Catégories
Seine Saint-Denis
Coup de cœur

Le bal des Luminéoles, un spectacle très « éclairé »…

Samedi 24 septembre, plus de 4000 personnes ont assisté au parc Georges-Valbon à La Courneuve à un spectacle lumineux et sonore programmé au clair de lune sur le grand lac. Son créateur Christophe Martine de la compagnie Porté par le vent raconte son origine.

JPEG - 46.9 ko

«  Du son, de la lumière, des structures aériennes, des musiciennes qui jouent en live, des échassiers, un feu d’artifice et surtout beaucoup de rêve… » Christophe Martine, en adepte patenté du parapente, joue les fils de l’air lorsqu’il s’agit de lever un coin du voile sur son « Bal des Luminéoles » qui a eu pour scène le grand lac du parc Georges-Valbon à La Courneuve, samedi 24 septembre.

Mais, si on commence par le début, on arrive quand même à en savoir un peu plus sur la genèse de cette féérie sonore et lumineuse créée pour l’édition 2012 de la Fête des Lumières à Lyon. « En plus de faire du parapente, j’ai ensuite animé beaucoup d’ateliers avec des enfants sur le thème du vent, avec la création de cerfs-volants, c’est ce qui m’a donné l’envie de travailler sur le thème des lumières dans le ciel", raconte encore Christophe Martine.

Au gré du vent

Une manière d’apporter de la poésie et du rêve en même temps. Dans les grandes lignes, le Bal des Luminéoles était donc né. Et, dans le détail, les « Luminéoles » de Christophe Martine sont des structures aériennes qui vont parfois jusqu’à 15 mètres de long se laissant porter au gré du vent, mais aussi à l’aide d’un peu d’hélium et de la dextérité de pilotes chevronnés. « Comme l’air joue énormément avec les structures, explique le quadragénaire, créateur de la Compagnie « Porté par le Vent » basée en Ardèche, leurs déplacements sont un peu de l’ordre du fantastique, parce qu’évidemment on ne voit pas tout le travail du vent. Après, on y voit aussi ce qu’on veut : des oiseaux imaginaires, des poissons. Rien n’est figé. »

De Shanghai à La Courneuve

Et surtout pas l’imaginaire des spectateurs que veut toucher au plus près Christophe Martine : « On a réussi notre spectacle lorsque le sourire arrive sur le visage du public, confesse-t-il. Quand les spectateurs lâchent un grand « wouah ! » Dans diverses tonalités de langage puisque le Bal de Christophe Martine a déjà vogué de Moscou à Jérusalem en passant par les bords de la Sorgue ou du Rhône et en attendant bientôt les étendues désertiques de l’Arizona aux Etats-Unis ou dans l’immensité de la mégapole chinoise de Shanghai.

A chaque fois, la Compagnie « Porté par le vent » voyage le plus léger possible et surtout sans débauche d’énergie inconsidérée : « Grâce à l’apport de la technologie LED, on est très autonomes et on n’a pas besoin de beaucoup d’installations électriques. Tout est en basse consommation. »
Amplement suffisant, ce samedi 24 septembre, pour voir autrement l’écrin du parc départemental Georges-Valbon, l’espace d’un spectacle d’une quarantaine de minutes. « A La Courneuve, on peut jouer avec les grandes étendues, la végétation et bien sûr le grand lac, mais l’idée centrale c’est surtout de transformer l’espace avec de la poésie et du rêve, que chacun se l’approprie à sa manière », détaille l’artiste. L’émerveillement vient de l’imprévu. »

Ne restait donc plus qu’à vous laisser transporter…

Parc Georges-Valbon  : http://parcsinfo.seine-saint-denis.fr/-Parc-Georges-Valbon-.html

à lire aussi
Mémoire Eau & assainissement Patrimoine

Canal historique

200 ans c’est peu ou beaucoup au regard de l’Histoire ? Quelle que soit votre réponse, voilà déjà 2 siècles que le canal de l’Ourcq dessine les paysages des villes de Seine-Saint-Denis qu’il traverse. Débutant à Mareuil-sur-Ourcq dans les Hauts-de-France pour terminer son fil de l’eau dans le bassin de la Villette, embarquez pour une balade historique en vidéo ou en mots.

Festival Musique

Alexandre Bloch : "Qu’on sente le feu dans la voix"

Alexandre Bloch a dirigé son orchestre national de Lille et le chœur de l’orchestre de Paris dans le Stabat Mater de Poulenc, jeudi 23 juin lors du Festival de Saint-Denis. Deux jours avant le concert, il nous a livré des clefs sur cette œuvre magistrale et ses axes de direction.

Education Musique Aubervilliers

Amadou et Mariam, griots de la Cité des Marmots

Les 13 et 14 juin, le mythique couple malien est monté sur scène à Aubervilliers avec des centaines d’écoliers en point d’orgue de la Cité des Marmots. Cette année encore, ce projet pédagogique, porté depuis 13 ans par Villes des Musiques du Monde, a transmis à 900 écoliers du département le goût du chant et des autres. Chaud !