Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
IN Seine-Saint-Denis

Découvrez l’OCR (Obstacle Course Race) au parc de la Poudrerie avec l’équipe de S.W.A.T !

Envie d’un sport qui favorise l’esprit d’équipe et le dépassement de soi ? Ne cherchez plus et venez rencontrer l’association tremblaysienne S.W.A.T (pour Spartan Wild Academy Training) les dimanches matin au parc de la Poudrerie à Sevran et parfois même dans la forêt de Bondy ! EXPLICATIONS

En ce jour très venteux de décembre, le parc départemental de la Poudrerie est fermé pour raisons de sécurité. Franck Ribeiro, responsable technique de S.W.A.T, Pascal Marchand, coach, et Thierry Fortunat membre du bureau, sont mobilisés (même si la météo empêche toute démonstration !) pour raconter leur passion : la course à obstacles ou OCR « et pas la course d’obstacles, ça c’est pour les chevaux ! » plaisante Franck pour remonter le moral suite à l’annulation de la session.

Tout commence en 2014 quand la discipline née aux USA apparaît en France. L’OCR utilise les codes et les parcours sportifs des militaires dans la tendance actuelle de l’engouement pour les boot camps. Franck Ribeiro, sportif depuis toujours (champion universitaire de boxe française), professeur d’EPS au collège/lycée Fénélon à Vaujours, embarque son pote Pascal dans une course de la franchise Spartan à Jablines-Annet dans le 77 pour tester cette nouveauté.

Un déclic voire un choc s’opère chez les deux amis. « Ce jour là, un vrai truc s’est passé en termes de cohésion… On venait de faire la guerre (sportive) ensemble ! » se remémore Pascal. Ramper dans la boue, courir, passer des obstacles, monter à la corde dans une atmosphère d’émulation incroyable, Franck et Pascal ne décrocheront plus de cette « addiction » sportive et décident de monter une structure, la S.W.A.T. pour la pratiquer dès que possible.

« On s’est dit, si on va au parc de la Poudrerie, ça va forcément intéresser des gens, comme celles et ceux qui font des 10 kilomètres ! On était là tout le temps avec notre matériel et petit à petit ça a fait boule de neige. On a pu constituer au fil du temps des groupes comptant jusqu’à 60 participant.e.s ! » A l’extérieur du département aussi, ils se font remarquer sur les courses Spartan ou lors des « Mud day » avec leurs t-shirts turquoises et la joie de vivre que les membres de l’équipe de Seine-Saint-Denis dégage !

Première association OCR en France, la S.W.A.T est aujourd’hui la plus grosse du pays avec près de 100 adhérent.e.s dont 25 ont participé aux championnats d’Europe à Andorre ou aux championnats du monde ! Elle attire tout type de profils de 16 à 55 ans, et toutes les catégories sociales sont représentées. Mixte, elle compte presque autant de femmes que d’hommes : « elles se sentent bien dans notre groupe car courir en autonome dans un grand parc forestier n’est pas toujours rassurant… ». Des franchises S.W.A.T. sont créées dans d’autres régions comme à Dunkerque dont le vice-champion de la discipline s’occupe de S.W.A.T. Nord.

JPEG - 94.5 ko

Les clés du succès ? S.W.A.T. s’adresse aux sportives et sportifs confirmé.e.s comme à celles et ceux qui n’ont pas quitté leur canapé depuis des années… « Pascal est plus dans l’élitisme car il prépare les championnats et il prend en charge les "lièvres" du groupe » analyse Franck, qui lui accueille les nouveaux et nouvelles souhaitant se mettre ou se remettre au sport. L’OCR est donc une discipline à deux facettes avec un côté compétition et un côté fun, plus amateur pour les personnes qui ne cherchent pas la performance mais la convivialité d’une activité de groupe où l’essentiel réside dans le challenge personnel et l’entraide (comme faire la courte échelle à son ou sa collègue sur un obstacle à franchir par exemple).

Pour Pascal « dans nos entrainements ou sorties, confirmé.e.s ou débutant.e.s, tout le monde est traité de la même façon et personne n’est mis de côté. Aucune critique n’est faite sur le niveau. On part tou.te.s ensemble, à la fin, quelque soit le classement, on fait la photo ensemble. On est plein de boue mais l’ambiance est super ! »

JPEG - 103 ko

« En OCR tout le monde a une médaille si tu es finisher quel que soit le résultat. Ce n’est que de la valorisation… et c’est ça qui donne envie de continuer » témoigne Thierry.

