Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
Actions pour les Jeux JOP 2024

Des relayeurs qui ont déjà la flamme olympique

Des agents du Conseil départemental se mobilisent pour soutenir la candidature olympique de la Seine-Saint-Denis en portant ses couleurs. Mais aussi ses valeurs…

Habitué à sillonner en courant une partie de la Seine-Saint-Denis via la piste de l’Ourcq, Nour Ait Kaci Ali n’a pas peur des longs relais. Alors, c’est presque naturellement qu’il s’est glissé dans la peau des « relayeuses et relayeurs 2024 », un groupe d’agents du Conseil Départemental qui s’engagent, à titre bénévole, hors temps de travail, à soutenir la candidature olympique de la Seine-Saint-Denis. Tout simplement en portant les couleurs du Département lors de compétitions sportives, mais aussi en expliquant les principes de la candidature à son entourage ou auprès du grand public.

« Au total, c’est une équipe de 22 relayeurs qui est déjà opérationnelle depuis la mi-mai pour se déployer sur toute une série d’évènements et de manifestations pour promouvoir notre dossier olympique », explique Nicolas Nordman, directeur de la Mission Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 au sein du Conseil Départemental. A leurs côtés, on est entrés jusqu’à la décision finale du Comité International Olympique, le 13 septembre prochain, dans la phase finale d’adhésion à notre projet. On est dans une campagne explicative de ce que les Jeux peuvent apporter à la Seine-Saint-Denis, mais aussi de ce que la Seine-Saint-Denis peut amener aux Jeux Olympiques et paralympiques. »

Un projet sportif et humain

« Beaucoup », répond sans hésitation Nour Aït Kaci Ali, chargé de suivi au sein de la Direction de l’emploi de l’insertion et de l’attractivité territoriale. Egalement vice-président de l’Association des Personnels Sportifs des Administrations du Département de la Seine-Saint-Denis (APSAD 93), il a entamé sa mission avec conviction le 21 mai dernier lors de la « Course du Grand Paris » où il avait enrôlé une trentaine de collègues sur la ligne de départ de cette première édition d’une épreuve qui reliait symboliquement l’Hôtel de Ville de Paris au Stade de France à Saint-Denis.

Ce jour-là, le maître de cérémonie des séances de remise en forme de l’APSAD 93 a même doublement rempli sa mission, d’abord en jouant les Saint-Bernard auprès de collègues pas forcément habitués à enchaîner les kilomètres, ensuite en se muant en « VRP de la candidature » une fois la ligne franchie. De quoi donner du sens et de l’épaisseur à son engagement : « J’ai voulu m’impliquer dans cette aventure des Jeux olympiques et paralympiques de 2024 pour plusieurs raisons, raconte-t-il. D’abord parce que les JOP, ça n’arrive qu’une fois dans une vie, alors ce serait dommage de ne pas participer à construire un projet exceptionnel. Surtout pour moi qui habite la Seine-Saint-Denis et y travaille.
Enfin, il y avait aussi l’envie de me lancer dans un projet sportif et humain avec mes deux enfants qui sont gymnastes au sein du Blanc-Mesnil Sport Gymnastique. »

Une aventure familiale

Aux côtés de Méline (15 ans) et Néo (13 ans), Nour voit en effet très loin. « Si on obtient l’organisation des Jeux en 2024, pourquoi ne pas devenir, par exemple, bénévole des JOP avec mes enfants ? Ce serait la meilleure manière d’être acteur d’un évènement planétaire complètement magique où tout le monde parle la même langue, celle de la passion du sport. Pour mes enfants, ce serait aussi une formidable occasion de voir que le monde ne s’arrête pas à leur pays, de partager une grande fête universelle autour des valeurs du sport », explique encore Nour.

En attendant, les relayeurs ont bien l’intention de garder la flamme et de passer le relais de la candidature des JOP 2024 un peu partout en Seine-Saint-Denis. Vous pourrez ainsi croiser leur route lors de la Nuit du judo le 9 juin à Montreuil, des Jeux des Collèges le 14 juin à Marville ou encore de la Journée de l’Olympisme le 23 juin au même endroit. N’hésitez donc pas à prendre leur relais…

à lire aussi
Judo

Après le Covid, l’Etoile du Blanc-Mesnil veut à nouveau briller

Astride, Cyrille, Guillaume, Madeleine, Margaux et Romane, judokas de l’Etoile Sportive du Blanc-Mesnil, savourent actuellement aux Ménuires, dans les montagnes savoyardes, un stage d’oxygénation, première étape de leur déconfinement. A peine serrée la ceinture de leur kimono, ils avouent une vraie soif de combats et une irrépressible faim de compétitions. Leur prochain rendez-vous international pourrait être, en novembre, les championnats d’Europe à Prague, initialement prévus en mai…

Course solidaire Jeux olympiques et paralympiques

Journée olympique : l’hommage du sport de Seine-Saint-Denis aux soignant·e·s

Mardi 23 juin, la traditionnelle journée olympique s’est reconvertie en marathon de la solidarité en hommage aux soignant·e·s. Six groupes de coureurs et coureuses sont à cette occasion parti·e·s de l’Insep à Vincennes vers différents hôpitaux de la région parisienne. Nous avons suivi celui de l’UNSS 93, constitué de lycéens et lycéennes de Bondy et d’enseignant·e·s, parti·e·s en petite foulée dire merci à des hôpitaux de Seine-Saint-Denis.

Piscines

Un centre aquatique olympique axé sur l’héritage

Mardi 9 juin, la Métropole du Grand Paris a organisé une visite du chantier de la future piscine olympique de Saint-Denis. Situé juste en face du Stade de France, cet équipement accueillera plusieurs épreuves pendant les Jeux de Paris 2024. Mais sa présence est surtout fondamentale pour l’après-Jeux, dans un territoire où un enfant sur deux ne sait pas nager à son entrée en 6e. Reportage.

Continuité pédagogique Karaté Pierrefitte-sur-Seine

Lamya Matoub : « Les enfants comprennent très bien l’angoisse que crée la crise sanitaire… »

À 28 ans, la karatéka pierrefittoise s’est forgée un sublime palmarès avec sept victoires en Coupe de France, la médaille d’or puis de bronze aux Jeux africains et la première marche du podium aux Jeux mondiaux en 2017… L’athlète qui porte les couleurs de l’Algérie prépare désormais les JO de Tokyo, reportés d’un an. Institutrice à Sarcelles, cette battante gère aussi la continuité pédagogique de ses élèves de maternelle.