Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
Course à pied Aubervilliers

La Sine Qua Non Squad investit les rues d’Aubervilliers

Jeudi 19 septembre, cette manifestation utilisant la course comme un moyen pour les femmes de se réapproprier l’espace public refait un passage par la Seine-Saint-Denis avant le grand final du 19 octobre prochain.

Ce jeudi à 19h30, chaussez vos baskets pour dire « non » aux agressions sexuelles et sexistes et au harcèlement de rue. Après deux premières sessions, la Sine Qua Non Squad revient en Seine-Saint-Denis pour un parcours qui arpentera cette fois les rues d’Aubervilliers.
Organisées chaque mois dans différents territoires, ces courses, qui s’effectuent à la tombée de la nuit, ont pour objectif d’aider les femmes à se réapproprier l’espace public et à dépasser certaines appréhensions à l’heure d’aller courir en ville.
« Le principe est vraiment de réaffirmer pour les femmes la possibilité de courir où elles veulent, quand elles veulent et dans la tenue qu’elles veulent », explique Mathilde Castres, présidente de l’association Tu vis ! Tu dis !, à l’origine de cette manifestation.
Lancée en 2017, cette association a été fondée par plusieurs femmes « toutes confrontées de près ou de loin à la problématique d’agressions sexistes ou sexuelles, dans le sport, au travail etc ». « Comme on ne voyait rien évoluer, on a voulu agir contre cette forme d’omerta, et l’idée du sport s’est vite imposée, car c’est un élément fédérateur, un moyen d’occuper l’espace public et parfois aussi un bon outil de thérapie, psychique ou physique », poursuit Mathilde Castres. Naissait ainsi en octobre 2018 la Sine Qua Non Run« un jeu de mots pour redonner de la force au mot « non ». »

JPEG - 61.6 ko

Pour cette 2e édition, l’événement, qui se déroulera le 19 octobre entre la Villette et Bobigny, s’est toutefois enrichi d’un dispositif de courses mensuelles - les Sine Qua Non Squads. Ces sessions d’entraînement, animées par la coach sportive Lucile Woodward, sont aussi l’occasion d’échanges et la prochaine aura donc lieu jeudi à Aubervilliers.
« Mais attention, on ne veut pas du tout stigmatiser la banlieue à travers ces événements. La première squad de l’année a d’ailleurs eu lieu à Stalingrad, et une autre s’est déroulée à Genève, précise la présidente de Tu vis ! Tu dis ! Et à chaque fois, nous travaillons main dans la main avec les associations locales. »
Les bénéfices de la course du 19 octobre seront ainsi reversés à trois associations partenaires, oeuvrant justement dans la lutte contre les violences faites aux femmes : l’association « Parler » de Sandrine Rousseau, « Fight for Dignity » de la championne du monde de karaté Laurence Fischer et la Maison des Femmes de Saint-Denis, un lieu de prise en charge globale ouvert en 2016 par la médecin Ghada Hatem à côté de l’hôpital Delafontaine. Une vingtaine de coureurs et coureuses sont attendus pour jeudi, et 2000 personnes pour le 19 octobre.
Et qu’on ne croie surtout pas que ces courses sont réservées aux femmes. « Au contraire, on insiste sur la mixité de ces événements car on pense vraiment que c’est ensemble, hommes et femmes, qu’on fera évoluer la société », insiste Mathilde Castres. La course, comme disait l’autre, est l’avenir de la femme et de l’homme.

Christophe Lehousse
Photos : ©Sine Qua Non Run

- Jeudi 19 septembre : un parcours à Aubervilliers de 6 km, 19h30, départ devant la Tour de la Villette- cotisation de 5 euros, reversés intégralement à la Maison des Femmes de Saint-Denis
- Samedi 19 octobre : un 6 km libre ou chronométré et un 10 km chronométré, départ à 18h du parc de La Villette jusqu’à Bobigny- 25 euros le dossard. Les bénéfices seront intégralement reversés à la Maison des Femmes de Saint-Denis, l’association Parler et Fight for Dignity
à lire aussi
Judo

Après le Covid, l’Etoile du Blanc-Mesnil veut à nouveau briller

Astride, Cyrille, Guillaume, Madeleine, Margaux et Romane, judokas de l’Etoile Sportive du Blanc-Mesnil, savourent actuellement aux Ménuires, dans les montagnes savoyardes, un stage d’oxygénation, première étape de leur déconfinement. A peine serrée la ceinture de leur kimono, ils avouent une vraie soif de combats et une irrépressible faim de compétitions. Leur prochain rendez-vous international pourrait être, en novembre, les championnats d’Europe à Prague, initialement prévus en mai…

Course solidaire Jeux olympiques et paralympiques

Journée olympique : l’hommage du sport de Seine-Saint-Denis aux soignant·e·s

Mardi 23 juin, la traditionnelle journée olympique s’est reconvertie en marathon de la solidarité en hommage aux soignant·e·s. Six groupes de coureurs et coureuses sont à cette occasion parti·e·s de l’Insep à Vincennes vers différents hôpitaux de la région parisienne. Nous avons suivi celui de l’UNSS 93, constitué de lycéens et lycéennes de Bondy et d’enseignant·e·s, parti·e·s en petite foulée dire merci à des hôpitaux de Seine-Saint-Denis.

Piscines

Un centre aquatique olympique axé sur l’héritage

Mardi 9 juin, la Métropole du Grand Paris a organisé une visite du chantier de la future piscine olympique de Saint-Denis. Situé juste en face du Stade de France, cet équipement accueillera plusieurs épreuves pendant les Jeux de Paris 2024. Mais sa présence est surtout fondamentale pour l’après-Jeux, dans un territoire où un enfant sur deux ne sait pas nager à son entrée en 6e. Reportage.

Continuité pédagogique Karaté Pierrefitte-sur-Seine

Lamya Matoub : « Les enfants comprennent très bien l’angoisse que crée la crise sanitaire… »

À 28 ans, la karatéka pierrefittoise s’est forgée un sublime palmarès avec sept victoires en Coupe de France, la médaille d’or puis de bronze aux Jeux africains et la première marche du podium aux Jeux mondiaux en 2017… L’athlète qui porte les couleurs de l’Algérie prépare désormais les JO de Tokyo, reportés d’un an. Institutrice à Sarcelles, cette battante gère aussi la continuité pédagogique de ses élèves de maternelle.