Catégories
Seine Saint-Denis
Cinéma

L’Iran et le Hirak, guest stars du PCMMO

La 15e édition du Panorama des Cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient (PCMMO) se tient jusqu’au 21 mars en Seine-Saint-Denis. Au programme : un focus sur le prolifique cinéma iranien et de nombreuses œuvres consacrées au mouvement de contestation algérien né en 2019, le Hirak.

Le lancement du Panorama s’est fait au cinéma L’Ecran de Saint-Denis, mardi 3 mars avec la projection de Dressage, un long métrage délicat sur la révolte d’une jeune iranienne. Dans la salle obscure, se tenait la chanteuse kabyle Souad Massi, marraine du 15e Panorama.

Une soixantaine de films, des rencontres…

Le fondateur du Panorama Kamel El Mahouti et sa directrice artistique Emma Raguin ont présenté les grandes lignes du festival qui met à l’honneur les femmes qu’elles soient devant ou derrière la caméra.
Les projections de la 15ème édition se déroulent de manière décentralisée sur toute la Seine-Saint-Denis : au cinéma Le Trianon à Romainville, à L’Etoile de La Courneuve, au Studio d’Aubervilliers...
Parmi les temps forts des prochaines semaines, de nombreuses avant-premières sont programmées dont The perfect candidate d’Haifaa Al Mansour, un film doux-amer sur la candidature contrariée d’une saoudienne aux élections municipales.
Le public pourra ainsi découvrir de véritables pépites parmi lesquelles le long métrage Un fils sur les ravages du terrorisme dimanche 15 mars à L’Espace 1789 de Saint-Ouen ou Yalda, la nuit du pardon, un polar iranien haletant primé au Sundance Film Festival, en présence du réalisateur Massoud Bakhshi.

JPEG - 296.1 ko

« Les films du Maghreb et du Moyen-Orient ont du mal à franchir les frontières de la Méditerranée » constate Lucie de Barros, chargée de médiation du Panorama. « Pourtant, le cinéma outre-Méditerranée est foisonnant et produit beaucoup de films auxquels on ne s’attend pas forcément comme des films d’horreur, des comédies musicales… ».
La musique s’invite également avec un concert de Souad Massi* programmé lundi 9 mars à 20h30 à la salle de spectacle La ligne 13 de Saint-Denis. La chanteuse kabyle envoûtera les spectateur·rice·s avec les titres de son dernier album Oumniya, dont le célèbre tube Fi Bali qui salue les marches pacifiques des Algérien·ne·s pour un renouveau démocratique.

Une opportunité pour les réalisateur·rice·s

Le Panorama des Cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient draine entre 9000 et 10 000 spectateurs tous les ans, un public composé de familles mais aussi de cinéphiles chevronné·e·s.
Connu internationalement, ce festival permet aux cinéastes de gagner en visibilité et pour certains d’échapper aux foudres de la censure dans leur pays. Le documentaire Fragments de rêves sur les soulèvements de la jeunesse algérienne depuis 2011 sera diffusé mercredi 11 mars en avant-première à l’Institut du Monde arabe, malgré une interdiction de visionnage au Festival de Béjaïa en Kabylie en 2019. Un phénomène moins prégnant à en croire le fondateur Kamel El Mahouti, qui se réjouit de voir de nombreuses femmes maghrébines prendre la caméra. « 40 des 60 films du PCMMO sont l’œuvre de réalisatrices, ce qui change pas mal de perspectives » se félicite-t-il. « Le cinéma est un média très puissant qui peut changer les mentalités en incitant à une plus grande égalité entre les sexes. »
Le PCMMO offre un véritable tremplin pour les réalisateur·rice·s et les équipes de tournage. Ceux∙celles-ci peuvent se constituer en réseau et faire vivre leur film dans d’autres festivals, comme le long métrage It must be heaven finalement primé au Festival de Cannes.

Le Panorama s’achèvera sur une note festive samedi 21 mars au cinéma Le Studio d’Aubervilliers, avec la diffusion du documentaire Raving Iran de Susanne Regina Meures. Les spectateur·rice·s découvriront la scène techno underground de Téhéran et les ruses de la jeunesse persane pour échapper à la chape de plomb des mollahs et aux "91 coups de fouet" promis aux organisateurs. Une façon de célébrer l’audace des cinémas de l’autre côté de la Méditerranée, reflets de sociétés bouillonnantes et en perpétuel renouvellement.

Le programme complet du Panorama est téléchargeable ci-après.

*Tarif du concert de Souad Massi : 15 euros

Crédit photo : Coralie Gourdon et photogramme Yalda, la nuit du pardon

à lire aussi
Livres

Décryptage de la violence

Dans son livre "Laisse pas traîner ton fils", l’écrivain dionysien Rachid Santaki part d’un fait divers sanglant et dresse le portrait d’une jeunesse en proie à la violence, dans la rue, la famille et les réseaux sociaux.

Stains Théâtre

Sonja Mazouz, Studio number one

Cette ancienne danseuse-comédienne est entrée dans la profession grâce au Studio Théâtre de Stains. Désormais coach de gym pilates après une carrière bien remplie, elle revient toutefois à ses premières amours et répète actuellement la nouvelle pièce du STS, « Rousseau et Jean-Jacques » qui sera jouée quand les théâtres pourront rouvrir. Portrait.

Saint-Denis In Seine-Saint-Denis Littérature jeunesse

Le "road-movie" confiné de trois Séquano-Dionysiennes

Avec « La nuit tombe, Maman rêve », Cécile Dumoutier, Luna Granada et Eve Gentilhomme signent un album jeunesse plein de rêve et de poésie, qui aborde avec légèreté des thèmes peu traités dans les livres pour enfants comme la monoparentalité. Cet ouvrage 100 % made in Seine-Saint-Denis, puisque l’éditrice et l’auteure sont dionysiennes, sera aussi présenté lors de l’édition virtuelle du Salon du Livre de Montreuil.

Confiné·e·s sans s’ennuyer Festival Musique

Africolor part en live !

Renoncer n’est décidément pas un mot appartenant au vocabulaire d’Africolor. En moins de 15 jours, l’équipe du Festival des musiques africaines s’est démenée pour maintenir son édition 2020, en live stream, confinement oblige. Rendez-vous devant votre écran pour des concerts dans votre salon jusqu’en décembre !