Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
Sport automobile Rosny-sous-Bois Aulnay-sous-Bois

Esteban Ocon, la vie en pole

Arrivé à 7 ans au club de kart de l’ASK Rosny 93, ce surdoué du volant a gravi les échelons quatre à quatre pour devenir à 19 ans le plus jeune pilote français aligné au départ d’un Grand Prix de F1. Désormais dans l’écurie Force India, il peaufine sa prochaine saison.

Alors qu’il pose pour la photo devant le circuit de l’ASK Rosny 93, Esteban Ocon lâche amusé : « cet endroit, je le connais par coeur ». Ce n’est pas Monza, ni Interlagos – juste le circuit de kart Pierre-Peugeot à Aulnay - mais celui qui est désormais pilote de F1 chez Force India n’a rien oublié. « C’est toujours agréable de revenir là où tout a commencé. Je n’oublie pas que c’est aussi grâce à l’ASK Rosny que j’en suis là aujourd’hui », explique le jeune homme de 20 ans, venu expressément en ce 17 décembre avec ses parents à la soirée du club.

L’as du volant a beau avoir changé de sphère en étant projeté en août dernier dans la galaxie F1, il veille à maintenir le lien avec son club de kart, où il a du reste toujours sa licence. « Quand je suis arrivé ici, à 7 ans, Monsieur et Madame Deschamps (les fondateurs du club, ndlr) m’ont beaucoup aidé. Dans les premières années, c’est l’ASK Rosny 93 qui finançait une partie de mes courses et déplacements en Europe », se rappelle le jeune pilote. Son père Laurent, mécanicien de métier, dit lui aussi toute sa reconnaissance envers le club formateur de Seine-Saint-Denis : « Dans notre région d’origine, à Evreux, il n’y avait pas de structure adaptée. L’ASK Rosny était un des seuls clubs en région parisienne à proposer un championnat mini-kart. Et vu les efforts de M.Deschamps, on n’a pas eu à le regretter. »
Treize ans plus tard, le président de l’ASK Rosny se souvient encore du jour où il a découvert « le phénomène ». « Qu’il soit allé si haut, ça ne m’étonne pas, affirme-t-il, volubile. Il était incroyablement concentré pour un gamin de son âge. Et puis rigoureux avec ça ! Quand il s’arrêtait au stand, il disait à son père qui l’assistait : « on devrait peut-être remettre 100 grammes dans le pneu avant gauche. »

Rien d’étonnant donc si le jeune Ocon enchaîne alors les titres aussi vite que les chicanes : champion de France minimes puis cadets en kart, avant de réussir le saut vers la Formule Renault et la Formule 3. Avec son titre de champion GP3 Series en 2015, les choses s’emballent : le crack tape dans l’oeil du patron de Mercedes Toto Wolff et devient pilote d’essais. Prêté par la marque allemande à l’écurie britannique Manor Racing, il ne tarde pas à vivre son premier Grand Prix en F1 en août 2016.
Un premier aboutissement à tous les efforts consentis. « Etre pilote de F1, ça a toujours été mon objectif. Je me souviens, lors de ma première interview télé, après mon titre de champion de France minimes, j’avais déjà dit que je voulais être pilote de F1. », sourit Ocon. Le jeune homme, remplaçant au pied levé de Rio Haryanto, terminera 16e de son baptême du feu, sur le mythique circuit de Spa-Francorchamps en Belgique. Les temps où le jeune Esteban jouait les apprentis Schumacher dans le jardin parental en mini-kart sont loin, bien loin...

JPEG - 74.5 ko

Désormais, son regard est tout entier tourné vers la nouvelle saison, qu’il entame dans l’écurie Force India, également sur moteur Mercedes. « On est en pleine préparation, explique celui qui a donc fait un crochet par la soirée de l’ASK avant de partir à Font-Romeu suivre un stage de préparation physique. Il reste beaucoup de travail à faire en collaboration avec les ingénieurs. Pour l’instant, nous n’en sommes qu’à une maquette en plastique de la voiture. » Et d’annoncer clairement la couleur : « Cette année, l’objectif, c’est de rentrer dans les points à chaque course (10 premiers, ndlr), de me battre pour être dans le TOP 5 et même faire des podiums ». Celui qui compte pour le moment 9 Grands Prix à son actif pourra pour cela s’appuyer sur un coéquipier d’expérience, le Mexicain Sergio Perez. Un pilote avec lequel Ocon, aux grand-parents paternels natifs de Malaga, partage une certaine culture hispanique.

