Catégories
Seine Saint-Denis
Saint-Denis Tennis de table Le Bourget

Disparition de Nicolas Greiner, figure du tennis de table en Seine-Saint-Denis

Nicolas Greiner, entraîneur national de l’équipe de France féminine junior et pilier du programme Génération 2024 du Saint-Denis Union sport Tennis de table 93, s’est éteint à 43 ans le vendredi 16 octobre.

Il était de ces entraîneurs qui sont également des éducateurs, pour lesquels le développement d’un jeune joueur ou joueuse ne se limite pas à l’accroissement des performances physiques, techniques ou tactiques, mais passe aussi par l’épanouissement des qualités humaines. Discret, il mettait toujours en avant les qualités de ses joueuses, l’ensemble du staff, plutôt que sa propre réussite en tant qu’entraîneur.

JPEG - 79.3 ko

C’est au Bourget que Nicolas Greiner a débuté le tennis de table. Jérémy Serre, président du Comité départemental tennis de table et directeur technique du Bourget club Tennis de table, l’a côtoyé durant de longues années et entraîné pendant 2 ans à ses côtés. Il raconte : « Nicolas Greiner avait rejoint le club du Bourget en tant que jeune joueur parce que c’était tout simplement le club de sa ville. A 25 ans, il a décidé d’arrêter sa carrière de joueur pour se concentrer sur la formation des jeunes. Et très vite, cela a porté ses fruits parce que c’était un passionné et quelqu’un qui était aussi à l’écoute. Ce sont ces qualités qui en faisaient un super entraîneur. »
Il découvre une jeune prodige d’à peine sept ans, Prithika Pavade. « Il avait évidemment un lien particulier à Prithika. Entre eux deux, ça a tout de suite matché et les parents lui ont fait confiance. Je dirais qu’ils se sont fait progresser mutuellement. A un moment de l’évolution de Prithika (en 2014), il fallait quitter Le Bourget pour lui permettre de prendre une autre dimension. Cette décision s’est faite d’un commun accord avec le club du Bourget. Tous ensemble, nous avions choisi le club de Saint-Denis parce qu’aussi bien la famille Pavade que Nicolas avaient un vrai attachement au département. »

Après un an à s’occuper seulement des jeunes de l’équipe B, Nicolas Greiner est promu entraîneur principal de l’équipe féminine. Il participe alors à la montée de l’équipe en Pro dames, le plus haut niveau français. Chez les jeunes, les titres s’accumulent, ceux de Chloé Chomis en double cadettes, de Camille Lutz en double juniors, plus une avalanche du côté de sa protégée, Prithika Pavade : quatre fois championne d’Europe cadette, championne de France minime, cadette, junior et même 3ème chez les seniors à 15 ans ! Une belle réussite qui vaut à Nicolas Greiner d’être nommé l’an dernier entraîneur national de l’équipe de France féminine juniors. Une façon pour lui de garder un œil sur ses jeunes pousses dionysiennes, puisque le 11 octobre dernier, il accompagnait Prithika Pavade à Berlin lors de sa magnifique victoire au Top 10 européen juniors.

Jean-Claude Molet, président du SDUS témoigne : "L’ensemble du club est très affecté par la disparition de Nicolas. Il était apprécié tant pour ses compétences que pour ses valeurs et était l’un des piliers de notre projet Génération Jeux, qui consistait à préparer des jeunes pour les Jeux Olympiques de 2024. S’il travaillait depuis un an à l’INSEP, il était toujours licencié à Saint-Denis. C’était un ami, à 43 ans, l’avenir lui appartenait..."

La rédaction de Seine-Saint-Denis le Magazine présente ses condoléances à sa famille, ses proches et l’ensemble des clubs.

à lire aussi
Jeux olympiques et paralympiques

La Génération Jeux à l’épreuve du micro

Le Département soutient les espoirs sportifs de Seine-Saint-Denis pour les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 avec son dispositif Génération Jeux. Pour les armer face aux questions des journalistes, il propose à chacun d’eux·elles trois séances de média training.

Saint-Denis Tennis de table Jeux olympiques et paralympiques

Prithika Pavade, embarquement immédiat pour Tokyo

Ce week-end, la petite surdouée du Saint-Denis US tennis de table est allée chercher son billet pour les Jeux de Tokyo de cet été, à tout juste 16 ans. Un authentique exploit, pour celle qui visait au départ plutôt les Jeux de Paris 2024 à la maison. La conjugaison d’un talent hors pair, d’une politique de club modèle et d’un partenariat avec le Département qui porte ses fruits.