Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
À suivre JOP 2024 Bobigny

Le PRISME, un équipement modèle d’inclusion par le sport

Mercredi 29 janvier, le Département de Seine-Saint-Denis a présenté le PRISME, un équipement sportif inclusif à Bobigny, pensé pour accueillir tous les publics, valides ou en situation de handicap. Une première en Europe et un des trésors de l’héritage des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024.

En 2023, un an avant les Jeux de Paris 2024, les personnes en situation de handicap auront à Bobigny un lieu adapté pour la pratique de leur sport, quel que soit leur handicap, et un an plus tard, les athlètes paralympiques pourront s’y préparer avant leur grand rendez-vous olympique. Stéphane Troussel, président du Conseil départemental, expliquait que le PRISME (Pôle de Référence Inclusif Sportif Métropolitain) « a été pensé dès sa conception, avec les acteurs locaux mais aussi avec le COJO pour accueillir tous les publics, sportifs de haut niveau comme débutants, et devenir un pôle ressource et un lieu de recherche sur le sport et le handicap. Le PRISME participe d’une vision des Jeux olympiques et paralympiques accélérateurs des transformations sociales au service d’une société plus juste, plus solidaire, plus ouverte. »
JPEG - 125.7 ko
Le PRISME, imaginé dès le départ par le Département sur le stade de la Motte à Bobigny, derrière l’hôpital Avicenne et à proximité de l’université Sorbonne Paris Nord qui forme de futurs médecins et professionnels du sport était au départ destiné uniquement au développement de la pratique quotidienne du sport des habitants en situation de handicap. Un autre pôle imaginé par le COJO et destiné au haut niveau devait voir le jour au Bourget. Finalement, après de longs mois de travail, le Département et le COJO se sont accordés pour créer un seul équipement destiné aux champions comme aux sportifs du quotidien.
Tony Estanguet, président de Paris 2024, déclarait : « Ce projet est le parfait témoignage de cette collaboration qui nous a permis de gagner l’organisation des jeux de 2024, avec un mouvement sportif très impliqué, des acteurs publics complètement mobilisés. Il aurait certainement vu le jour quoi qu’il en soit, mais la participation de Paris 2024 va lui donner un coup d’accélérateur. » Jean Castex, Délégué interministériel aux Jeux Olympiques et Paralympiques 2024, ajoutait : « Les Jeux olympiques et paralympiques seront d’autant plus exceptionnels qu’ils laisseront une trace, un héritage. Le PRISME en fait partie, c’est pourquoi l’Etat veillera à ce que la Solidéo contribue au financement de sa réalisation. » Un apport bienvenu pour boucler un budget prévisionnel de 40 millions d’euros, financé majoritairement par le Fonds de solidarité interdépartemental d’investissement, abondé par les sept départements d’Ile-de-France.

Conception universelle

Le PRISME innove en étant non pas adapté aux personnes en situation de handicap, mais imaginé dès le départ suivant le principe de la conception universelle. « Il s’agit d’imaginer un équipement pour qu’il soit accessible à tous, valides ou porteurs de handicap, de n’importe quel handicap et même pour les personnes ayant des difficultés avec la langue française », explique Magalie Thibaut, vice-présidente du Département chargée de l’autonomie des personnes. « Depuis six ans, nous menons ce projet en co-construction, en consultant l’ensemble des personnes et acteurs concernés, près de 200 ! Les clubs, les fédérations, les services médico-sociaux, les universités, les centres de recherche, les associations, les pratiquants… »

Le Département sera le maître d’ouvrage du PRISME dont le marché sera lancé au premier trimestre de cette année, pour un début des travaux fin 2021 et une livraison au deuxième trimestre 2023. De quoi roder l’équipement, peaufiner les détails et être prêt pour la grande fête olympique de 2024.
JPEG - 135.7 ko
Licencié à Bondy, Bopha Kong est quadruple champion du monde de para-taekwondo. Il est déjà qualifié pour les JOP de Tokyo. « Un tel équipement, c’est vraiment une chance pour toutes les personnes en situation de handicap qui veulent pratiquer un sport ! Peu d’équipements sont adaptés, les créneaux sont rares. Même moi, qui suis en équipe de France, qui ai l’accès à l’INSEP, je rencontre des difficultés. Faute de créneaux, il m’arrive de m’entraîner dans mon box ! Alors un tel équipement fait rêver… Je compte bien l’utiliser d’ailleurs. Il sera livré avant les JOP de Paris pour que les athlètes puissent s’y entraîner, et moi les JOP à Paris, je veux en être ! »
JPEG - 99.2 ko
Rafik Arabat est champion d’Europe de développé couché, capable de soulever 200 kg ! Il est également éducateur sportif à La Courneuve : «  Le PRISME, c’est juste magique ! Un lieu pensé pour tous, pour la pratique sportive de tous… En tant qu’éducateur sportif, beaucoup de parents d’enfants porteurs de handicap m’interpellent et me demandent des conseils, des adresses pour que leur enfant pratique. Mais bien souvent je suis démuni et je ne sais pas vers qui les adresser, faute d’équipements adaptés. Le PRISME va permettre aux jeunes de pratiquer, et aussi aux parents de souffler un moment, c’est important également. »

