Catégories
Seine Saint-Denis
À suivre Handball

France, Marseille, Seine-Saint-Denis, handballissime !

Dimanche, la Seine-Saint-Denis était de la fête lors de la victoire des Bleues en finale du championnat d’Europe de handball. Sur le terrain, Allison Pineau et Grace Zaadi, formées dans le 93. Dans les tribunes, 60 jeunes handballeurs du territoire et de Marseille, invités par le comité départemental de handball et le Département de Seine-Saint-Denis. Ambiance !

Ils avaient beau être perchés tout en haut des gradins, nos jeunes handballeurs avaient décidé de se faire entendre ! Avec tout le public de l’AccorHotels Arena, ils entonnent à pleins poumons et a capella une Marseillaise à faire douter l’équipe russe. Cette finale, c’est pour les jeunes le point d’orgue de trois jours de rencontres, d’échanges avec des jeunes des quartiers Nord de Marseille. Sur le terrain, avec leur coéquipières, Allison Pineau et Grace Zaadi ont hâte d’en découdre, remontées à bloc. Toutes les deux championnes du monde, vice-championnes olympiques, elles veulent aussi devenir reines d’Europe. Deux carrières exceptionnelles qui ont commencé en Seine-Saint-Denis. Allison a débuté au CM Aubervilliers durant 3 ans, puis au Villemomble handball avant de s’envoler vers le plus haut niveau. C’est à Villepinte que Grâce Zaadi a appris le handball, et elle revendique d’être un pur produit de la Seine-Saint-Denis.
JPEG - 71.6 ko
Le match commence, serré. En face des Bleues, la Russie aligne ses grands gabarits, une ligne d’arrières de plus du mètre quatre-vingt. Une recette qui a déjà fonctionné face à la France en finale des Jeux olympiques de Rio et au début de cet Euro. Mais cette fois, la défense française fonctionne impeccablement et une seule fois les Russes prennent l’avantage.
Les Bleues mènent 13-12 à la pause, c’est le moment d’écouter Ryad raconter son week-end, avec l’accent du Sud ! : « Jeudi, on est venus de Marseille, on s’est installés à l’hôtel. On devait voir un entraînement des filles de la D2 à Noisy-le-Grand, mais ça n’a pas pu se faire. Pas grave, on est parti voir la tour Eiffel, trop beau ! Le lendemain, direction Disney avec les « Parisiens » du 93. On s’est bien amusés tous ensemble. Samedi à Villemomble, les moins de 11 ans ont fait un tournoi de handball à 4 entre huit équipes et c’est Marseille qui gagne, normal ! L’après-midi à Saint-Denis c’est les 14/17 ans qui ont disputé un tournoi de hand fluo. Dans le noir, avec une balle fluo, des lignes fluo, du maquillage fluo... C’était marrant, et c’est encore Marseille Nord qui gagne, normal ! Et là on est tous ensemble pour voir la petite finale Roumanie-Pays-Bas et la finale avec la France, super week-end ! »

Le match reprend, la France petit à petit prend l’avantage. Jusqu’à un penalty pour les Bleues. Allison Pineau s’avance vers la ligne de sept mètres. En première période, elle a déjà marqué un penalty avant que la gardienne russe en stoppe un autre. Alors elle décide de placer son tir au ras de l’épaule de son adversaire. La balle effleure le visage de Sedoïkina, mais termine au fond. Arrêt de jeu, les arbitres regardent la vidéo et contre toute attente, excluent Pineau ! Le public gronde, hurle, scande « Allison, Allison ! ». Mais rien n’y fait, en larmes, la demi-centre française ne terminera pas sa finale. Dans L’Equipe, Grace Zaadi a déclaré après le match : « Ça m’a fait mal de voir Allison en larmes. Je me suis mise à sa place : prendre un rouge injustifié, dans une finale à domicile, et te dire que tu ne pourras plus aider ton équipe... Je sais combien elle a attendu cette compétition. Que les arbitres la privent de ça, ça a mis tout le monde en colère. »
Effectivement, les joueuses françaises, portées par un public bouillant, resserrent encore leur défense, prennent leur temps en attaque et soignent leurs tirs. Jusqu’à la délivrance, fin du match, France 24, Russie 21. Les Bleues sont championnes du monde ET championnes d’Europe. Handballissime !
JPEG - 71.4 ko

50 ans de handball en Seine-Saint-Denis

Créé en 1968, le comité départemental de handball fête cette année son cinquantenaire. Ce long week-end faisait partie des réjouissances, tout comme la journée du samedi 8 décembre, à Villemomble. La fête du handball comportait un tournoi inter-comité, et deux matches de gala. Le premier entre l’Entente Noisy-le-Grand/Gagny qui évolue en championnat de France D2 contre une sélection de joueuses de Seine-Saint-Denis évoluant dans les championnats nationaux. Le second entre le Tremblay-en-France handball, qui joue en D1, le plus haut niveau français, et une sélection départementale de joueurs évoluant dans les championnats nationaux. Et pour finir, une grande soirée de gala !

à lire aussi
Aménagement urbain JOP 2024

La Seine-Saint-Denis défend son projet olympique

Jeudi 10 septembre, plusieurs élus de Seine-Saint-Denis ont alerté sur un possible « détricotage » des installations des Jeux olympiques de 2024 pour le territoire. Alors que deux réunions importantes du Comité d’organisation des Jeux approchent, plusieurs rumeurs tenaces indiquent en effet que le département pourrait perdre plusieurs épreuves olympiques dont la natation, affaiblissant par là-même aussi le volet héritage.

Rugby Bobigny

Les Louves commencent par un couac

Le retour à la compétition de l’équipe première féminine de l’AC Bobigny Rugby, après l’interruption due au coronavirus, a été quelque peu gâché par la lourde défaite 3-16, subie dimanche à domicile face à Romagnat. Sans être franchement inquiètes, les Louves devront se ressaisir rapidement dans une formule qui laisse peu de place à l’erreur.