Catégories
Seine Saint-Denis
Actions pour les Jeux

JO 2024, le jour d’après

Vendredi matin, la délégation française est rentrée de Lima avec les Jeux 2024 en poche. Parmi eux, les représentants de la Seine-Saint-Denis avaient une mine particulièrement radieuse : Stéphane Troussel, Sarah Ourahmoune, Gwladys Epangue, Koumba Larroque ou encore Nantenin Keita.

Au pied de l’avion siglé Paris 2024 qui ramenait la délégation tricolore victorieuse en France, Guy Drut se chargeait de faire les ambianceurs. Sur le tarmac de Roissy, le champion olympique de Montréal 76 sur les haies se lançait dans une danse improvisée sur un air antillais, repris en choeur par d’autres éléments de la délégation.

Sur tous les visages s’affichait un sourire resplendissant, qui masquait un léger vernis de fatigue. La douzaine d’heures de vol et la java bleue, organisée à la suite de l’attribution des Jeux à Lima, étaient passées par là. Mais même cette lassitude semblait glisser sur les porteurs de Paris 2024, tant était forte la joie d’avoir ramené les Jeux en France cent ans après leur dernier passage.

Pendant que Teddy Riner descendait les marches de la passerelle avec le joueur de tennis handisport Michaël Jeremiasz sur les épaules, Stéphane Troussel, Sarah Ourahmoune, Gwladys Epangue, Nantenin Keita et Koumba Larroque posaient pour une petite photo de famille made in 93.

JPEG - 89.7 ko

« Pour la SSD, c’est un beau projet qui commence », soulignait Stéphane Troussel, le président du Conseil départemental, chez qui se mêlaient à la fois joie et impatience. « Maintenant, il faut nous mettre au travail pour saisir l’opportunité qui nous est donnée : réussir les aménagements et les transformations du territoire. Et parvenir à faire des Jeux un levier de la pratique du sport pour tous et un tremplin pour la création d’emplois. »
Et d’évoquer dès la semaine prochaine une réunion avec le Medef « pour réfléchir aux outils à mettre en œuvre pour que les entreprises du territoire puissent bénéficier des retombées des Jeux. »

Du côté parisien, Anne Hidalgo ne disait pas autre chose : « C’était le moment de la fête. Maintenant, on va se mettre au boulot pour réussir ces Jeux » La maire de Paris avait d’ailleurs un programme chargé dès l’après-midi avec la tenue d’un conseil de Paris extraordinaire devant acter l’organisation des Jeux en 2024.

Chez les sportifs emblématiques du 93, on avait aussi déjà le sens des priorités. « On vient chez les habitants pour leur proposer cet événement. La moindre des choses est donc qu’ils soient les héritiers de ces Jeux », expliquait Sarah Ourahmoune. La vice-championne olympique de boxe à Rio, qui a grandi à Aubervilliers, est une fervente militante du sport comme vecteur d’insertion, par exemple via son association Dynamic Boxe.

L’ex-taekwondoïste Gwladys Epangue voyait quant à elle dans les Jeux l’occasion d’améliorer l’image du département. « C’est une opportunité de briller, d’en finir avec cette stigmatisation de la Seine-Saint-Denis ! », insistait cette Courneuvienne toujours gonflée à bloc.
Nantenin Keita abondait dans son sens, en y ajoutant même la possibilité de travailler grâce à ces Jeux sur le regard porté sur le handicap. « Ça a déjà changé et ça changera forcément encore, car le travail de sensibilisation mené dans les écoles va se renforcer », espérait-elle. La championne paralympique sur 400m de Rio, qui a grandi à Montreuil, faisait partie des 8 personnalités françaises à avoir pris la parole lors de la présentation du projet Paris 2024, mercredi devant le CIO.

Et Teddy Riner, le porte-drapeau des Jeux de Rio et superstar de cette délégation, que disait-il de tout ça ? « C’est mérité. Même si certains de nos adversaires se sont désistés et qu’il y a finalement eu un accord gagnant-gagnant, on avait un projet béton », martelait le double champion olympique.
Le nouveau sociétaire du PSG judo, qui donnait au passage rendez-vous sur les tatamis en 2024, n’oubliait pas non plus la Seine-Saint-Denis : « Je crois que pour tous ses habitants, c’est une chance. Il y aura bien sûr les épreuves, mais derrière, il y aura aussi des logements, une nouvelle piscine va être construite. Quand on sait qu’actuellement, un jeune sur deux en Seine-Saint-Denis (à son entrée en 6e, ndlr) ne sait pas nager, ce n’est pas négligeable ». Bref, de quoi nager dans le bonheur.

à lire aussi
Actions pour les Jeux Natation

De l’eau au moulin du savoir-nager…

Le 3 décembre, le collectif départemental « Nager en Seine-Saint-Denis » se réunissait pour la première fois. Son objectif : rendre plus accessible l’apprentissage de la natation dans notre département d’ici à 2024 en mutualisant expériences et solutions. Petit tour d’horizon de quelques pistes d’actions.

Sport scolaire Pantin

Avec son festival, l’UNSS 93 signe une victoire par K.O.

Organisée par l’UNSS de Seine-Saint-Denis avec le concours du Département, la 3e édition du festival des sports de combat s’est déroulée le 28 novembre au gymnase Maurice-Baquet de Pantin. L’occasion pour 200 collégiens et lycéens de s’initier, une journée durant, à dix disciplines. L’engouement était au rendez-vous.

Portrait JOP 2024 Saint-Denis

Allan Morante, même pas mal !

Alors qu’il revenait de blessure, le Dionysien Allan Morante est devenu début novembre vice-champion du monde de trampoline synchronisé avec son équipier Sébastien Martiny et s’est classé 5ème en individuel. A 24 ans, il confirme qu’il est un de nos plus beaux espoirs de médaille pour les JO de 2020 et 2024.

Services, aides
& démarches

24 actions pour les Jeux 2024

Un plan départemental d'accompagnement de la candidature aux jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 a été adopté en séance du Conseil départemental le 22 juin 2016. Ce plan se décline en sept grands thèmes qui regroupent 24 actions.

Accessibilité des équipements culturels

Un guide valorisant la diversité de l'offre culturelle en Seine-Saint-Denis et favorisant l'accès et la participation des personnes handicapées à la vie culturelle et sociale.