Catégories
Seine Saint-Denis
La Courneuve Football

Le Red Star et le Département jettent les bases d’un futur centre de formation

Jeudi 12 septembre, le club audonien a présenté son Académie de jeunes footballeurs, qui préfigure le centre de formation que les Vert et Blanc aimeraient ouvrir au stade de Marville entre La Courneuve et Saint-Denis, sur la base d’une convention signée avec le Département.

Aujourd’hui, pour Mehdi, Ludovic et compagnie, c’est conduite de balle et passe à dix. Tel est le programme de l’entraînement du jour pour cette nouvelle Académie du Red Star qui vient d’élire domicile dans le complexe sportif de Marville, juste en face du parc départemental Georges-Valbon. Cette première promotion, composée de 18 joueurs de moins de 16 ans, constitue en fait la première pierre du futur centre de formation du club à l’Etoile rouge, qui doit s’implanter durablement dans cette plaine de jeux gérée par le Département. Le 30 août dernier, les deux entités ont en effet signé une convention d’occupation, par laquelle le Red Star devient résident d’une partie du site sur les 10 prochaines années.
« C’est l’aboutissement d’un long travail. Incontestablement, ce projet nous permet de retrouver un ancrage territorial très fort », se réjouissait Patrice Haddad, le président du Red Star. Contraint de jouer ces dernières saisons loin de son stade Bauer, jugé non conforme au cahier des charges de la Ligue 2, le club audonien, entre temps redescendu en National, s’était quelque peu éloigné de ses bases séquano-dionysiennes. Avec ce projet de centre de formation au cœur du département et la reconstruction d’un stade Bauer enfin prévue pour 2023, il semble renouer avec elles.

Reste maintenant seulement à remonter à l’échelon supérieur, condition fixée juridiquement par la Ligue pour pouvoir ouvrir un centre de formation. « Mais ça ne nous empêche pas de travailler déjà avant, afin que, quand nous remplirons cette dernière condition, nous soyons déjà en état de marche », soulignait l’ancien international Steve Marlet, pas peu fier de donner son nom à cette première promotion. Ce « pur produit de la formation du club » dans les années 90, comme il se décrit lui-même, se prenait même à rêver : « pourquoi pas imaginer à terme une équipe première composée à 50 % de joueurs issus de la formation ? A mon époque, nous étions bien parvenus à 8 sur 19, alors... »

JPEG - 36.8 ko

Peut-être le nouveau Steve Marlet se cachait-il en effet derrière les visages des jeunes pousses répétant leurs gammes sur un des terrains de Marville... « Je suis fier de faire partie de cette Académie. Le Red Star pour moi, c’est un bon club de formation », expliquait Mehdi, longue tige de 16 ans, originaire du quartier du Franc-Moisin à Saint-Denis. « Mon but, c’est de passer pro et de rejoindre un jour l’équipe première », renchérissait un certain Kylian, au nom peut-être prédestiné… Tous les deux, comme 16 membres au total de l’effectif, sont scolarisés en seconde au lycée Paul-Eluard de Saint-Denis, qui vient d’ouvrir une section sportive football à horaires aménagés. Avec un centre de formation situé à Marville, le but commun poursuivi par le Red Star et le Département est aussi de réduire les temps de trajet et d’éviter de couper de leurs familles ces jeunes tentés par l’aventure du foot professionnel. « En venant ici, un gamin de Seine-Saint-Denis n’aura pas à courir toute la journée pour concilier école et entraînement », détaillait Souleymane Camara, manager général des sections jeunes du Red Star.

JPEG - 47.4 ko

Côté Département, on affichait aussi sa satisfaction de contribuer par cet accord à la naissance d’un outil de réussite pour la jeunesse du territoire. « Le Red Star a toujours porté un projet sportif, mais aussi éducatif et culturel pour ses jeunes. C’est conforme aux valeurs qui sont les nôtres : par cette initiative, nous voulons montrer que tout est ouvert aux jeunes de Seine-Saint-Denis, dans le sport comme dans le reste », soulignait le président du Département Stéphane Troussel.
« Plus largement, le but est de démultiplier les usages sportifs de Marville. Les Jeux olympiques vont laisser ici une piscine entièrement rénovée et un bassin d’entraînement dédié au waterpolo… On est engagé dans une dynamique d’investissement massif pour faire de Marville un gros pôle sportif du territoire », complétait Mathieu Hanotin, conseiller départemental en charge du sport et des grands événements. La convention prévoit ainsi une contribution du Red Star à hauteur de 5 millions d’euros sur 3 ans, somme qui devrait couvrir la rénovation de quelques terrains, des vestiaires et de l’ancien terrain d’honneur de Marville… qui a déjà vu évoluer l’équipe première du Red Star, entre 1998 et 2002.
En attendant de voir émerger son autre outil - un stade fonctionnel en Ligue 2 - le Red Star a en tout cas peut-être trouvé un premier centre de gravité avec cette Académie, qui le replace au cœur du département.

Photos : ©Daniel Ruhl

à lire aussi
Saint-Denis Piscines JOP 2024

La nouvelle piscine de Marville a désormais un visage

Les plans de la nouvelle piscine du parc des sports de Marville sont désormais connus. Cet équipement, longtemps attendu par les habitants de Seine-Saint-Denis, sera construit par l’entreprise GCC, lauréat tout juste choisi par le Département, maître d’ouvrage. Opérationnel dès janvier 2024 pour pouvoir recevoir des entraînements de water-polo lors des Jeux de Paris 2024, ce centre aquatique accueillera surtout par la suite tous les habitants du département, pour une diversité d’usages.

Handball Villepinte Aubervilliers

Zaadi-Niakaté, le tandem du 93 au sein des Bleues

Elles seront deux Séquanodionysiennes à faire le voyage au Danemark, pour y défendre leur titre de championnes d’Europe de handball, à partir du 4 décembre. Grâce Zaadi et Kalidiatou Niakaté ont toutes deux découvert leur sport en Seine-Saint-Denis, à Villepinte pour l’une, à Aubervilliers pour l’autre. Toutes deux championnes du monde en 2017, elles continuent de cultiver un lien spécial à ce territoire où tout a commencé pour elles. Portrait.

Lutte Bagnolet

Mélonin Noumonvi, lutteur inoxydable

A 38 ans, le lutteur bagnoletais repart une nouvelle fois au combat. Objectif, une quatrième participation aux Jeux olympiques. Il vient de remporter un tournoi à Varsovie, il est capable d’y arriver et de nous surprendre encore…

Rugby Bobigny

Les Louves de Bobigny de A à Z

Après avoir entraîné pendant 14 ans l’équipe première des Louves de Bobigny, qu’il a co-fondée, Fabien Antonelli éprouvait le besoin de revenir sur cette aventure hors-norme. Il le fait avec verve et tendresse dans un « Dictionnaire passionné » qui nous en apprend beaucoup sur ce club historique, devenu l’une des références nationales en matière de rugby féminin.