Catégories
Seine Saint-Denis
Livres

Décryptage de la violence

Dans son livre "Laisse pas traîner ton fils", l’écrivain dionysien Rachid Santaki part d’un fait divers sanglant et dresse le portrait d’une jeunesse en proie à la violence, dans la rue, la famille et les réseaux sociaux.

Rachid Santaki les connaît bien, ces jeunes. Il a grandi dans les mêmes cités, il les croise toujours près de chez lui à Saint-Denis où il habite toujours, à la salle du Derek boxing où il s’entraîne encore. Il les met en scène dans ses polars made in Seine-Saint-Denis. Lors de ses dictées géantes ou d’ateliers d’écriture, dans les cités, les écoles et même les prisons, il partage avec eux son amour de l’écrit, souligne l’importance de savoir exprimer clairement sa pensée.
Mais lorsqu’en 2017, il apprend qu’un jeune de dix-sept ans a filmé et posté sur les réseaux sociaux le tabassage, la torture puis le meurtre d’un autre jeune, Rachid Santaki est stupéfait de la cruauté de l’acte, tout comme de la froideur du tournage et de la diffusion de la vidéo. Alors pour comprendre, il enquête. Laisse pas traîner ton fils est le récit de cette recherche de la vérité. Pas à pas, le romancier devenu journaliste avance. Il est en terrain connu et grâce à ses contacts parmi les éducateurs, rencontre les différents protagonistes. Pas de jugement de sa part, mais un désir de compréhension. La violence a toujours fait partie du décor des cités. Des quadragénaires racontent que dans les années 80, 90, les rixes existaient déjà, que grandir en cité impliquait d’au moins côtoyer cette violence, sinon en être auteur et/ou victime. Mais ce qui n’existait pas, c’est cette froide mise en scène, ce partage de l’horreur sur les écrans des smartphones. Au fil des pages se dessine le portrait d’une frange de la jeunesse en perte de repères, qui s’invente de nouveaux codes, ici en France, comme au Maroc ou ailleurs autour de notre globe connecté. Des règles de vie où l’image est reine, celle que l’on regarde tout comme celle que l’on donne à voir.
Au fil des pages du livre, au fur et à mesure de l’avancée du procès des meurtriers, des discussions entre l’auteur et leur famille, la famille de la victime, la violence s’infiltre, prend de nouveaux visages. Rachid Santaki montre comment elle s’immisce dans nos vies, qu’elle les influence, qu’elle nous marque comme elle a marqué la propre jeunesse de Rachid. Une fois refermé, ce livre continue d’agir, de questionner. Normal, pour Rachid Santaki, l’écriture n’est pas une fin en soi. Comme ses dictées au Stade de France ou sur France Culture, ses ateliers d’écriture à Paris 8 ou à Fleury-Mérogis, l’écriture est un des moyens qu’il a trouvés pour agir, pour « donner du sens à ce que je fais ». Rachid Santaki écrit ses livres comme on forge un levier, un pied de biche. Pour nous décoller de la profondeur de nos certitudes, enfoncer les portes de notre indifférence.

JPEG - 930.2 koLaisse pas traîner ton fils , Rachid Santaki éditions Filatures
Photo : P.Bevilacqua

à lire aussi
Livres Saint-Denis

Bastien Beaussart ou la fantasy en mode révolte

Le jeune écrivain dionysien Bastien Beaussart a publié en novembre aux éditions Vérone son premier roman-fleuve de fantasy médiévale « Aralias - Révolution ». À tout juste 24 ans, il signe un récit épique, plein d’intrigues et de rebondissements, dans la lignée de Games of Thrones ou du « Soulèvement des fiefs » de Charlotte Weigel.

Salon du livre jeunesse en Seine-Saint-Denis Livres

Un Salon du livre 2020 exceptionnel !

Le Département est le principal partenaire du Salon du livre et de la presse jeunesse (SLPJ) en Seine-Saint-Denis. Ce grand rendez-vous culturel et populaire revient pour sa 36ème année à Montreuil du 2 au 7 décembre. Mais pas seulement… En 2020, année si particulière, c’est partout en France qu’il se déploie et 25000 livres sont offerts aux élèves de nos collèges et aux enfants de l’Aide Sociale à l’Enfance. Explications et reportage vidéo.

Saint-Denis In Seine-Saint-Denis Littérature jeunesse

Le "road-movie" confiné de trois Séquano-Dionysiennes

Avec « La nuit tombe, Maman rêve », Cécile Dumoutier, Luna Granada et Eve Gentilhomme signent un album jeunesse plein de rêve et de poésie, qui aborde avec légèreté des thèmes peu traités dans les livres pour enfants comme la monoparentalité. Cet ouvrage 100 % made in Seine-Saint-Denis, puisque l’éditrice et l’auteure sont dionysiennes, est aussi présenté lors de l’édition virtuelle du Salon du Livre 2020.

Journalisme Bondy

Le Bondy Blog : 15 ans de reportages dans les quartiers

Né des suites des émeutes de 2005, le Bondy Blog fête cette année ses quinze ans d’existence. Premier média réalisé par des banlieusard·e·s, il aborde les sujets qui préoccupent les habitant·e·s des quartiers et a fait émerger une nouvelle génération de journalistes. Interview avec sa directrice, Latifa Oulkhouir.