Catégories
Seine Saint-Denis
Parcs départementaux

Feu vert pour la réouverture partielle et expérimentale du parc Georges-Valbon ce jeudi

Pour permettre aux habitants de Seine-Saint-Denis de récupérer de deux éprouvants mois de confinement, le président du Département avait demandé au ministère de l’Intérieur la possibilité de rouvrir les parcs départementaux suffisamment grands pour permettre de faire respecter les consignes de sécurité sanitaires. Il a été entendu, tout du moins pour une ouverture expérimentale du parc départemental Georges Valbon : le parc rouvrira ce jeudi, avec toutefois certaines restrictions concernant les activités possibles.

Une bouffée d’air frais ! Après deux mois interminables de confinement, la nouvelle de la réouverture partielle du parc Georges-Valbon de La Courneuve, à partir de jeudi, fait du bien à tout le monde. Les joggeurs, les parents – alors que la réouverture des écoles maternelles et primaires est pour l’instant circonscrite à certains publics prioritaires – ou plus largement tous ceux qui n’ont pas de jardin y seront particulièrement sensibles.
Situé en zone rouge – ces départements où le virus circule encore et où la décrue n’est qu’amorcée - le parc Georges-Valbon aurait normalement dû rester fermer comme tous les autres espaces verts d’Ile-de-France. Mais face à la nécessité ressentie par une population durement marquée par la crise du coronavirus, le président du Département a sollicité une dérogation auprès du Ministère de l’Intérieur, invoquant notamment l’exemple des parcs parisiens du Bois de Boulogne et de Vincennes, eux aussi rouverts avec le déconfinement du 11 mai.
« Comment justifier la réouverture des bois de Vincennes et Boulogne à Paris, situés en zone rouge, alors que nos parcs continueraient d’être fermés ? Les habitantes et habitants de la Seine-Saint-Denis demandent eux aussi à pouvoir bénéficier d’espaces pour se ressourcer, faire du sport ou tout simplement « souffler » après cette longue période de confinement, tout en limitant la circulation du virus », écrivait ainsi Stéphane Troussel dans une lettre adressée à Christophe Castaner lundi 11 mai, qui demandait une réouverture de 4 des 8 parcs départementaux que compte le territoire. Il a donc été entendu, tout au moins pour le parc Georges-Valbon : « je suis disposé, sur le modèle de la dérogation qui a par exemple été mise en œuvre à Lille, à accorder une expérimentation qui permettrait de conjuguer le strict respect des règles sanitaires et parallèlement les meilleures conditions de sortie et de circulation de la population séquano-dionysienne », lui répondait mercredi 13 mai le préfet de la Seine-Saint-Denis. Le troisième plus grand parc d’Ile-de-France rouvrira donc à partir de jeudi, entre 7h30 et 22h, selon les horaires d’été habituels.
« C’est une très bonne nouvelle. Beaucoup de familles ici ont connu un confinement difficile, du fait de logements assez petits et de l’absence de jardin. Notez qu’au passage, elles ont fait preuve d’un grand civisme dans ces conditions... Dans cette optique, retrouver les espaces de Georges-Valbon, une possibilité d’activité physique dans un espace apaisant tout en respectant évidemment les conditions de sécurité, ça va faire le plus grand bien à tout le monde », témoignait un instituteur de La Courneuve, lui même usager du parc.

JPEG - 292.1 ko

Attention toutefois, la réouverture de Georges-Valbon ne sera que partielle et limitée à certaines activités : feu vert pour la promenade et la pratique sportive individuelle (course à pied, vélo), le port du masque étant recommandé de manière générale. Les sports collectifs, les barbecues et les pique-nique restent en revanche interdits. De la même manière, les aires de jeux et de fitness, les fontaines et sanitaires resteront eux fermés, toujours dans l’optique de ne pas favoriser de nouvelles contaminations. « Le Département va prendre toutes les mesures pour faire respecter les consignes sanitaires au sein du Parc Georges-Valbon et je compte également sur le civisme de chacun afin, comme nous le souhaitons, que d’autres parcs départementaux puissent rouvrir prochainement sur l’ensemble de notre territoire », réagissait Stéphane Troussel.
En attendant, la réouverture du parc Georges-Valbon est à consommer en toute liberté, avec pour seule modération quelques interdits aisément compréhensibles.

à lire aussi
Transition écologique

« Une naissance, un arbre », moteur de la transition écologique

Dans le cadre de son Plan Canopée, qui vise à mettre l’arbre au cœur du paysage urbain, le Département a lancé l’opération « une naissance, un arbre », qui propose aux parents de planter un arbre pour la naissance de leur enfant. Un acte symbolique et écologique auquel Soufiane et sa petite famille, habitants de Tremblay-en-France, ont décidé de participer.

Maïwenn Mollet : elle transforme les couches pour bébé en compost !

Qui a déjà croisé un bébé dans sa vie confirmera que les couches jetables peuvent représenter jusqu’à ⅓ de la poubelle d’un foyer. Or une couche met 400 à 450 ans pour se dégrader naturellement en décharge et finit la plupart du temps incinérée. Pourtant, une couche usagée c’est 75% de matières organiques qui ne demandent qu’à « revenir à la terre » pour fertiliser les sols de façon naturelle. Rencontre avec Maïwenn Mollet, porteuse d’une solution grâce au projet Les Couches fertiles.

Limitons les perturbateurs endocriniens !

Ce 29 septembre, à la Bourse du Travail à Bobigny, le Département a signé la charte « Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens ». A cette occasion le professeur André Cicolella, chimiste, toxicologue et spécialiste de la question a dressé un bilan des connaissances actuelles et fait le point sur les actions collectives et individuelles possibles.