Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
Site hôte JOP 2024

Dugny-Le Bourget, l’autre cœur des Jeux

Pour raconter petites et grandes histoires des JOP, les médias sont un rouage essentiel. En 2024, ils les diffuseront à travers le monde depuis la Seine-Saint-Denis qui sera leur lieu de travail et de résidence.

Les Jeux olympiques et paralympiques (JOP), ce sont des exploits, des médailles, des émotions petites ou grandes que racontent et relayent les près de 20 000 journalistes internationaux accrédités pendant plus de trois semaines de compétitions sportives. En 2024, toutes ces histoires « s’envoleront » à travers la planète via le site du Parc des Expositions de Paris-Le Bourget qui accueillera les médias du monde entier, en tant que Centre Principal des Médias. Une manière de renouer avec une page historique de l’histoire de la presse et de la technologie : en 1927, le monde guettait l’écho alors lointain de l’atterrissage de l’aviateur américain Charles Lindbergh sur la piste de l’aéroport du Bourget, bouclant ainsi le premier vol transatlantique sans escale depuis New-York.
Plus près de nous, le Bourget a accueilli en 2015 la COP 21 et ses 150 chefs d’Etat. Depuis 1953, le site est aussi l’hôte, tous les deux ans, du Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace.

Un centre « névralgique »

Bref, Le Bourget a toutes les qualités pour être le centre « névralgique » de la planète olympique 24 heures sur 24 et permettre aux médias de rayonner vers l’ensemble des sites sportifs. Accessible en voiture via les autoroutes A1, A3 et A86, il bénéficiera également dès 2023 de l’implantation des stations voisines des lignes 16 et 17 du Grand Paris Express qui complèteront l’actuelle ligne du RER B et sa station du Bourget. Et, c’est sur une superficie intérieure de près de 115 000 m2 –avec 13 hectares d’espaces extérieurs disponibles- que Le Bourget hébergera le Centre International de Radio et Télévision (CIRTV) comme le Centre Principal de Presse (CPP) des Jeux Olympiques et Paralympiques.
Un environnement de travail complété par l’installation du Village des Médias (4000 lits) sur la commune voisine de Dugny. Construit en partie en bois, ce village prendra ses quartiers sur un espace dessiné par la lisière boisée des 25 hectares de l’Aire des Vents et les rives des bassins de la Molette. Une manière de respecter l’esprit de ville-jardin qui caractérise Dugny.

D’autres pages à écrire…

Car, avec plus de 44 mètres carré d’espace vert par habitant –bien au-delà du ratio de 10 m2/habitant en Ile-de-France, référence régionale en matière d’espaces verts urbain- la ville n’usurpe pas sa réputation d’écrin de verdure. Un cadre, qui une fois éteinte la flamme des Jeux, connaîtra une nouvelle existence via la reconversion des 4000 lits du village-médias en 1500 appartements répartis entre accession à la propriété et logement social. L’ouverture de commerces, de services, d’une école et d’un gymnase animeront alors un quartier dont la transformation urbaine a déjà été amorcée avec l’arrivée de la gare du Tram T11 –en fonction dès l’été 2017. Le premier acte tangible d’un nouveau quartier relié en 2024, par de nouveaux cheminements, à la fois avec l’ensemble de Dugny mais aussi avec le poumon vert du Parc Georges-Valbon. Car, dans la continuité du programme de transformation porté en partie par les JOP, l’Aire des Vents, située au sud de la ville, bénéficiera d’un nouveau souffle avec l’installation de terrains de sports, de jeux pour enfants et de jardins familiaux qui bénéficieront aux habitants des quartiers environnants.
Lesquels écriront alors, eux-mêmes cette fois, les pages d’une nouvelle vie post-olympique…

à lire aussi
Piscines

Un centre aquatique olympique axé sur l’héritage

Mardi 9 juin, la Métropole du Grand Paris a organisé une visite du chantier de la future piscine olympique de Saint-Denis. Situé juste en face du Stade de France, cet équipement accueillera plusieurs épreuves pendant les Jeux de Paris 2024. Mais sa présence est surtout fondamentale pour l’après-Jeux, dans un territoire où un enfant sur deux ne sait pas nager à son entrée en 6e. Reportage.

Continuité pédagogique Karaté Pierrefitte-sur-Seine

Lamya Matoub : « Les enfants comprennent très bien l’angoisse que crée la crise sanitaire… »

À 28 ans, la karatéka pierrefittoise s’est forgée un sublime palmarès avec sept victoires en Coupe de France, la médaille d’or puis de bronze aux Jeux africains et la première marche du podium aux Jeux mondiaux en 2017… L’athlète qui porte les couleurs de l’Algérie prépare désormais les JO de Tokyo, reportés d’un an. Institutrice à Sarcelles, cette battante gère aussi la continuité pédagogique de ses élèves de maternelle.

Coronavirus Judo Le Blanc-Mesnil

Madeleine Malonga : « Seul sauver des vies doit l’emporter… »

Récemment, la championne du monde de judo en titre (-78 kg) a lancé un appel aux dons pour les Hôpitaux de Paris. Tous les jours, « la boule au ventre », elle stresse de voir ses parents et sa sœur, soignant·e·.s, au chevet des malades du Covid. Elève-infirmière, la combattante de l’Etoile Sportive de Blanc Mesnil (26 ans) avoue « se sentir inutile », comme elle l’a aussi ressenti à l’annonce du report des Jeux de Tokyo…

Coronavirus

Anaïs Quemener : « Surtout, ne rien lâcher… »

Après avoir gagné le plus long marathon de sa vie contre un agressif cancer du sein, la vice-championne de France des 100 km en court un contre le COVID. Aux urgences de l’hôpital Jean-Verdier à Bondy, cette aide-soignante (29 ans) avance -sans relâche- contre lui. Même si sa ligne d’arrivée ne cesse de reculer, cette battante licenciée au Tremblay Athlétic club ne s’avouera jamais vaincue…