Autre raison pour expliquer l’adhésion croissante du public : « Beaucoup se lassent des salles de sports où enfermé.e dans un espace clôt, on travaille seul.e sur une machine. Dans l’équipe de S.W.A.T, beaucoup de binôme qui se sont constitués pour la course sont devenues des ami.e.s… Il y a aussi un vrai besoin de se retrouver en extérieur et de reconnecter avec la nature » argumente Pascal.

Franck rebondit sur le côté environnement : « Le fait qu’on utilise les parcs du Département est quelque chose qui nous tient à cœur. On veut montrer une image positive de la Seine-Saint-Denis et les parcs en font vraiment partie… Et puis on a eu très peur que la Poudrerie ferme ! On veut défendre le fait que c’est un poumon du département indispensable et qu’il faut absolument garder des espaces comme celui là ! Dans nos usages, on essaie de respecter les lieux au maximum. Il est hors de question qu’on casse des branches, qu’on installe une corde quand il y a un nid d’oiseaux ou qu’on abime quoi que ce soit lors de nos entrainements… Et on veille à ne jamais laisser de déchets derrière nous bien sûr… »

Franck n’est pas qu’un défenseur acharné du Parc de la Poudrerie. Dès qu’il a connu l’initiative, il a rejoint la communauté du #InSeineSaintDenis, la marque territoriale, en devenant ambassadeur. Natif du Blanc-Mesnil, évoluant dans le département depuis toujours, il en connait tous les atouts et ne manque jamais de le faire rayonner hors de ses frontières grâce à son sport.

Son prochain objectif ? Faire découvrir l’OCR aux plus jeunes notamment lors des opérations estivales Ville Vie Vacances ou Activ’ été à La Poudrerie. « Au contraire du cross, il y a un côté ludique, proche de la discipline du Parkour que beaucoup de gamins découvrent avec le programme de télévision Ninja warriors et apprécient. L’OCR c’est un peu du Parkour mais en milieu naturel, l’essentiel pour moi étant de leur transmettre les valeurs d’esprit d’équipe et de dépassement de soi tout en faisant du sport ! »

Des valeurs de courage et de solidarité justement qui caractérisent depuis toujours les habitant.e.s de Seine-Saint-Denis !

Savoir plus ou rejoindre la S.W.A.T
 : http://swildacademytraining.wixsite.com/s-w-a-training

Crédits photos : (Pascal Marchand, Franck Ribeiro et Thierry Fortunat) par Sylvain Hitau et S.W.A.T

à lire aussi
Judo

Après le Covid, l’Etoile du Blanc-Mesnil veut à nouveau briller

Astride, Cyrille, Guillaume, Madeleine, Margaux et Romane, judokas de l’Etoile Sportive du Blanc-Mesnil, savourent actuellement aux Ménuires, dans les montagnes savoyardes, un stage d’oxygénation, première étape de leur déconfinement. A peine serrée la ceinture de leur kimono, ils avouent une vraie soif de combats et une irrépressible faim de compétitions. Leur prochain rendez-vous international pourrait être, en novembre, les championnats d’Europe à Prague, initialement prévus en mai…

Course solidaire Jeux olympiques et paralympiques

Journée olympique : l’hommage du sport de Seine-Saint-Denis aux soignant·e·s

Mardi 23 juin, la traditionnelle journée olympique s’est reconvertie en marathon de la solidarité en hommage aux soignant·e·s. Six groupes de coureurs et coureuses sont à cette occasion parti·e·s de l’Insep à Vincennes vers différents hôpitaux de la région parisienne. Nous avons suivi celui de l’UNSS 93, constitué de lycéens et lycéennes de Bondy et d’enseignant·e·s, parti·e·s en petite foulée dire merci à des hôpitaux de Seine-Saint-Denis.

Piscines

Un centre aquatique olympique axé sur l’héritage

Mardi 9 juin, la Métropole du Grand Paris a organisé une visite du chantier de la future piscine olympique de Saint-Denis. Situé juste en face du Stade de France, cet équipement accueillera plusieurs épreuves pendant les Jeux de Paris 2024. Mais sa présence est surtout fondamentale pour l’après-Jeux, dans un territoire où un enfant sur deux ne sait pas nager à son entrée en 6e. Reportage.

Continuité pédagogique Karaté Pierrefitte-sur-Seine

Lamya Matoub : « Les enfants comprennent très bien l’angoisse que crée la crise sanitaire… »

À 28 ans, la karatéka pierrefittoise s’est forgée un sublime palmarès avec sept victoires en Coupe de France, la médaille d’or puis de bronze aux Jeux africains et la première marche du podium aux Jeux mondiaux en 2017… L’athlète qui porte les couleurs de l’Algérie prépare désormais les JO de Tokyo, reportés d’un an. Institutrice à Sarcelles, cette battante gère aussi la continuité pédagogique de ses élèves de maternelle.