Catégories
Seine Saint-Denis
À suivre Insertion JOP 2024

Impulsion 75, le sport comme tremplin professionnel

Onze jeunes sportifs de Seine-Saint-Denis ont suivi au cours des derniers mois un stage proposé par Impulsion 75. Cette association, qui vient de nouer avec un partenariat avec le Département, s’appuie sur le sport pour favoriser l’insertion professionnelle. Vidéo.

Sur le site de l’Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance (INSEP) de Vincennes, temple du sport français, Aboubacar est tout sourire. Son diplôme de fin de stage en main, ce jeune d’Aubervilliers repense au chemin parcouru. « Je suis très reconnaissant envers Impulsion 75 car ils m’ont aidé à trouver mon projet professionnel », insiste-t-il. Le jeune homme de 24 ans se verrait bien ouvrir d’ici 10 ans son académie des sports dans son pays d’origine, la Côte d’Ivoire. « Pour ça, je compte reprendre des études, notamment en management ».
Ce rêve, Aboubacar en a accouché lors de la Classe préparatoire à la performance professionnelle par le sport (C3PS) qu’il a suivie avec l’association Impulsion 75. « On a appelé ça Classe préparatoire pour valoriser aussi des jeunes qui, justement, n’ont pas fait de classe prépa… Mais concrètement, c’est un stage de 6 semaines au cours duquel on essaie de leur faire prendre conscience que leur passé de sportifs leur a fait développer des qualités qui peuvent leur servir ailleurs », explique Amirouche Aït Djoudi, directeur et co-fondateur d’Impulsion 75.
Le point commun entre les 15 jeunes qui ont reçu vendredi 24 janvier leur diplôme de fin de stage des mains de l’entraîneur de l’équipe de France féminine de judo Larbi Benboudaoud ? Ils ont tous eu une pratique sportive plus ou moins poussée. « Par le biais du sport, ils ont acquis tout un ensemble de qualités - l’exigence, la détermination, l’esprit d’équipe - qui peuvent à coup sûr intéresser un employeur. Le problème, c’est qu’ils ne se rendent pas toujours compte qu’ils ont ces atouts. Le but de ce stage était notamment de leur en faire prendre conscience », détaillait M.Aït Djoudi.
Séduit par cette démarche d’insertion originale, le Département de la Seine-Saint-Denis a noué un partenariat avec Impulsion 75, dont les deux dernières promotions de la C3PS incluaient donc 11 jeunes de Seine-Saint-Denis. « En tant que président du Département le plus jeune de France, qui plus est véritable terre de sport avec l’accueil en 2024 des Jeux Olympiques et Paralympiques, soutenir une initiative comme celle portée par Impulsion est une évidence. », a ainsi rappelé Stéphane Troussel, présent à la remise de diplômes.
Dragan, un autre des lauréats du jour, ressort lui aussi ultra-motivé de son passage à Impulsion 75. Cet habitant d’Epinay-sur-Seine de 23 ans se sera justement appuyé sur son passé d’ancien judoka de bon niveau régional, pour repartir au combat. « J’ai fait du sport de haut niveau, j’y ai fait preuve d’acharnement, d’esprit d’analyse, de ponctualité. Et je me suis aperçu que tout ça, je ne le mettais pas assez en avant », estime celui qui, à l’issue du stage, a décidé de reprendre ses études en psychologie du sport.

JPEG - 69.5 ko

La méthode Impulsion ? Un mélange d’ouverture d’horizons et de remise en confiance. Au cours de ces 6 semaines, Aboubacar, Dragan et les autres ont alterné cours de sport et de théâtre le matin et rendez-vous professionnels l’après-midi. Parfois, ils ont rencontré des chefs d’entreprise, par exemple autour des métiers de l’accueil et de la logistique grâce au partenariat d’Impulsion 75 avec le GIP emploi Roissy. D’autres fois, le travail portait plus sur la valorisation de leurs propres compétences.
Le mercredi précédant leur remise de diplôme, on les retrouve ainsi dans un cours de coaching mental au lycée Buffon (15e arrondissement). Un lieu prestigieux tout sauf anodin dans la stratégie d’Impulsion 75, qui a également coutume d’emmener ses promotions à l’INSEP et à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne. « C’est important car ces lieux sont inspirants et structurants pour nos jeunes », insiste Amirouche Aït Djoudi, avant de donner un exemple parlant : « Pour faire entrer les jeunes dans leur salle d’atelier à Buffon, on les fait volontairement passer par le foyer, où se trouvent bon nombre d’élèves du lycée. Et inévitablement, il y a de la curiosité, des échanges qui naissent. Cette mixité, on la recherche, par tous les moyens. »

JPEG - 84.2 ko

La promotion "Larbi Benboudaoud" à La Sorbonne

Et maintenant ? Convaincu du résultat, le Département aimerait pérenniser la démarche. En 2020, Impulsion venant d’être désignée lauréate du Plan Régional dans l’Investissement des Compétences, ce sont ainsi 90 Franciliens qui intégreront la C3PS, dont une bonne partie de Séquanodionysiens. Avec comme possible débouché pour eux les opportunités d’emploi qui vont surgir avec les Jeux de Paris 2024. Souhaitons qu’avec Impulsion 75, un maximum de ces jeunes aient pris leur envol...

Christophe Lehousse
Photos : ©Daniel Ruhl
Vidéo : ©Carine Fillion

à lire aussi
Athlétisme Montreuil

Carolle Zahi, athlète au CAM et reine du sprint en France

Lors des championnats de France d’athlétisme, les 12 et 13 septembre à Albi (Tarn), la pensionnaire du Club Athlétique de Montreuil 93 a remporté les épreuves du 100m (pour la 4e année consécutive !) et du 200m. Un doublé que la sprinteuse avait déjà réalisé en 2018 et qui l’autorise à rêver plus grand à moins d’un an des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo. Entretien.

Handisport Bondy

Joue-la comme Bondy pour le cécifoot

Mercredi 16 septembre, le Bondy Cécifoot Club a fait les présentations officielles : ce tout premier club de foot pour non et mal-voyants en Seine-Saint-Denis, qui va connaître ses premiers championnats cette année, vient combler un manque manifeste dans le département en matière de handisport. A quatre ans de Jeux paralympiques qui se dérouleront en partie en Seine-Saint-Denis, l’offre sportive s’enrichit.

Aménagement urbain JOP 2024

La Seine-Saint-Denis défend son projet olympique

Jeudi 10 septembre, plusieurs élus de Seine-Saint-Denis ont alerté sur un possible « détricotage » des installations des Jeux olympiques de 2024 pour le territoire. Alors que deux réunions importantes du Comité d’organisation des Jeux approchent, plusieurs rumeurs tenaces indiquent en effet que le département pourrait perdre plusieurs épreuves olympiques dont la natation, affaiblissant par là-même aussi le volet héritage.