Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
JOP 2024

La Génération 2024 au cœur du projet olympique

Mardi 27 février, le Président de la République Emmanuel Macron, accompagné du Président du Conseil départemental Stéphane Troussel, de la Ministre des sports Laura Flessel, s’est rendu au gymnase Jesse Owens à Villetaneuse. L’occasion d’évoquer avec les associations locales l’héritage des Jeux olympiques 2024. REPORTAGE

La Seine-Saint-Denis veut réussir ses Jeux olympiques, et elle s’en donne les moyens ! La plupart des jeunes sportifs de la « Génération 2024 » étaient venus à Villetaneuse témoigner de leurs espoirs et ambitions au président de la République. Imaginé et lancé par Jean-Claude Mollet, président du Saint-Denis US TT 93, Génération 2024 est un dispositif d’accompagnement mis en place par le Département pour 20 sportives et sportifs prometteurs du territoire, qui pourraient être amenés à participer à l’événement. Chaque année, ce dispositif allouera ainsi une aide financière de 3000 euros à chacun.e de ces 20 espoirs du territoire.

Jonathan Moriamé, gardien de but de l’équipe de France de water-polo et entraîneur de l’équipe de Noisy-le-Sec présentait quelques uns de ces championnes et champions : la toute jeune pongiste Prithikha Pavade (Saint-Denis US TT 93) aux côtés du colosse Messy Katanga (judo RSC Montreuil), le gymnaste Paul Degouy de Noisy-le-Grand, le karatéka Fabien Tran du KCVO Villepinte…

Tou.te.s les dirigeant.e.s et bénévoles de Seine-Saint-Denis comptent sur l’héritage des Jeux olympiques, comme l’a rappelé Julie Essen, présidente du Cercle des Nageurs noiséens : « Nous nous mobilisons pour que chaque enfant sache nager, nous sommes le premier club formateur d’Ile-de-France en water-polo, malgré des équipements vétustes. C’est dire si nous attendons beaucoup des Jeux pour améliorer nos infrastructures. Et j’ajoute également que le respect des délais pour la prolongation de ligne 15 du Grand Paris Express serait un grand coup de pouce ! »

Tou.te.s les bénévoles ont souligné le rôle essentiel que les clubs sportifs jouent dans l’éducation des jeunes, à l’image de Catherine Andréazzoli. directrice sportive du Saint-Denis Union Sport judo, 5 fois championne d’Europe, elle a souligné « le rôle du judo pour l’émancipation des jeunes filles issues de quartiers sensibles, les valeurs de respect qui ont cours sur un tatami. Les bénéfices des efforts des éducateurs et éducatrices seraient décuplés si la Seine-Saint-Denis bénéficiait d’un dojo départemental. »

Le Département connaît bien les besoins en équipements sportifs de la Seine-Saint-Denis, et a mis en œuvre un plan de rattrapage des équipements sportifs. Mais à lui seul, il ne peut combler le retard, et la réponse du Président Macron était particulièrement attendue. Il a rappelé que les Jeux verraient la construction d’équipements (piscines, village des athlètes, centre des médias, passerelles…). « Certains d’entre vous ont souligné que votre département était en mal d’image. Souvent, je rappelle que le département le plus jeune de France, celui qui compte le plus de créations d’entreprises, qui connaît la plus grande diversité de nationalités, le plus grand stade de France, deux aéroports internationaux, c’est la Seine-Saint-Denis ! C’est cette image positive et de dynamisme que les Jeux olympiques pourront donner de la Seine-Saint-Denis, en France et dans le monde. »

JPEG - 84.5 ko

Démonstration de basket acrobatique au gymnase Jesse Owens à Villetaneuse à l’occasion de la visite présidentielle.

à lire aussi
Judo

Après le Covid, l’Etoile du Blanc-Mesnil veut à nouveau briller

Astride, Cyrille, Guillaume, Madeleine, Margaux et Romane, judokas de l’Etoile Sportive du Blanc-Mesnil, savourent actuellement aux Ménuires, dans les montagnes savoyardes, un stage d’oxygénation, première étape de leur déconfinement. A peine serrée la ceinture de leur kimono, ils avouent une vraie soif de combats et une irrépressible faim de compétitions. Leur prochain rendez-vous international pourrait être, en novembre, les championnats d’Europe à Prague, initialement prévus en mai…

Course solidaire Jeux olympiques et paralympiques

Journée olympique : l’hommage du sport de Seine-Saint-Denis aux soignant·e·s

Mardi 23 juin, la traditionnelle journée olympique s’est reconvertie en marathon de la solidarité en hommage aux soignant·e·s. Six groupes de coureurs et coureuses sont à cette occasion parti·e·s de l’Insep à Vincennes vers différents hôpitaux de la région parisienne. Nous avons suivi celui de l’UNSS 93, constitué de lycéens et lycéennes de Bondy et d’enseignant·e·s, parti·e·s en petite foulée dire merci à des hôpitaux de Seine-Saint-Denis.

Piscines

Un centre aquatique olympique axé sur l’héritage

Mardi 9 juin, la Métropole du Grand Paris a organisé une visite du chantier de la future piscine olympique de Saint-Denis. Situé juste en face du Stade de France, cet équipement accueillera plusieurs épreuves pendant les Jeux de Paris 2024. Mais sa présence est surtout fondamentale pour l’après-Jeux, dans un territoire où un enfant sur deux ne sait pas nager à son entrée en 6e. Reportage.

Continuité pédagogique Karaté Pierrefitte-sur-Seine

Lamya Matoub : « Les enfants comprennent très bien l’angoisse que crée la crise sanitaire… »

À 28 ans, la karatéka pierrefittoise s’est forgée un sublime palmarès avec sept victoires en Coupe de France, la médaille d’or puis de bronze aux Jeux africains et la première marche du podium aux Jeux mondiaux en 2017… L’athlète qui porte les couleurs de l’Algérie prépare désormais les JO de Tokyo, reportés d’un an. Institutrice à Sarcelles, cette battante gère aussi la continuité pédagogique de ses élèves de maternelle.