Catégories
Seine Saint-Denis
JOP 2024

La Fabrique des Jeux s’ouvre à toutes les bonnes volontés

Un an après l’attribution des JOP 2024 à Paris et la Seine-Saint-Denis, il est désormais temps de nourrir le projet olympique. C’est notamment le but de la Fabrique des Jeux, structure de production d’idées tous domaines confondus créée en juin dernier par le Département. Un site vient d’être lancé pour recueillir toutes les suggestions des habitants.

La Fabrique ? « C’est une démarche de mise en commun d’idées et d’initiatives qu’a souhaitée le Département pour réussir au mieux non seulement les Jeux, mais l’héritage qui en découlera, exposait Stéphane Troussel, le président du Département de la Seine-Saint-Denis, lors du lancement de la structure, en juin dernier. Et pour cela, nous souhaitons nous appuyer sur tous les secteurs d’activités : le monde sportif évidemment, mais aussi culturel, associatif, entrepreneurial ».

Dans cette démarche participative, la contribution des habitants est évidemment non seulement souhaitée, mais indispensable. Un an tout pile après l’attribution des JO 2024 à Paris et à la Seine-Saint-Denis qui accueillera une bonne partie des épreuves, la Fabrique des Jeux s’ouvre donc ce mercredi 13 septembre aux suggestions des citoyens via un site dédié. Si vous avez une idée - tous champs confondus : culturel, entrepreneurial, social, scientifique, architectural - pour associer au mieux les citoyens à l’événement et ainsi contribuer à sa réussite, n’hésitez donc pas à la soumettre sur la lafabriquedesjeux.seinesaintdenis.fr

Simple et intuitive, cette plateforme recensera les différentes propositions des habitants, qui pourront aussi se retrouver lors d’ateliers pour mettre en commun des projets jugés voisins ou complémentaires. Parallèlement à cette démarche participative, la Fabrique peut aussi s’appuyer sur un Conseil des membres, dont la première réunion s’était tenue en juin dernier.
François Dechy, fondateur de Baluchon, un fleuron de l’économie sociale et solidaire implanté à Romainville, Hortense Archambault, directrice de la MC93, scène nationale de Bobigny ou encore Mathieu Bauer, directeur du Nouveau Théâtre de Montreuil, tous s’étaient ainsi donnés rendez-vous pour siffler le coup d’envoi du nouvel outil.

« J’ai toujours été un grand fan de sport en même temps que de spectacle vivant. Pour moi, le croisement des deux peut vraiment être fertile. Il y a un truc démentiel à faire autour de ces Jeux », vibrionnait le directeur du Nouveau Théâtre de Montreuil. Et d’annoncer, déjà, l’ouverture d’un mur d’escalade « customisé » au sein de son centre dramatique. « Les prises pourraient correspondre à de grandes dates dans l’histoire de la musique ou du théâtre, et les grimpeurs partiraient ainsi à l’assaut de l’art », s’enthousiasmait cet amoureux de la scène et du sport.
Les autres domaines n’étaient pas en reste. « Ces Jeux sont une belle opportunité pour le département en matière d’emplois et de projets d’insertion. Mais pour la saisir, il est nécessaire que nos entreprises - notamment les TPE-PME - se fédèrent, s’allient pour répondre au mieux aux marchés publics. » soulignait Danielle Dubrac, présidente de la Chambre de commerce et d’industrie 93.

Au sein de ce Conseil des membres – qui réunit quelque 50 personnalités – les sportifs sont bien sûr eux aussi représentés. « J’ai pu voir de l’intérieur comment se sont déroulés 3 Jeux différents et aussi suivre l’évolution des villes qui avaient accueilli ces événements, faisait ainsi valoir Frédérique Jossinet, vice-championne olympique de judo à Athènes 2004. Il est clair qu’il y a des choses à prendre mais en même temps, il faut se sentir libres de créer notre propre histoire. Tout est à inventer. », poursuivait cette championne native de Rosny-sous-Bois, désormais directrice du football féminin à la Fédération française.

Pour accompagner ces différents ateliers thématiques, la Fabrique s’est aussi dotée d’un laboratoire, à connotation plus scientifique, qui entend mettre à contribution des « experts » dans différents domaines : urbanisme, impact des grands événements sur un territoire ou encore développement durable. « Sur plusieurs sujets, des chercheurs du monde universitaire peuvent devenir une ressource pour cette Fabrique et partager leur expertise au service d’un projet de territoire », insistait Pierre-Olaf Schut, maître de conférences en sciences et techniques des activités physiques (STAPS) à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée et créateur avec trois autres collègues d’un Observatoire pour la recherche sur les méga-événements.

A vous, citoyens de Seine-Saint-Denis, d’enrichir désormais ces débats par vos contributions. Bienvenue dans le Fab Lab des Jeux !

à lire aussi
Handisport Bondy

Joue-la comme Bondy pour le cécifoot

Mercredi 16 septembre, le Bondy Cécifoot Club a fait les présentations officielles : ce tout premier club de foot pour non et mal-voyants en Seine-Saint-Denis, qui va connaître ses premiers championnats cette année, vient combler un manque manifeste dans le département en matière de handisport. A quatre ans de Jeux paralympiques qui se dérouleront en partie en Seine-Saint-Denis, l’offre sportive s’enrichit.

Aménagement urbain JOP 2024

La Seine-Saint-Denis défend son projet olympique

Jeudi 10 septembre, plusieurs élus de Seine-Saint-Denis ont alerté sur un possible « détricotage » des installations des Jeux olympiques de 2024 pour le territoire. Alors que deux réunions importantes du Comité d’organisation des Jeux approchent, plusieurs rumeurs tenaces indiquent en effet que le département pourrait perdre plusieurs épreuves olympiques dont la natation, affaiblissant par là-même aussi le volet héritage.

Rugby Bobigny

Les Louves commencent par un couac

Le retour à la compétition de l’équipe première féminine de l’AC Bobigny Rugby, après l’interruption due au coronavirus, a été quelque peu gâché par la lourde défaite 3-16, subie dimanche à domicile face à Romagnat. Sans être franchement inquiètes, les Louves devront se ressaisir rapidement dans une formule qui laisse peu de place à l’erreur.