Catégories
Seine Saint-Denis
Jeux olympiques et paralympiques Parcs départementaux

Les nouveaux sports des JO 2024 cartonnent à Aulnay

Le Département a organisé un week-end festif au parc du Sausset pour faire connaître les nouvelles disciplines invitées aux Jeux de Paris 2024. Les initiations aux sports urbains : breakdance, skateboard, BMX, basket 3x3… ont connu un succès continu du 13 au 16 août.

« C’est super ! Au début, je stressais mais dès que j’ai laissé la musique me porter, je me suis sentie heureuse… » confie Jane, 15 ans, après une initiation au breaking. Comme cette adolescente, près de 2000 participant·e·s ont été conquis·e·s par la richesse des sports additionnels encadrés par une dizaine d’associations locales.

Le breakdance séduit les jeunes

Martin Lejeune médaillé d’argent en 2018 aux Jeux olympiques de la jeunesse a montré l’étendue de son talent en enchaînant de spectaculaires headspins et coupoles. « Le break, c’est aussi un travail de création : on invente nos propres mouvements » explique l’espoir olympique français. La Seine-Saint-Denis, terre de rap et de hip hop devrait soutenir avec force le jeune B-Boy, qui créera sans doute des vocations dans les clubs de street dance locaux ou lors des emblématiques battles.

Esprit skateboard, es-tu là ?

Une vingtaine de jeunes ont fait leur premier flat sur planche à roulettes, en compagnie d’adeptes de trottinettes et de rollers. « Aux Jeux, deux disciplines seront en compétition : la rampe (dans un skatepark) et le street, avec un parcours d’obstacles qui ressemble à la rue » leur indique Corinne, skateuse amatrice d’un club chellois. Si la Seine-Saint-Denis ne brille pas par son nombre de pratiquant·e·s, elle héberge toutefois de nombreux équipements de sports urbains (rampes, bowls, fun-box, rails…) en particulier dans ses parcs.

L’initiation au BMX ultra-populaire

Les adolescent·e·s se sont rué·e·s sur la piste de bicross installée par une entreprise d’animations sportives. L’animateur et bicrosseur international Florian Belhacene se réjouit de l’intégration du BMX freestyle à la programmation des Jeux de Tokyo et de Paris. « Les coureurs seront jugés sur l’originalité et l’aspect spectaculaire des figures réalisées. Les grands riders ont leur propre signature, qui doit aussi être prise en compte dans la note finale » insiste-t-il. Moussa et ses copains de leur côté semblent s’éclater sur le pump track (piste bosselée) des prés carrés du parc. Peut-être iront-ils grossir la foule des supporters cyclistes en 2024 ?

JPEG - 232.9 ko

Le 3x3, un sport urbain en plein essor

Connaissez-vous la nouvelle version du streetball ? Le 3x3, issu du basket de rue, oppose deux équipes de trois joueurs (et un remplaçant) autour d’un seul panier sur un demi-terrain. Les matchs, limités à 10 minutes ou 21 points sont extrêmement relevés et toujours accompagnés de musique.
Rodrigue Octobre, ex-international de streetball et coordinateur du Sport Event Corporation, ne cache pas son plaisir. « Dans notre club de Saint-Denis, nous détectons les talents que nous orientons vers notre filière d’élite. Stanley Polinière (un Tremblaysien de 19 ans entraîné par l’association, en Équipe de France jeune l’an dernier) participera peut-être aux Jeux de Paris… ». On croise les doigts pour l’athlète qui s’entraîne assidûment en attendant 2024...

Le karaté tisse sa toile

La Seine-Saint-Denis serait-elle une terre de katas ? Elle peut s’enorgueillir d’accueillir de nombreux clubs d’arts martiaux et d’avoir vu grandir sur son sol deux espoirs olympiques de grand talent. La Pierrefittoise Lamya Matoub, médaillée d’or aux Jeux mondiaux de 2017, prépare les qualifications pour représenter l’Algérie aux Jeux de Tokyo 2021. Le Villepintois Fabien Tran a, de son côté, à tout juste 17 ans un palmarès impressionnant derrière lui, avec neuf titres de champion de France cadet et deux médailles de bronze aux Jeux européens et mondiaux. Le jeune prodige a tout de même pris le temps de présenter aux curieux les bases de son sport lors d’un atelier d’initiation à quelques mètres de la Maison du parc.

