Catégories
Seine Saint-Denis
Saint-Denis JOP 2024

La Seine-Saint-Denis plus vite, plus haut, plus fort

A deux ans des JOP Paris 2024, la Journée olympique autour du Stade de France a attiré dimanche 26 juin des milliers de participant·e·s. Parmi eux, un large public du département, qui a pu découvrir gratuitement une trentaine de sports olympiques et paralympiques, auprès de champions souvent très accessibles. L’alchimie autour des Jeux monte en puissance...

« Comme j’aimerais être dans le stade dans 2 ans... » Tout juste sortie du stand « rugby » avec sa sœur et une copine, Aby, 14 ans, se met à rêver. Cette jeune fille de Saint-Denis, qui s’est mise au rugby cette année via la section sportive de son collège, adorerait pouvoir assister au tournoi olympique de rugby à 7 qui, dans deux ans, se déroulera au Stade de France.
Autrement dit, à très exactement 50 mètres – un bon dégagement au pied quoi - du stade annexe où était organisée, dimanche 26 juin, la Journée olympique. « Le rugby, j’adore ça : y a du contact et c’est aussi un sport d’équipe. Aux garçons qui me disent que c’est pas un sport de filles, je leur dis de venir jouer contre moi. Il n’y a pas longtemps, j’en connais un qui s’est fait plaquer par ma copine : il a pleuré… », lâche Aby dans un style que ne renierait pas Anne-Cécile Ciofani, vice championne olympique à Tokyo venue présenter dimanche sa discipline.

JPEG - 139.5 ko

Donner un avant-goût

A deux ans des Jeux de Paris 2024 qui se dérouleront en bonne partie en Seine-Saint-Denis, les habitants du territoire ont pu avoir un aperçu un peu plus concret de ce que sera cette manifestation planétaire. « Après le lancement des chantiers, les difficultés liées notamment à la crise du Covid, il fallait qu’on associe plus étroitement les habitants à l’événement et donner un avant-goût de ce que seront les Jeux ici en Seine-Saint-Denis. Au vu du monde et des sourires, j’estime que c’est réussi », soulignait le président du Département Stéphane Troussel, venu mesurer l’engouement du public aux côtés de Tony Estanguet et de la nouvelle ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra.

JPEG - 112.6 ko

Morante dans les airs

Avec 30 disciplines olympiques ou paralympiques présentées, des dizaines de champions au mètre carré, il fallait déjà faire preuve de certaines qualités sportives : se montrer endurant et garder la tête froide. Le Dionysien Allan Morante et l’équipe de France de trampoline avait assuré notre échauffement avec leurs sauts carpés, les B-boys and girls, nouveaux héros du « breaking », entré au programme olympique pour 2024, nous avaient fait monter en température...

Le maître-nageur s’appelle Camille Lacourt

Après ça, c’était parti pour le marathon de découvertes... Au stand handball, le tout jeune retraité multi-titré Michaël Guigou jouait les VRP de luxe ; à la natation, dans un département où 1 jeune sur 2 ne sait pas nager à son entrée en 6e du fait du manque de piscines, le maître-nageur s’appelait Camille Lacourt alors qu’à l’escrime, c’était carrément la photo de famille au grand complet. Au milieu d’Anita Blaze, Pauline Ranvier, Maureen Nisima… Joséphine Jacques-André Coquin, épéiste et membre de l’équipe de France à Rio 2016 croyait revivre ses débuts sur les pistes. « J’ai l’impression de me revoir à l’âge de 6 ans, quand j’ai découvert l’escrime au centre de loisirs de Drancy. Le fait de porter ce masque, d’être dans ma bulle et pourtant de combattre aux yeux de tous, ça m’avait tellement plu que j’avais tanné mes parents pour qu’ils m’inscrivent au club de Livry-Gargan. Et c’est un bonheur de voir cette même lueur dans les yeux des petits qui viennent découvrir la discipline ici », se réjouissait la sociétaire de l’AS Bondy, dont le grand rêve est de vivre les JO de Paris 2024 avec sa sœur Lauren Rembi.

