique leur maman Dominique, qui dit apprécier la proximité et l’état d’esprit du centre.

Au fil des ans, les deux sœurs ont développé des compétences différentes. « Je suis plus à l’aise en dressage et Maude a plus de facilités en saut d’obstacles. En cross, on est à peu près à égalité », dit Justine la bavarde. Les deux sœurs, que leur passion commune du cheval rapproche encore un peu plus, ont d’ailleurs obtenu une troisième breloque - d’argent celle-là - en faisant équipe à l’équiathlon. Une médaille commune dont elles sont fières. « Ma grande sœur veut toujours me coacher donc j’avais un peu peur qu’elle soit trop sur mon dos, mais au final ç’a été », ironise Maude.

Associant comme tout cavalier leur cheval à la performance, elles tiennent à nous présenter leurs poneys : Câline pour Justine, une belle jument à la robe grise et le jeune Casper pour Maude qui a su lui faire oublier son appréhension sur certains sauts. « Il y a deux ans, lors d’un concours de saut, j’avais sauté un mètre avec un poney – c’est-à-dire plus haut que le cheval lui-même. Quand j’ai pris conscience de ça, rétrospectivement j’ai eu peur. Mais avec Casper, l’entente est parfaite », souligne Maude.

Scolarisées toutes deux à Henri-Wallon à Aubervilliers (Justine entre en seconde, Maude en 4e), les deux inséparables filent tous les mardi et vendredi après leurs cours au centre équestre, toujours bien épaulées par Annabel Thibot leur coach et Brigitte Rinaldi, formatrice de moniteurs. Un loisir omniprésent qui pourrait aussi éventuellement donner aux filles des idées d’orientation. « Monitrice non, ça semble vraiment dur, mais pourquoi pas ostéopathe pour animaux », lâche Justine, quand Maude penche plus pour vétérinaire. Mais dans l’immédiat, elles veulent surtout continuer à vivre leur passion du cheval. Et à porter haut les couleurs du centre équestre de La Courneuve.

N.B. Si vous voulez venir faire un essai, n’hésitez pas. Les 2 et 9 septembre, à partir de 14h30, le centre UCPA de La Courneuve organise ses journées portes ouvertes.
Avenue Roger-Salengro, La Courneuve
à lire aussi
Tennis de table Saint-Denis

Joé Seyfried, force tranquille du ping

A tout juste 19 ans, ce pongiste vient, avec ses camarades, de rehisser son club de Saint-Denis Union Sports en Pro A. A plus long terme, les objectifs de ce membre du dispositif départemental Génération 2024 sont bien sûr les Jeux, qu’il s’agisse de Tokyo 2020 ou Paris 2024.

Rugby

Anne-Cécile Ciofani, missile lancé !

Avec Joanna Sainlo, elle est l’autre licenciée de l’AC Bobigny Rugby 93 à être devenue vice-championne du monde de rugby à 7 avec l’équipe de France. A 24 ans, Anne-Cécile a crevé l’écran, a été sacrée révélation du tournoi et choisie pour faire partie de la « Dream team » des meilleures joueuses de cette Coupe du monde.

Services, aides
& démarches

24 actions pour les Jeux 2024

Un plan départemental d'accompagnement de la candidature aux jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 a été adopté en séance du Conseil départemental le 22 juin 2016. Ce plan se décline en sept grands thèmes qui regroupent 24 actions.

Accessibilité des équipements culturels

Un guide valorisant la diversité de l'offre culturelle en Seine-Saint-Denis et favorisant l'accès et la participation des personnes handicapées à la vie culturelle et sociale.