L’escalade, une discipline qui monte

En quatre jours, plus de 500 promeneur·euse·s ont escaladé le mur d’escalade artificiel installé par une entreprise tremblaysienne. Emmanuel Lopez, salarié et grimpeur, se félicite du succès grandissant de la varappe auprès des urbains. « On a eu des enfants, des parents et même des grands-parents qui ont enfilé le baudrier pour monter le rocher » se félicite-t-il. Si le choix de l’escalade comme sport additionnel est unanimement salué, les amateurs présents sur les lieux s’interrogent sur les critères retenus lors des prochains Jeux. « Les spécialités de vitesse, de bloc et de difficulté qui sont très différentes vont être regroupées dans une épreuve combinée. Du coup, impossible de prédire qui aura les médailles » souffle l’un d’entre eux.

Le showdown gagne du terrain

Naël, 12 ans, vient d’enfiler une paire de lunettes opaques et des gants de protection. Très concentré, il écoute le roulement d’une balle sonore qu’il renvoie du revers à son amie Inès. « Le showdown est un sport adapté aux personnes malvoyantes mais qui peut être pratiqué par tous et qui développe la concentration, l’écoute, la coordination… » souligne Madjid Guitoune, secrétaire du Comité départemental handisport de Seine-Saint-Denis. « L’association sportive de Bondy va ouvrir en septembre une section showdown à laquelle va participer l’Aulnaysien Thibaut Lebrun, ancien champion de France de la spécialité ». Le showdown, qui combine tennis de table et air hockey fera peut-être partie des sport de démonstration des Jeux paralympiques de Paris, la sélection définitive n’ayant pas été arrêtée.

JPEG - 194.4 ko

Le week-end olympique, qui a séduit un public plutôt familial s’inscrit dans le cadre de la programmation du Bel été solidaire de la Seine-Saint-Denis et du dispositif 24 sites pour 2024, qui propose à compter de la mi-août des activités sportives gratuites sur le territoire. "Cette manifestation prendra une autre dimension à partir de mi-septembre avec de nombreuses villes et associations qui réaliseront un vaste panel d’animations liées au sport" déclare Raphaël Masmejean, chargé de projet de la Délégation JOP du Département. Alors chaussez vos baskets et rejoignez-les pour écrire votre propre aventure olympique !


Un tournoi Back to the game ouvert à tous

L’association Sport event corporation vous invite à des rencontres gratuites de basket 3x3 samedi 5 septembre de 10h à 18h au stade Marville de La Courneuve (51 avenue Roger Salengro). Vous découvrirez ce sport dans une ambiance festive et chaleureuse (DJ, danses, stands associatifs, espace coiffure...).

Crédit-photo : Patricia Lecomte

à lire aussi
Saint-Denis Tennis de table

Championnes de France !

Samedi 5 juin, l’équipe féminine du Saint-Denis US 93 tennis de table a remporté la finale du Championnat de France par équipe, en ne laissant aucune chance à Metz (3-0). Après leur victoire en Coupe d’Europe des clubs ETTU, les Dionysiennes ont réalisé une saison exceptionnelle.

Athlétisme Montreuil

A Montreuil, Zango égale Tamgho

Pour le retour du meeting international d’athlétisme de Montreuil, certes à huis clos mais pas sans chaleur, le Burkinabé Hugues-Fabrice Zango a fait le show au triple saut, égalant le record de l’épreuve détenu par un certain Teddy Tamgho. Côté français, Melvin Raffin, dans ce même concours de triple, et Rénelle Lamote, sur 800m, ont tous deux réalisé les minimas pour les Jeux de Tokyo.

Génération jeux Jeux olympiques et paralympiques Athlétisme

Charles-Antoine Kouakou, Né un 14 juillet

Fin août, ce sprinter de 22 ans représentera la France sur 400m aux Jeux paralympiques de Tokyo. Membre de l’association « Sport Toi Bien 93 », à destination de personnes ayant des déficiences mentales ou psychiques, cet athlète fait déjà la fierté de son ESAT du Bourget-Drancy, où il travaille à mi-temps comme jardinier. En attendant davantage, lui qui est un assoiffé de médailles.

La Courneuve Handicap

Quand le sport aide à tisser des liens

Le 20 mai, au stade Géo-André de La Courneuve, la FSGT 93 a organisé la 7e édition du Festival des pratiques partagées, qui réunit chaque année des collégiens du département et des jeunes en situation de handicap autour d’activités sportives. Un événement soutenu par le conseil départemental et placé sous le signe du partage, de la tolérance et de la bonne humeur.