JPEG - 98.4 ko

Volley assis

Un peu plus loin, Zhina, Maïssane et Naïma, trois sœurs de Noisy-le-Grand accompagnées par leur maman sortaient avec le même sourire de l’atelier judo dispensé par la combattante du Blanc-Mesnil Sport Tahina Durand et Hélios Latchoumanaya, médaille de bronze aux Jeux paralympiques de Tokyo. « C’était vraiment bien, et on a aussi vu que ce n’est pas parce qu’on a un handicap qu’on ne peut pas devenir un champion », constatait Zhina, 13 ans. En matière de Jeux paralympiques, la Seine-Saint-Denis sera là aussi servie puisqu’au-delà du para-athlétisme et de la para-natation, elle vient de récupérer le volley assis, en démonstration lors de la journée olympique, l’épreuve de para-marathon au départ de La Courneuve et la boucle de para-cyclisme à Clichy-sous-Bois.

La fierté des volontaires

Pour guider tout ce beau monde dans les allées, répondre aux questions des uns et des autres, on pouvait aussi compter sur le concours des volontaires des Jeux, dont le Département est un bon pourvoyeur puisque 600 se sont déjà inscrits sur la plateforme ouverte à cet effet. C’était le cas de Firas, 20 ans, originaire de Saint-Ouen et passionné de sport. « Je me suis inscrit parce que j’aime le sport et qu’avoir les JO près de chez soi, ce n’est pas quelque chose qui arrive tous les jours », témoignait cet étudiant en école d’ingénieur. « Je suis fier que les Jeux se déroulent en Seine-Saint-Denis. Et moi qui fais du judo, si je pouvais par la même occasion voir les épreuves de judo et Riner, mon grand modèle, ce serait le top… »

JPEG - 92 ko

"Mettre en lumière les talents du département"

Le plaisir et la fierté, ce sont aussi ces deux maîtres-mots que retenaient Iptissem à l’issue de cette journée. Encore un peu essoufflée par le duel aux haies auquel elle se sera livrée avec son amie, cette étudiante en biotechnologie et marketing à Paris-13 se réjouissait de la passion pour le sport qu’avait pu renvoyer la Seine-Saint-Denis à l’occasion d’une telle journée et formulait un vœu pour 2024 : « J’espère vraiment que ces Jeux mettront en lumière les talents du département et casseront un peu cette image ghetto qui peut parfois coller à la peau de la Seine-Saint-Denis. J’aimerais bien qu’on voie ce département tel qu’il est et pas tel que beaucoup de gens le fantasment. » La justesse et la clairvoyance sont une course de fond.

Retrouvez aussi le reportage vidéo fait lors de la Journée olympique :
https://lemag.seinesaintdenis.fr/Un-avant-gout-des-JOP-Paris-2024-au-Stade-de-France

Christophe Lehousse
Photos : ©Nicolas Moulard

à lire aussi
Seine-Saint-Denis Course à pied

Un pas vers l’emploi : l’insertion par le sport

La Mission locale de Gagny - Villemomble - Les Pavillons-sous-Bois a organisé le 12 juillet une course financée par le Département dans le cadre du Bel été solidaire et olympique, visant à favoriser les rencontres entre jeunes et employeur·euse·s. L’occasion d’échanger, de se découvrir sous un autre jour et, pourquoi pas, de décrocher un poste !

Tremblay-en-France Sevran Football

Siham Benmahammed, siffler c’est gagné !

Si elle regarde en ce moment l’Euro féminin de football à la télé, cette Sevranaise fait bien partie de la génération montante des arbitres tricolores. A 25 ans, elle arbitre depuis cette année en D1 féminine. Une première marche avant de diriger le jeu dans les plus grandes compétitions internationales. Portrait.

Cyclisme Aubervilliers

Revivez le Tour de France dans la roue des filles d’Auber

Plus de 20 ans après sa dernière édition, le Tour de France féminin a retrouvé les routes de l’Hexagone fin juillet. Et les 6 coureuses de l’équipe St-Michel-Auber 93 ont dignement représenté le département : elles finissent au complet et Coralie Demay se classe 24e. Notre journaliste les a suivies au jour le jour en vidéo. Retrouvez ici l’ensemble de nos reportages.

Equitation La Courneuve Handicap

Laurie Descouture, cavalière sport adapté

Les 15 et 16 juin, le centre équestre de La Courneuve accueillait pour la 6e fois les championnats de France d’équitation sport adapté, ouverts à des sportifs avec un handicap mental ou psychique. Laurie Descouture, 29 ans, l’a emporté en dressage et saut d’obstacles. Portrait d’une cavalière qui va de l’avant.