Catégories
Seine Saint-Denis
JOP 2024

La Fabrique des Jeux s’ouvre à toutes les bonnes volontés

Un an après l’attribution des JOP 2024 à Paris et la Seine-Saint-Denis, il est désormais temps de nourrir le projet olympique. C’est notamment le but de la Fabrique des Jeux, structure de production d’idées tous domaines confondus créée en juin dernier par le Département. Un site vient d’être lancé pour recueillir toutes les suggestions des habitants.

La Fabrique ? « C’est une démarche de mise en commun d’idées et d’initiatives qu’a souhaitée le Département pour réussir au mieux non seulement les Jeux, mais l’héritage qui en découlera, exposait Stéphane Troussel, le président du Département de la Seine-Saint-Denis, lors du lancement de la structure, en juin dernier. Et pour cela, nous souhaitons nous appuyer sur tous les secteurs d’activités : le monde sportif évidemment, mais aussi culturel, associatif, entrepreneurial ».

Dans cette démarche participative, la contribution des habitants est évidemment non seulement souhaitée, mais indispensable. Un an tout pile après l’attribution des JO 2024 à Paris et à la Seine-Saint-Denis qui accueillera une bonne partie des épreuves, la Fabrique des Jeux s’ouvre donc ce mercredi 13 septembre aux suggestions des citoyens via un site dédié. Si vous avez une idée - tous champs confondus : culturel, entrepreneurial, social, scientifique, architectural - pour associer au mieux les citoyens à l’événement et ainsi contribuer à sa réussite, n’hésitez donc pas à la soumettre sur la lafabriquedesjeux.seinesaintdenis.fr

Simple et intuitive, cette plateforme recensera les différentes propositions des habitants, qui pourront aussi se retrouver lors d’ateliers pour mettre en commun des projets jugés voisins ou complémentaires. Parallèlement à cette démarche participative, la Fabrique peut aussi s’appuyer sur un Conseil des membres, dont la première réunion s’était tenue en juin dernier.
François Dechy, fondateur de Baluchon, un fleuron de l’économie sociale et solidaire implanté à Romainville, Hortense Archambault, directrice de la MC93, scène nationale de Bobigny ou encore Mathieu Bauer, directeur du Nouveau Théâtre de Montreuil, tous s’étaient ainsi donnés rendez-vous pour siffler le coup d’envoi du nouvel outil.

« J’ai toujours été un grand fan de sport en même temps que de spectacle vivant. Pour moi, le croisement des deux peut vraiment être fertile. Il y a un truc démentiel à faire autour de ces Jeux », vibrionnait le directeur du Nouveau Théâtre de Montreuil. Et d’annoncer, déjà, l’ouverture d’un mur d’escalade « customisé » au sein de son centre dramatique. « Les prises pourraient correspondre à de grandes dates dans l’histoire de la musique ou du théâtre, et les grimpeurs partiraient ainsi à l’assaut de l’art », s’enthousiasmait cet amoureux de la scène et du sport.
Les autres domaines n’étaient pas en reste. « Ces Jeux sont une belle opportunité pour le département en matière d’emplois et de projets d’insertion. Mais pour la saisir, il est nécessaire que nos entreprises - notamment les TPE-PME - se fédèrent, s’allient pour répondre au mieux aux marchés publics. » soulignait Danielle Dubrac, présidente de la Chambre de commerce et d’industrie 93.

Au sein de ce Conseil des membres – qui réunit quelque 50 personnalités – les sportifs sont bien sûr eux aussi représentés. « J’ai pu voir de l’intérieur comment se sont déroulés 3 Jeux différents et aussi suivre l’évolution des villes qui avaient accueilli ces événements, faisait ainsi valoir Frédérique Jossinet, vice-championne olympique de judo à Athènes 2004. Il est clair qu’il y a des choses à prendre mais en même temps, il faut se sentir libres de créer notre propre histoire. Tout est à inventer. », poursuivait cette championne native de Rosny-sous-Bois, désormais directrice du football féminin à la Fédération française.

Pour accompagner ces différents ateliers thématiques, la Fabrique s’est aussi dotée d’un laboratoire, à connotation plus scientifique, qui entend mettre à contribution des « experts » dans différents domaines : urbanisme, impact des grands événements sur un territoire ou encore développement durable. « Sur plusieurs sujets, des chercheurs du monde universitaire peuvent devenir une ressource pour cette Fabrique et partager leur expertise au service d’un projet de territoire », insistait Pierre-Olaf Schut, maître de conférences en sciences et techniques des activités physiques (STAPS) à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée et créateur avec trois autres collègues d’un Observatoire pour la recherche sur les méga-événements.

A vous, citoyens de Seine-Saint-Denis, d’enrichir désormais ces débats par vos contributions. Bienvenue dans le Fab Lab des Jeux !

à lire aussi
Aubervilliers

Baptiste Bleier, drôle de bizutage

A 25 ans, ce coureur prometteur de St Michel-Auber 93, issu de l’équipe réserve, aura vu sa première année chez les pros interrompue brutalement par le confinement. Heureusement, la reprise de la saison au 1er août l’a remis en selle.

Montfermeil Football

Sébé Coulibaly, le foot au féminin

Passée par de nombreux clubs de Seine-Saint-Denis, cette jeune femme lance le 11 juillet « Ladies Squad », une application mobile pour encourager la pratique féminine du football. Cette internationale malienne, qui a grandi aux Bosquets à Montfermeil, voit aussi dans le foot un outil pour faire progresser la cause des femmes. Rencontre.

Judo

Après le Covid, l’Etoile du Blanc-Mesnil veut à nouveau briller

Astride, Cyrille, Guillaume, Madeleine, Margaux et Romane, judokas de l’Etoile Sportive du Blanc-Mesnil, savourent actuellement aux Ménuires, dans les montagnes savoyardes, un stage d’oxygénation, première étape de leur déconfinement. A peine serrée la ceinture de leur kimono, ils avouent une vraie soif de combats et une irrépressible faim de compétitions. Leur prochain rendez-vous international pourrait être, en novembre, les championnats d’Europe à Prague, initialement prévus en mai…

Course solidaire Jeux olympiques et paralympiques

Journée olympique : l’hommage du sport de Seine-Saint-Denis aux soignant·e·s

Mardi 23 juin, la traditionnelle journée olympique s’est reconvertie en marathon de la solidarité en hommage aux soignant·e·s. Six groupes de coureurs et coureuses sont à cette occasion parti·e·s de l’Insep à Vincennes vers différents hôpitaux de la région parisienne. Nous avons suivi celui de l’UNSS 93, constitué de lycéens et lycéennes de Bondy et d’enseignant·e·s, parti·e·s en petite foulée dire merci à des hôpitaux de Seine-Saint-Denis.