Catégories
Seine Saint-Denis
En direct de Rio

Gwladys Epangue veut soigner sa sortie...

Originaire de La Courneuve où elle a débuté le taekwondo, celle qui a été la première française championne du monde (en 2009) vient de fêter ses 33 ans. A Rio, avant de prendre sa retraite, elle combattra « pour une cerise sur le gâteau »…

Même si elle est licenciée à Saint-Maur (Val de Marne), Gwladys Epangue, originaire du Cameroun, se présente « comme une vraie fille du 9.3. ! A 11 ans, j’ai découvert le taekwondo, lors d’une démonstration dans une salle de quartier à La Courneuve où je vivais avec ma mère. Aujourd’hui, j’habite à Montreuil. Mais, tous les week-ends, je retourne le passer chez ma maman à La Courneuve, maman qui est aide-soignante au Pré Saint-Gervais. Pour moi, le 9.3. est ma vie ! D’ailleurs, je dois connaître, à peu près, tous les athlètes de haut niveau français et étrangers qui y vivent… ».

Et surtout, quel athlète ne connait pas « Gwlad » !?! En attendant une médaille d’or qui ne pourrait l’enfanter coqueluche du grand public, la taekwondoiste l’est de tous les athlètes français : « Après ma médaille olympique de bronze à Pékin, je suis devenue un peu connue du grand public. Mais, les gens oublient vite. Aujourd’hui, à la veille de ma dernière compétition internationale, je sais que tous les athlètes aimeraient tant que je décroche cette foutue médaille d’or. Je le ressens très fort. Demain, j’espère leur offrir ce plaisir… ». Puis, elle ajoute : « Attention, je ne cherche pas à devenir une star mais, juste quelqu’un de bien… ».

UNE TUBERCULOSE, LONGUE A SOIGNER…

Force de frappe du taekwondo français depuis dix-sept ans, cette fan de Bruce Lee, triple championne d’Europe, participera à ses troisièmes Jeux Olympiques : « En 2004 (éliminée en huitièmes de finale), j’étais un bébé. En 2008 (médaille de bronze), j’étais une pépite en train d’éclore. En 2012, j’arrivais archi-favorite. Et, à cause d’une résurgence de tuberculose contractée enfant, j’ai dû déclarer forfait à la dernière minute : quelle frustration…mais, quelle frustration, mon Dieu, quand j’y repense !? Pour en sortir, le tunnel fut interminable, presque trois ans.

Au milieu, j’ai même eu plusieurs fois envie d’arrêter. Mais au fond, je savais que je ne devais pas lâcher, je savais que je m’en sortirai, jour. Oui, au plus profond de moi, je savais que j’y arriverai. Bon honnêtement, parfois, je ne savais pas comment…mais bon, ce sentiment chevillé en moi m’a tenue, motivée pour continuer à m’entraîner, portée jusqu’à Rio… ».

Après trois saisons de galères, ponctuées d’une opération au ligament du genou gauche en octobre dernier, Gwladys Epangue, douze fois championne de France (dans cinq catégories différentes), réapparaît « avec seulement, uniquement, exclusivement, une médaille à Rio en tête. Oui, elle est bien au fin fond de mon p’tit cerveau ! Parce que si mes jambes et mes cuisses commencent à couiner le matin en se levant, mon cerveau est indemne. Alors, je compte ajouter à ma motivation, mon expérience et ma frustration de 2012 toujours présente, pour frapper un grand coup à Rio… ».

Avant de se lancer demain dans la dernière compétition internationale de sa carrière (+67 kg) après l’avoir débutée en moins de 55 kg, la Montreuilloise ne veut pas oublier « avoir été gâtée mais, gâtée ! Oui, mon gâteau a été énorme, é-nor-me : je l’ai mangé, dévoré à m’en gaver. Là maintenant, j’aimerai tant sa cerise… »

De notre correspondante spéciale à Rio, Sophie Greuil

à lire aussi
Actions pour les Jeux

Votre projet olympique

Vous avez des idées pour mettre tout le monde au sport ? Les valeurs de l’olympisme, Paris 2024, ça vous parle ? Alors proposez vite votre projet pour le week-end olympique des 22 et 23 juin prochains !

Actions pour les Jeux

Paris 2024 et la Seine-Saint-Denis dans les starting-blocks sur l’emploi

Jeudi 4 avril, une étude d’impact sur les possibles retombées économiques des JOP 2024 a chiffré à 150 000 le nombre d’emplois directs que l’événement pourrait générer. Tous les acteurs ayant assisté à la présentation de cette étude à Saint-Denis se sont accordés sur la nécessité que ces emplois devaient notamment profiter aux habitants des territoires qui recevront directement les Jeux.

Judo Villemomble

Ippon by night

La 3ème Nuit du judo s’est tenue le vendredi 8 mars à Villemomble. Une soirée grand spectacle où la prestigieuse université japonaise de Tenri était opposée à une sélection de judokas de Seine-Saint-Denis et une autre de l’Essonne.

Services, aides
& démarches

24 actions pour les Jeux 2024

Un plan départemental d'accompagnement de la candidature aux jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 a été adopté en séance du Conseil départemental le 22 juin 2016. Ce plan se décline en sept grands thèmes qui regroupent 24 actions.

Accessibilité des équipements culturels

Un guide valorisant la diversité de l'offre culturelle en Seine-Saint-Denis et favorisant l'accès et la participation des personnes handicapées à la vie culturelle et sociale.