On aimerait en savoir plus sur les modèles du jeune fonceur en matière de pilotage. Mais difficile de contenir davantage la vague de jeunes pousses de l’ASK qui s’approchent de lui, les yeux brillants. Patient, Esteban se prête de bonne grâce au jeu des selfies et autres autographes. Situation cocasse : pour certains des jeunes, il les connaît même presque autant qu’ils le connaissent. « J’ai encore le temps de regarder de temps à autre les résultats des espoirs du club », a encore le temps de nous confier l’ex-pilote de kart. Je suis en particulier la saison de Jimmy Hélias (champion de France cette année à 8 ans, ndlr), qui a commencé comme moi en mini-kart. Quand je peux, je lui donne des conseils, c’est un jeune très prometteur ». Quand Esteban Ocon dit être resté proche du club de ses débuts, ce ne sont donc pas que des mots.

Christophe Lehousse

JPEG - 68.6 ko
L’ASK Rosny, 27 ans d’aventure

« On est un club qui privilégie la formation et l’éducation. On souhaite donner leur chance à tous les jeunes, quels que soient leurs moyens » Jean-Pierre Deschamps a le discours aussi bien rôdé que ses moteurs de kart. 27 ans que ce passionné, bien aidé de sa femme et de ses deux fils, préside aux destinées de l’ASK Rosny 93, qui compte quelque 400 licenciés. Dans une discipline réputée chère, Jean-Pierre Deschamps ne lésine pas sur les moyens et les partenaires – dont le Conseil départemental - pour rapprocher des centaines de gamins de leur rêves vrombissants. Avec des résultats remarquables : cette année encore, le club a glané de nombreux titres, avec notamment Jimmy Hélias sacré champion de France en mini-kart et vainqueur de la Coupe de France ou Théo Pourchaire, 3e des championnats du monde en OK juniors. Mais le club ne vise pas que la compétition. Fidèle à ses débuts – quand il était encore nomade et ne s’était pas fixé sur le circuit Pierre-Peugeot d’Aulnay-sous-Bois – il poursuit ses actions en matière de prévention routière dans les collèges et lycées et organise également des championnats handisport.

à lire aussi
Judo

Après le Covid, l’Etoile du Blanc-Mesnil veut à nouveau briller

Astride, Cyrille, Guillaume, Madeleine, Margaux et Romane, judokas de l’Etoile Sportive du Blanc-Mesnil, savourent actuellement aux Ménuires, dans les montagnes savoyardes, un stage d’oxygénation, première étape de leur déconfinement. A peine serrée la ceinture de leur kimono, ils avouent une vraie soif de combats et une irrépressible faim de compétitions. Leur prochain rendez-vous international pourrait être, en novembre, les championnats d’Europe à Prague, initialement prévus en mai…

Course solidaire Jeux olympiques et paralympiques

Journée olympique : l’hommage du sport de Seine-Saint-Denis aux soignant·e·s

Mardi 23 juin, la traditionnelle journée olympique s’est reconvertie en marathon de la solidarité en hommage aux soignant·e·s. Six groupes de coureurs et coureuses sont à cette occasion parti·e·s de l’Insep à Vincennes vers différents hôpitaux de la région parisienne. Nous avons suivi celui de l’UNSS 93, constitué de lycéens et lycéennes de Bondy et d’enseignant·e·s, parti·e·s en petite foulée dire merci à des hôpitaux de Seine-Saint-Denis.

Piscines

Un centre aquatique olympique axé sur l’héritage

Mardi 9 juin, la Métropole du Grand Paris a organisé une visite du chantier de la future piscine olympique de Saint-Denis. Situé juste en face du Stade de France, cet équipement accueillera plusieurs épreuves pendant les Jeux de Paris 2024. Mais sa présence est surtout fondamentale pour l’après-Jeux, dans un territoire où un enfant sur deux ne sait pas nager à son entrée en 6e. Reportage.

Continuité pédagogique Karaté Pierrefitte-sur-Seine

Lamya Matoub : « Les enfants comprennent très bien l’angoisse que crée la crise sanitaire… »

À 28 ans, la karatéka pierrefittoise s’est forgée un sublime palmarès avec sept victoires en Coupe de France, la médaille d’or puis de bronze aux Jeux africains et la première marche du podium aux Jeux mondiaux en 2017… L’athlète qui porte les couleurs de l’Algérie prépare désormais les JO de Tokyo, reportés d’un an. Institutrice à Sarcelles, cette battante gère aussi la continuité pédagogique de ses élèves de maternelle.