Catégories
Seine Saint-Denis
Lutte contre la fracture numérique L’île Saint-Denis

Des ateliers numériques contre l’illectronisme

Le Département organise depuis cette année des ateliers numériques destinés aux usager∙ère∙s des services sociaux départementaux. Reportage au sein de la circonscription de service social de l’Île-Saint-Denis.

« Pour créer un compte sur le site web des impôts, vous devez créer un identifiant et un mot de passe dans votre espace particulier » explique le conseiller numérique Jonathan Vagba. « N’hésitez pas à noter tous vos codes administratifs dans un carnet pour ne pas les perdre… ». Zahia, pimpante quadragénaire originaire de l’Île-Saint-Denis ouvre pour la première fois sa déclaration en ligne et applique avec attention les préconisations du conseiller. Dans quelques séances, elle devrait réussir à créer un compte CAF en ligne et réaliser des ouvertures de droits de manière autonome.

Plus de 600 usager∙ère∙s initié∙e∙s aux NTIC*

Conscient que la Seine-Saint-Denis souffre d’inégalités d’accès aux équipements informatiques, le Département a décidé de déployer une dizaine de conseiller∙ère∙s numériques dans les différentes directions de la collectivité territoriale. Formé∙e∙s par le Conseil départemental et diplômé∙e∙s du certificat de compétences professionnelles, ils∙elles consacrent au moins deux jours par semaine à animer des ateliers collectifs de six à huit personnes orientées en fonction de leurs appétences ou des recommandations des travailleur∙euse∙s sociaux∙ales.
« La moitié de nos participants ne possèdent pas d’ordinateurs ou ne sont pas connectés à internet » constate le conseiller qui part en général de la base : maniement du clavier, gestion de la boîte mail... pour les rassurer. Pour familiariser les stagiaires à leur usage, le jeune homme leur donne toujours un petit exercice à réaliser entre les séances en indiquant à certains les adresses de services publics équipés d’ordinateurs où s’exercer.
Aguibou, ancien agent d’accueil bénéficiaire du RSA ne cache pas son soulagement lors de la séance consacrée aux démarches en ligne sur smartphone. « Pratiquement tous les employeurs exigent des connaissances basiques de l’ordinateur. Je me sens maintenant plus serein pour réussir mes prochains entretiens d’embauche » annonce-t-il. Comme quelques uns de ses voisins, il s’est vu offrir par un Point d’Information Médiation Multiservices du territoire un abonnement à la plateforme en ligne la Petite école du numérique qui lui permet de réactualiser ses connaissances sur une tablette reconditionnée mise à disposition dans le cadre d’un partenariat entre le Département, la CAF et l’association Emmaüs Connect.

JPEG - 214.8 ko

Un accompagnement étendu à d’autres directions

L’équipe des conseillers numériques, qui devrait se renforcer dans les prochaines années, agit également pour d’autres structures du service social ou des directions départementales dédiées à l’enfance, à l’éducation, l’insertion et l’attractivité territoriale, aux personnes âgées... Des coffres-forts numériques hébergeant en ligne des documents administratifs importants sont ainsi proposés aux usager·ère·s de la CSSAPE, une circonscription dédiée aux personnes sans-abri et de la CAMNA, toutes deux situées à Bobigny.
« Nous travaillons en transversalité avec d’autres services afin de toucher un public extrêmement large et répondre aux énormes besoins du territoire » indique Audrey Guéniche, cheffe adjointe du service social départemental. Les parents des jeunes enfants inscrits dans les crèches départementales vont bénéficier au premier trimestre prochain de séances dédiées aux procédures d’inscription et les professionnel∙le∙s de ces établissements seront formé∙e∙s à l’ouverture de droits.
De même, des ateliers ont été lancés dans les collèges dans le but de sensibiliser les parents aux risques des écrans et à l’utilisation de l’Espace Public Numérique / Pronote. Très mobilisé∙e∙s, les conseiller∙ère∙s numériques ont également sensibilisé aux nouvelles technologies des personnes âgées du territoire accueilli∙e∙s en EHPAD ou en résidences autonomie et formé les animateur∙rice∙s qui les accompagnent au quotidien.
Un ensemble d’associations partenaires, comme l’ADFSAP de Clichy-sous-Bois, sont par ailleurs subventionnées pour offrir des initiations informatiques à leurs adhérent∙e∙s.

Déterminé à faire reculer la fracture numérique, le Département a consacré un budget de 900 000 euros pour financer plusieurs plateformes territoriales d’inclusion numérique destinées aux publics en parcours d’insertion. Il prévoit également en 2023 de nouveaux ateliers au sein des PMI, un accompagnement des jeunes (pris en charge ou pas par l’ASE), des familles, des personnes défavorisées... De quoi rendre le numérique plus solidaire et créer une réassurance chez les habitant∙e∙s les moins connecté∙e∙s.

*Les Nouvelles Techniques de l’Information et de la Communication correspondent à tous les équipements présentant une interface écran avec un utilisateur (téléphone portable, tablettes, ordinateurs, bornes internet…).

JPEG - 287.7 ko

Crédit-photo : Nicolas Moulard

à lire aussi

Les diplômé·e·s de l’Académie populaire de la santé

Former des habitant·e·s pour les conduire à agir au quotidien pour la santé de leur entourage, c’est la vocation de l’Académie populaire de Santé. Créée par le Département et soutenue par la Fondation BNP-Paribas, elle a réuni en janvier ses 21 ambassadeur·rice·s. L’une d’elle, Béatrice, 55 ans, nous explique comment elle est devenue ambassadrice de la santé.

Associations Pantin

Au Refuge, des vies sur le fil...

Près de 200 personnes sans-abri poussent chaque jour la porte de l’accueil de jour pantinois Le Refuge qui propose petits déjeuners, douches, services de buanderie, accompagnement social... L’association, subventionnée par le Département, apporte du réconfort à ces âmes « sur le fil du rasoir » plus combatives que le public pourrait l’imaginer.

Protection de l’enfance

Concevoir la protection de l’enfance à l’horizon 2027

Ce jeudi 12 janvier, les grands acteurs de la protection de l’enfance étaient réunis pour décider d’une nouvelle feuille de route jusqu’en 2027. Prise en compte des attentes des jeunes eux-mêmes, réponses aux tensions connues dernièrement par le secteur... Myriam Bouali et Lucie Debove, directrice et directrice adjointe Enfance et Famille au Département, font le point.