Le PRISME c’est...

JPEG - 68.4 ko
Des équipements pour la pratique de tout.e.s
Une salle conçue pour la pratique de la Boccia (un sport de boules accessible à tous), de la danse et de l’expression physique
Une salle de musculation
Une halle multisports avec gradins
Une salle multisports avec un traitement spécial (acoustique, lumière, marquage au sol LED etc)
Une salle d’armes de 6 pistes, pouvant accueillir le tir à l’arc ou une aire de lancer virtuelle
Un dojo avec 4 aires de combat
JPEG - 83.1 ko
Un lieu adapté au haut-niveau
Un espace de classification et de détection paralympique
Des espaces dédiés au haut-niveau
Une salle d’évaluation musculaire et cardio-respiratoire

Un pôle de de recherche
Un plateau de recherche, développement et innovation pédagogique
Un plateau de kinésithérapie, de soins, de récupération et de rééducation
Des bureaux dédiés aux fédérations et aux chercheurs
Un espace ressources alimenté par les fédérations et l’université Sorbonne Paris Nord
Des salles dédiées à l’accueil de formation et de séminaires
Un espace balnéothérapie

à lire aussi
Judo

Après le Covid, l’Etoile du Blanc-Mesnil veut à nouveau briller

Astride, Cyrille, Guillaume, Madeleine, Margaux et Romane, judokas de l’Etoile Sportive du Blanc-Mesnil, savourent actuellement aux Ménuires, dans les montagnes savoyardes, un stage d’oxygénation, première étape de leur déconfinement. A peine serrée la ceinture de leur kimono, ils avouent une vraie soif de combats et une irrépressible faim de compétitions. Leur prochain rendez-vous international pourrait être, en novembre, les championnats d’Europe à Prague, initialement prévus en mai…

Course solidaire Jeux olympiques et paralympiques

Journée olympique : l’hommage du sport de Seine-Saint-Denis aux soignant·e·s

Mardi 23 juin, la traditionnelle journée olympique s’est reconvertie en marathon de la solidarité en hommage aux soignant·e·s. Six groupes de coureurs et coureuses sont à cette occasion parti·e·s de l’Insep à Vincennes vers différents hôpitaux de la région parisienne. Nous avons suivi celui de l’UNSS 93, constitué de lycéens et lycéennes de Bondy et d’enseignant·e·s, parti·e·s en petite foulée dire merci à des hôpitaux de Seine-Saint-Denis.

Piscines

Un centre aquatique olympique axé sur l’héritage

Mardi 9 juin, la Métropole du Grand Paris a organisé une visite du chantier de la future piscine olympique de Saint-Denis. Situé juste en face du Stade de France, cet équipement accueillera plusieurs épreuves pendant les Jeux de Paris 2024. Mais sa présence est surtout fondamentale pour l’après-Jeux, dans un territoire où un enfant sur deux ne sait pas nager à son entrée en 6e. Reportage.

Continuité pédagogique Karaté Pierrefitte-sur-Seine

Lamya Matoub : « Les enfants comprennent très bien l’angoisse que crée la crise sanitaire… »

À 28 ans, la karatéka pierrefittoise s’est forgée un sublime palmarès avec sept victoires en Coupe de France, la médaille d’or puis de bronze aux Jeux africains et la première marche du podium aux Jeux mondiaux en 2017… L’athlète qui porte les couleurs de l’Algérie prépare désormais les JO de Tokyo, reportés d’un an. Institutrice à Sarcelles, cette battante gère aussi la continuité pédagogique de ses élèves de maternelle.