Catégories
Seine Saint-Denis
En direct de Rio

Gwladys Epangue veut soigner sa sortie...

Originaire de La Courneuve où elle a débuté le taekwondo, celle qui a été la première française championne du monde (en 2009) vient de fêter ses 33 ans. A Rio, avant de prendre sa retraite, elle combattra « pour une cerise sur le gâteau »…

Même si elle est licenciée à Saint-Maur (Val de Marne), Gwladys Epangue, originaire du Cameroun, se présente « comme une vraie fille du 9.3. ! A 11 ans, j’ai découvert le taekwondo, lors d’une démonstration dans une salle de quartier à La Courneuve où je vivais avec ma mère. Aujourd’hui, j’habite à Montreuil. Mais, tous les week-ends, je retourne le passer chez ma maman à La Courneuve, maman qui est aide-soignante au Pré Saint-Gervais. Pour moi, le 9.3. est ma vie ! D’ailleurs, je dois connaître, à peu près, tous les athlètes de haut niveau français et étrangers qui y vivent… ».

Et surtout, quel athlète ne connait pas « Gwlad » !?! En attendant une médaille d’or qui ne pourrait l’enfanter coqueluche du grand public, la taekwondoiste l’est de tous les athlètes français : « Après ma médaille olympique de bronze à Pékin, je suis devenue un peu connue du grand public. Mais, les gens oublient vite. Aujourd’hui, à la veille de ma dernière compétition internationale, je sais que tous les athlètes aimeraient tant que je décroche cette foutue médaille d’or. Je le ressens très fort. Demain, j’espère leur offrir ce plaisir… ». Puis, elle ajoute : « Attention, je ne cherche pas à devenir une star mais, juste quelqu’un de bien… ».

UNE TUBERCULOSE, LONGUE A SOIGNER…

Force de frappe du taekwondo français depuis dix-sept ans, cette fan de Bruce Lee, triple championne d’Europe, participera à ses troisièmes Jeux Olympiques : « En 2004 (éliminée en huitièmes de finale), j’étais un bébé. En 2008 (médaille de bronze), j’étais une pépite en train d’éclore. En 2012, j’arrivais archi-favorite. Et, à cause d’une résurgence de tuberculose contractée enfant, j’ai dû déclarer forfait à la dernière minute : quelle frustration…mais, quelle frustration, mon Dieu, quand j’y repense !? Pour en sortir, le tunnel fut interminable, presque trois ans.

Au milieu, j’ai même eu plusieurs fois envie d’arrêter. Mais au fond, je savais que je ne devais pas lâcher, je savais que je m’en sortirai, jour. Oui, au plus profond de moi, je savais que j’y arriverai. Bon honnêtement, parfois, je ne savais pas comment…mais bon, ce sentiment chevillé en moi m’a tenue, motivée pour continuer à m’entraîner, portée jusqu’à Rio… ».

Après trois saisons de galères, ponctuées d’une opération au ligament du genou gauche en octobre dernier, Gwladys Epangue, douze fois championne de France (dans cinq catégories différentes), réapparaît « avec seulement, uniquement, exclusivement, une médaille à Rio en tête. Oui, elle est bien au fin fond de mon p’tit cerveau ! Parce que si mes jambes et mes cuisses commencent à couiner le matin en se levant, mon cerveau est indemne. Alors, je compte ajouter à ma motivation, mon expérience et ma frustration de 2012 toujours présente, pour frapper un grand coup à Rio… ».

Avant de se lancer demain dans la dernière compétition internationale de sa carrière (+67 kg) après l’avoir débutée en moins de 55 kg, la Montreuilloise ne veut pas oublier « avoir été gâtée mais, gâtée ! Oui, mon gâteau a été énorme, é-nor-me : je l’ai mangé, dévoré à m’en gaver. Là maintenant, j’aimerai tant sa cerise… »

De notre correspondante spéciale à Rio, Sophie Greuil

à lire aussi
Handisport Bondy

Joue-la comme Bondy pour le cécifoot

Mercredi 16 septembre, le Bondy Cécifoot Club a fait les présentations officielles : ce tout premier club de foot pour non et mal-voyants en Seine-Saint-Denis, qui va connaître ses premiers championnats cette année, vient combler un manque manifeste dans le département en matière de handisport. A quatre ans de Jeux paralympiques qui se dérouleront en partie en Seine-Saint-Denis, l’offre sportive s’enrichit.

Aménagement urbain JOP 2024

La Seine-Saint-Denis défend son projet olympique

Jeudi 10 septembre, plusieurs élus de Seine-Saint-Denis ont alerté sur un possible « détricotage » des installations des Jeux olympiques de 2024 pour le territoire. Alors que deux réunions importantes du Comité d’organisation des Jeux approchent, plusieurs rumeurs tenaces indiquent en effet que le département pourrait perdre plusieurs épreuves olympiques dont la natation, affaiblissant par là-même aussi le volet héritage.

Rugby Bobigny

Les Louves commencent par un couac

Le retour à la compétition de l’équipe première féminine de l’AC Bobigny Rugby, après l’interruption due au coronavirus, a été quelque peu gâché par la lourde défaite 3-16, subie dimanche à domicile face à Romagnat. Sans être franchement inquiètes, les Louves devront se ressaisir rapidement dans une formule qui laisse peu de place à l’erreur.