Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
Continuité pédagogique Karaté Pierrefitte-sur-Seine

Lamya Matoub : « Les enfants comprennent très bien l’angoisse que crée la crise sanitaire… »

À 28 ans, la karatéka pierrefittoise s’est forgée un sublime palmarès avec sept victoires en Coupe de France, la médaille d’or puis de bronze aux Jeux africains et la première marche du podium aux Jeux mondiaux en 2017… L’athlète qui porte les couleurs de l’Algérie prépare désormais les JO de Tokyo, reportés d’un an. Institutrice à Sarcelles, cette battante gère aussi la continuité pédagogique de ses élèves de maternelle.

Comment avez-vous réagi au report des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo en juillet et août 2021 ?

Cela a été compliqué pour moi. Les qualifications olympiques ont été décalées en 2021 mais leur date n’est toujours pas fixée. Je suis professeure des écoles remplaçante, ce qui me permet d’enseigner et de m’entraîner entre deux missions. Dans le flou sur les prochains événements sportifs, je me demande s’il est encore pertinent de garder ce statut en septembre. Mais bon, ce serait génial d’être qualifiée pour les Jeux de Tokyo et enchaîner, comme j’en rêve, les JO et les Championnats du monde de Dubaï…

Comment avez-vous vécu le confinement ? Ce n’était pas trop difficile ?

J’ai fait avec, comme tout le monde ! Je m’entraînais dans mon salon en reprenant les conseils de mon préparateur physique. Quand j’ai le temps, je vais aussi courir au complexe Nelson-Mandela de Sarcelles, en restant toujours à 15 mètres des autres. En tant qu’enseignante en maternelle, j’envoie régulièrement par mail des feuillets d’activités aux familles de mes élèves. J’essaie de favoriser l’aspect ludique en leur proposant des parcours de motricité, des jeux de remplissage de baignoires… Les enfants sont des éponges à émotions et comprennent très bien la souffrance et l’angoisse que crée la crise sanitaire chez leurs parents. J’espère qu’ils ne seront pas trop tourmentés lorsqu’ils reprendront le chemin de l’école le 12 mai pour une partie d’entre eux.

Vous avez un superbe palmarès : sept fois médaille d’or en Coupe de France, championne des Jeux africains, vainqueure des Jeux mondiaux en 2017 en tant qu’athlète algérienne et numéro 3 mondiale un an plus tard, médaille d’or puis d’argent aux Championnats d’Afrique… Comment faites-vous ?

J’ai commencé le karaté à 7 ans, un peu par hasard en corrigeant mon frère qui pratiquait ce sport. J’ai tout de suite adoré cette discipline et l’ambiance chaleureuse de l’AASS Sarcelles. J’ai multiplié les compétitions et gagné une Coupe de France à 18 ans. Depuis, je m’investis énormément avec 9 heures d’entraînement par semaine, entre 4 et 6 heures de préparation physique et 1 heure pour le mental. Je pense que je dois ma carrière à cette volonté de tout faire pour que le travail et la discipline paient. En fait, je ne me suis jamais considérée comme particulièrement talentueuse…

Vous n’êtes pas trop déçue de la décision du Comité International Olympique de ne pas retenir le karaté comme sport additionnel pour Paris 2024 ?

Je suis très mitigée sur cette question. D’un côté, je trouve que c’est dramatique car cette décision prive une génération de karatékas du rêve de toute une vie, la France étant très bien positionnée. D’un autre côté, je reconnais que les règles de ce sport (système de points, crochetages…) ne sont pas simples à comprendre pour le spectateur lambda. Je regrette quand même cette décision car le karaté porte de belles valeurs comme la bienveillance, le respect, le contrôle de soi qui auraient mérité d’être mises en valeur lors des Jeux de Paris 2024.

JPEG - 94.1 ko

Crédits-photos : KPhotos et Lamya Matoub

à lire aussi
Coronavirus Judo Le Blanc-Mesnil

Madeleine Malonga : « Seul sauver des vies doit l’emporter… »

Récemment, la championne du monde de judo en titre (-78 kg) a lancé un appel aux dons pour les Hôpitaux de Paris. Tous les jours, « la boule au ventre », elle stresse de voir ses parents et sa sœur, soignant·e·.s, au chevet des malades du Covid. Elève-infirmière, la combattante de l’Etoile Sportive de Blanc Mesnil (26 ans) avoue « se sentir inutile », comme elle l’a aussi ressenti à l’annonce du report des Jeux de Tokyo…

Coronavirus

Anaïs Quemener : « Surtout, ne rien lâcher… »

Après avoir gagné le plus long marathon de sa vie contre un agressif cancer du sein, la vice-championne de France des 100 km en court un contre le COVID. Aux urgences de l’hôpital Jean-Verdier à Bondy, cette aide-soignante (29 ans) avance -sans relâche- contre lui. Même si sa ligne d’arrivée ne cesse de reculer, cette battante licenciée au Tremblay Athlétic club ne s’avouera jamais vaincue…

Coronavirus

Yvan Wouandji : « Une forte remise en cause du fonctionnement de notre monde »

Le vice-champion paralympique 2012 de cécifoot - du football pour non-voyants - qui vit son confinement à Sevran, évoque les sentiments ambivalents qu’il a connus lors de l’annonce du report des Jeux paralympiques de Tokyo, pour lesquels les Bleus avaient déjà obtenu leur qualification. Confiant, il donne toutefois rendez-vous dans un an, et nous explique comment il prend son mal en patience.

Génération jeux Boxe

"Après le confinement, la reprise va piquer !"

La boxeuse du Noble Art Rosny Fatia Benmessahel est l’une des espoirs de la Génération Jeux soutenue par le Département de la Seine-Saint-Denis. Entre ses études d’ingénieure en alternance, un maintien de l’activité physique et les soins d’une tendinite, elle raconte son quotidien confiné, avec toujours Paris 2024 en point de mire.

Services, aides
& démarches

Accessibilité des équipements culturels

Un guide valorisant la diversité de l'offre culturelle en Seine-Saint-Denis et favorisant l'accès et la participation des personnes handicapées à la vie culturelle et sociale.