Catégories
Seine Saint-Denis
Semaine européenne du développement durable

Des associations engagées pour la transition écologique

Suite à l’appel à projets Transition écologique In Seine-Saint-Denis, 21 projets associatifs écologiques ont été financièrement soutenus en 2018 par le Département. Coup de projecteur sur quatre lauréats.

Une salle d’activité écologique pour Récolte Urbaine

Grâce au coup de pouce départemental, à des dons et à de l’autofinancement, une salle d’activités de 50m2 faite de terre et de paille a surgi de la friche exploitée depuis 2 ans par l’association Récolte Urbaine, dans le quartier de la Boissière, à Montreuil. « De nombreux bénévoles ont participé à notre chantier participatif et aujourd’hui notre salle d’activité est dans sa dernière phase de travaux. L’objectif, c’est que l’hiver prochain, nous soyons à l’intérieur, car depuis deux ans, nous sommes dehors, été comme hiver, souligne Aline Laporterie, coordinatrice de l’association Récolte Urbaine. Nous menons des activités de jardinage mais aussi de cuisine, notamment avec les invendus des magasins bio. Jusqu’ici on était limité à faire une salade de fruits car nous n’avions qu’une cuisine extérieure un peu précaire, mais dans cette nouvelle salle il y a une partie cuisine pédagogique, qui va nous permettre de réaliser nos mille idées ! ». Habitants, voisins et scolaires, à vos couteaux !

PNG - 703.6 ko

Un triporteur électrique pour la Cyclofficine

Depuis 9 ans, la Cyclofficine de Pantin fait la promotion du vélo et propose aux usagers des ateliers d’autoréparation de leurs petites reines. L’association collecte aussi de vieux vélos pour récupérer des pièces et en assembler de nouveaux. Grâce à la subvention départementale, la Cyclofficine a pu acheter un triporteur électrique qui change la vie de l’association. « Le triporteur nous permet d’aller récupérer des vélos en plus grande quantité dans des copropriétés au lieu de simplement attendre les dons des gens qui viennent à l’atelier. Il nous permet aussi d’installer notre atelier mobile. Jusque là on avait un vélo de la Poste qui était vraiment écrasé par le poids de nos outils, donc c’est plutôt cool, se réjouit Dominique Carno, bénévole de l’association*. Cet été, grâce au triporteur, nous allons commencer à faire en même temps des ateliers d’autoréparation et des collectes de vélo. On va aller dans des copropriétés en ayant travaillé avec les bailleurs sociaux en amont. Des gens pourront donner leurs vieux vélos, d’autres pourront les récupérer et les remettre en état. Ce sera une espèce d’échange ». Et grâce au triporteur, l’association pourra repartir avec toutes les pièces restantes de vieux vélos qui serviront lors d’un prochain atelier, notamment pour mécamôme qui permet à des enfants de fabriquer leurs vélos. Vive le recyclage !
* tous les bénévoles de l’association qui prennent la parole publiquement se font appeler Dominique Carno.

PNG - 647 ko

Electrons solaires et Plaine Energie Citoyenne, producteurs d’énergie renouvelable

Les associations Électrons solaires et Plaine Energie Citoyenne créées respectivement en juin 2016 et novembre 2017 ont pour objectif de développer la production d’énergie renouvelable sur le territoire.

PNG - 535.2 ko

L’idée : installer des panneaux photovoltaïques sur des toits publics et privées pour fabriquer de l’électricité qui sera revendu à Enercoop, le seul distributeur d’énergie renouvelable 100% français. Ce n’est donc pas de l’autoconsommation. « En revanche, au bout de 20 ou 25 ans d’exploitation, les panneaux reviendront aux propriétaires des toitures car l’installation aura été amortie, souligne Pierre Stoeber, le président de la coopérative Electrons solaires. Comme les panneaux photovoltaïques ont une durée de vie de 35 à 40 ans, nous laisserons une installation pour 10 à 15 ans, qui pourra continuer à fonctionner ».

PNG - 504.5 ko

Pour l’instant place aux premières installations, dès le mois d’août sur le toit de l’école Waldeck Rousseau aux Lilas pour Electrons solaires et d’ici à la fin de l’année pour Plaine Energie Citoyenne. « Depuis un an, nous travaillons à élargir notre public qui jusqu’ici est plutôt militant, explique Laurent Monnet le président et fondateur de l’association Plaine Energie Citoyenne. On est de plus en plus suivi sur les réseaux sociaux. On sent que les gens sont vraiment intéressés par un projet de cette nature. Maintenant, nous sommes impatients de voir le premier projet concret, de voir les premiers électrons circuler ! On sent qu’on est plus très loin et c’est ça qui est enthousiasmant ! »

Photos : @Récolte Urbaine, Cyclofficine, Electrons solaires et Plaine Energie Citoyenne

à lire aussi