Catégories
Seine Saint-Denis
Génération jeux Athlétisme

Jeux sans frontières à Ladoumègue

Retour sur les Usepiades, une rencontre de sport scolaire qui a réuni, le 1er février, 300 enfants venus d’écoles de Paris et de Seine-Saint-Denis au complexe sportif de la Porte-de-Pantin. L’un des temps forts de l’édition 2018 de la Semaine olympique et paralympique où il fut beaucoup question de 2024. REPORTAGE

« Ma première compétition en club, c’était sur cette piste… » Séquence nostalgie pour Véronique Mang, athlète du Club Athlétique de Montreuil et médaillée de bronze sur 4 x 100 mètres aux JO d’Athènes 2004, venue ce premier jeudi de février renouer avec sa jeunesse et l’anneau du Stade Ladoumègue situé Porte de Pantin. Le complexe sportif est sur le territoire de Paris mais à quelques foulées seulement de Pantin et de la Seine-Saint-Denis. Ce jour-là se déroulaient les Usepiades de Paris-Seine-Saint-Denis, l’un des temps forts de la Semaine Olympique et Paralympique. Au programme : de la course, des sauts, des relais et un jeu interactif sur l’histoire des Jeux Olympiques. Et 300 élèves de 12 classes de CM2 de Paris et de la Seine-Saint-Denis venus batailler pour décrocher leur graal personnel. Après quelques selfies avec Véronique Mang mais aussi le tennisman Paul-Henri Matthieu ou l’ex-basketteuse Emmeline N’Dongue et diverses questions sur leurs participations respectives aux Jeux Olympiques, il est temps de se mettre en piste.

Tokyo 2020 ou Paris 2024 ?

Pour aller plus vite, plus haut, plus fort –la devise olympique- mais « pas seulement », explique Romain Zuliani, président de l’Union Sportive de l’Enseignement du Premier degré (USEP 93) de Seine-Saint-Denis : « L’objectif de ces Usepiades Paris-Seine-Saint-Denis, c’est avant tout que les enfants des deux départements se rencontrent autour du sport, qu’ils prennent du plaisir en courant, sautant. Faire du sport ensemble, il n’y a rien de mieux pour créer des liens. »

JPEG - 43.9 ko

Bref, comme le disait Pierre de Coubertin, rénovateur des Jeux modernes en 1896, l’important c’est aussi de participer. Et ça, Léa, Tahyra et Stéphanie de l’école Colonel-Fabien à Montreuil en sont persuadées. L’une dit : « Moi, je me verrais bien aux JO à Tokyo en 2020 dans l’équipe de France de hand. » L’autre renchérit : « Bah, moi ce serait plutôt en 2024 ! En plus, les Jeux seront chez nous en Seine-Saint-Denis. » La troisième rappelle les autres à la réalité : « Les filles, le relais va commencer, on nous attend. »
Ce qui fait sourire Sandra Martin, leur institutrice, satisfaite que le travail réalisé en amont de ses Usepiades ait « accroché » ses élèves : « C’est vrai qu’ils étaient franchement très excités par cette journée et ça les a motivés pour en savoir plus sur l’histoire des Jeux, les valeurs véhiculées par le sport, sur les paralympiques aussi… »

JPEG - 36.9 ko

Les ateliers sportifs sur le thème du handicap ont d’ailleurs suscité beaucoup de questions. Pas facile de courir avec des lunettes opaques pour être dans les conditions des athlètes handisport. « Ouah, trop dur, comment ils font ? », restera l’une des phrases de l’après-midi sur la piste de Ladoumègue.

Des profils d’athlètes olympiques

Au détour d’un atelier de multi-bonds ou de relais, certains se projettent aussi en 2024 lors des Jeux Olympiques et Paralympiques disputés à Paris et en Seine-Saint-Denis : « Moi j’y serai ! Je vais battre Usain Bolt », entend-on à la volée. Facile à faire puisque le roi du sprint jamaïcain est à la retraite depuis 2017. Mais peut-être qu’en 2024, un participant des Usepiades de ce mois de février 2018 accrochera un dossard olympique à son survêtement. « Même si les élèves à cet âge-là ont encore du mal à se projeter, explique Alexandre Benard, enseignant à l’école élémentaire Firmin-Gémier d’Aubervilliers, la perspective de 2024 va ouvrir des portes et sûrement susciter des vocations. En tout cas, on a de sacrés profils d’athlètes en Seine-Saint-Denis. A "Auber", par exemple, les enfants ont été marqués par le récent titre de championne du monde de hand de Kalidiatou Niakaté qui est passée par Firmin-Génier. »
Une bonne source d’inspiration olympique en effet. Mais, patience, la route est encore longue jusqu’en 2024. Et puis les Usepiades reviendront en 2019 puisque la Semaine olympique et paralympique animera chaque hiver jusqu’en 2024. L’année prochaine, la Seine-Saint-Denis sera le terrain d’accueil…

Photos :@Franck Rondot

à lire aussi
Athlétisme Montreuil

Carolle Zahi, athlète au CAM et reine du sprint en France

Lors des championnats de France d’athlétisme, les 12 et 13 septembre à Albi (Tarn), la pensionnaire du Club Athlétique de Montreuil 93 a remporté les épreuves du 100m (pour la 4e année consécutive !) et du 200m. Un doublé que la sprinteuse avait déjà réalisé en 2018 et qui l’autorise à rêver plus grand à moins d’un an des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo. Entretien.

Handisport Bondy

Joue-la comme Bondy pour le cécifoot

Mercredi 16 septembre, le Bondy Cécifoot Club a fait les présentations officielles : ce tout premier club de foot pour non et mal-voyants en Seine-Saint-Denis, qui va connaître ses premiers championnats cette année, vient combler un manque manifeste dans le département en matière de handisport. A quatre ans de Jeux paralympiques qui se dérouleront en partie en Seine-Saint-Denis, l’offre sportive s’enrichit.

Aménagement urbain JOP 2024

La Seine-Saint-Denis défend son projet olympique

Jeudi 10 septembre, plusieurs élus de Seine-Saint-Denis ont alerté sur un possible « détricotage » des installations des Jeux olympiques de 2024 pour le territoire. Alors que deux réunions importantes du Comité d’organisation des Jeux approchent, plusieurs rumeurs tenaces indiquent en effet que le département pourrait perdre plusieurs épreuves olympiques dont la natation, affaiblissant par là-même aussi le volet héritage.