Catégories
Seine Saint-Denis
Salon Aubervilliers

L’audiovisuel tient salon en Seine-Saint-Denis

Premier salon francophone dédié à la création et aux innovations technologiques dans les médias, le divertissement et la communication audiovisuelle, le Satis se tiendra les 9 et 10 novembre aux Docks de Paris, à Aubervilliers. L’occasion de faire le point avec son directeur, Stephan Faudeux, sur ce secteur très présent dans le département.

Cette édition s’annonce-t-elle riche en innovations ?
C’est une année de transition. Entre la pénurie de composants électroniques que l’on connaît et la crise sanitaire, le premier semestre a été calme mais on voit maintenant arriver des nouveautés. Il n’y a pas eu de Salon dans le monde depuis un an et demi. Nous serons les premiers, avant celui d’Amsterdam en décembre. C’est le bon moment pour se tenir. On sent d’ailleurs chez nos exposants et au nombre d’accréditations demandées qu’il y a une véritable envie de se retrouver, de voir les produits et les innovations élaborées ces derniers mois, de les toucher, d’échanger sur les problématiques.
JPEG - 162.9 ko
La crise sanitaire a beaucoup touché ce secteur ?
On parle souvent de l’audiovisuel comme d’une grande famille mais elle compte beaucoup de sous-familles. Tout ce qui est programmes de flux, c’est-à-dire ce qui alimente les chaînes de télévision, a bien fonctionné. Il y a eu un petit moment d’arrêt au premier semestre 2020 mais, depuis, les studios tournent énormément, pour rattraper le retard mais aussi parce que les plate-formes produisent énormément. Le décret SMAD [pour services de médias audiovisuels à la demande] les oblige par ailleurs à produire localement. En revanche, pour toute la partie événementiel, conventions, spectacle vivant, défilés de mode, la crise est un peu plus importante. Dans la publicité aussi mais cela revient. Les difficultés aujourd’hui tiennent surtout aux problèmes d’approvisionnement en composants et au manque de personnel. Un important travail est à faire sur la formation.

Quels sont les secteurs porteurs ?
Le doublage et le sous-titrage sont des secteurs qui explosent. En Seine-Saint-Denis par exemple, deux grosses entreprises Dubbing Brothers [basée à La-Plaine-Saint-Denis, qui a notamment doublé tout récemment « Dune »] et Titra Film [basée à Saint-Ouen, Prix de l’innovation César & Techniques en 2019] construisent des auditoriums à tour de bras.

La Seine-Saint-Denis est une terre d’avenir ?
La Seine-Saint-Denis possède tout un écosystème, avec de plus en plus d’entreprises qui se renforcent, mais aussi des studios XR – où on ne tourne plus sur fond vert mais devant des murs de leds – qui se développent, comme les Studios TSF à Épinay-sur-Seine. Ce sont des technologies toutes nouvelles, au potentiel assez important. La France possède un vrai savoir-faire en la matière et la Seine-Saint-Denis au moins trois plateaux comme cela, et d’autres en projets.

Votre programme abordera aussi les Jeux Olympiques et paralympiques...
Le sport a toujours été une source d’innovation. C’est par exemple là qu’on a utilisé les premiers drones. Les développements irriguent ensuite les autres secteurs. À trois ans des JO, c’est important de présenter cette dimension. Nous avons déjà proposé une journée sur le sport en juin et y consacrerons des conférences lors du Satis. Nous aidons également à l’organisation du Hackathon de Plaine commune. Comment engager le spectateur dans et hors du stade, comment enrichir son expérience, l’immerger mieux dans les images, etc. : ce sont des questions d’avenir.

Retrouvez le programme et les modalités d’inscription sur https://satis-expo.com/. Vous pourrez également y voir, en direct ou en différé, les moments forts du Salon.

à lire aussi
Aide aux réfugiés Saint-Denis Montreuil

En Seine-Saint-Denis, deux incubateurs permettent à des réfugié·e·s de devenir entrepreneur·euse·s

Depuis deux ans, les villes de Montreuil et de Saint-Denis accueillent sur leur territoire un incubateur qui accompagne dans leur projet de création d’entreprise des personnes ayant le statut de réfugié. Un dispositif en plein essor piloté par The Human Safety Net, la fondation du groupe Generali, en collaboration avec le réseau d’accompagnement La Ruche.

Environnement Economie sociale et solidaire Portrait

Louis Lefèvre, l’upcycleur de montgolfières

« Avec une seule toile de montgolfière, on peut faire entre 400 et 600 poufs ! ». C’est l’histoire d’un jeune entrepreneur qui, après avoir travaillé dans la grande distribution, a été fortement sensibilisé à la problématique des déchets. Il crée alors son entreprise, La Tête Dans Les Nuages, à L’Île-Saint-Denis. Ici, on upcycle – réemploie - des montgolfières, des bâches publicitaires et du polystyrène pour en faire... des poufs ! Portrait vidéo.

Insertion

« Impact 2024 » soutient 30 actions d’inclusion par le sport

Pour sa deuxième édition, ce dispositif initié par Paris 2024 et le Département de la Seine-Saint-Denis a sélectionné 30 projets s’appuyant sur le sport pour générer des retombées sociales telles que le retour vers l’emploi, l’inclusion des personnes handicapées ou de publics en grande précarité. Gros plan sur trois d’entre eux.

Appel à Agir In Seine-Saint-Denis, un acte 3 pour se mettre en quatre...

Retour sur la soirée célébrant les 421 lauréat·e·s de la troisième édition de l’appel à « Agir In Seine-Saint-Denis » organisée, jeudi 20 octobre à la Cité Fertile de Pantin. Associations, acteur·rice·s de l’économie sociale et solidaire, artistes et habitant·e·s ont partagé leur envie commune de « faire la Seine-Saint-Denis de demain. »