Catégories
Seine Saint-Denis
Badminton Aulnay-sous-Bois

Carré VIP pour le Aulnay badminton

Vendredi 5 mai, le CBAB Aulnay disputera les premiers play-offs du Top 12 de son histoire. Une rencontre de haut niveau, à Chambly, où les 4 meilleurs clubs de badminton de France se donnent rendez-vous. Le couronnement d’au moins six années de travail pour un club qui mêle esprit de famille et ambition.

Six ans que le Club de Badminton d’Aulnay-sous-Bois (CBAB) attendait ça : après beaucoup d’efforts et quelques désillusions, le voilà qualifié pour les play-offs du Top 12 - le dernier carré du plus haut niveau français. Le 5 mai, ce petit poucet – qui compte tout de même 320 licenciés – affrontera en demi-finales l’ogre d’Issy-les-Moulineaux, 13 titres de champion de France et deux titres de champion d’Europe à son actif.
« Mais on a les moyens de les gêner, et pourquoi pas de les battre », prévient tout de suite Marie Batoméné, l’une des cadres du club, présente depuis 3 ans au CBAB.

Avant de se tourner vers l’Issy et maintenant, le club souhaite toutefois savourer encore un peu une qualification qui ne s’est pas faite en claquant des doigts. « Ce succès, on l’a construit tout au long de la saison et des saisons précédentes sous le mandat de Patrick Deschamps, se remémore ainsi Frédéric Folkeringa, qui a fait fort pour sa première année de présidence au club. Un bon mélange entre expérience et bonnes pioches dans le recrutement nous a menés là où nous sommes aujourd’hui. Après, il faut aussi être pragmatiques : la réussite qui nous fuyait les années précédentes pour venir à bout des gros - Strasbourg par exemple - a cette fois été au rendez-vous. »

JPEG - 62.5 ko

C’est qu’avec un budget oscillant entre 190 et 220 000 euros, les « Ducks » – le petit nom affectueux du club - font figure de poids plume face à des mastodontes comme Strasbourg, Aix-en-Provence ou encore Chambly.
Mais au CBAB, on sait aussi user d’autres ressources. « Pour moi, Aulnay, c’est un club qui mêle esprit de famille, ambition et plaisir, estime Frédéric Folkeringa. « Et transmission aussi, parce qu’en 40 ans d’existence, on a toujours assez bien vécu sur le renouvellement des générations. »

Avec 35 ans de présence discontinue au club, Stan Sawruk incarne justement assez bien ce souci de transmission. L’actuel entraîneur-capitaine de l’équipe 1 a connu à peu près tous les postes possibles au CBAB, de joueur à dirigeant. « Ces play-offs pour moi, c’est une manière de boucler la boucle. Quand j’ai commencé le bad à Aulnay il y a 38 ans, notre président était mon prof d’allemand au collège du Parc. J’ignore ce qu’il est devenu, mais s’il lit le journal, il pourra voir en tout cas que son club a perduré ».

Originaire d’Aulnay mais né en Pologne, cet ancien joueur de haut niveau a fait profiter le club de son expérience du haut niveau et de son carnet d’adresses. « Pour combler les trous d’air inévitables de la formation, on se sert parfois de mes contacts en Pologne. D’où les noms à consonance polonaise de notre effectif », explique-t-il en souriant.
Agnieszka Wojtkowska, Mateusz Swierczynski, Przemysław Wacha, Piotr Wasiluk, l’équipe 1 a en effet de quoi faire de gros scores au badminton mais aussi au scrabble. Ajoutez à cela l’Allemande Fabienne Deprez, 50e mondiale et désormais numéro 1 allemande. Un bel alliage de jeunesse et d’expérience, également incarnée par l’ancien capitaine de l’équipe de France Baptiste Carême et le spécialiste du double Laurent Constantin.

JPEG - 94.5 ko

Parmi ses atouts phares, les Ducks peuvent également compter sur la jeune Marie Batoméné, membre de l’équipe de France et spécialiste du double dames, avec lequel elle a d’ailleurs apporté face à Talence le point décisif pour la qualification en play-offs (aux côtés d’Agnieszka Wojtkowska).
« Aulnay, j’y suis venue il y a 3 ans parce que j’y avais pas mal d’amis et que je cherchais un club à proximité de l’INSEP », se souvient la jeune femme de 22 ans. Elle s’entraîne au quotidien à Vincennes avec les Bleus et rejoint ses partenaires de club sur les compétitions. Et la jeune femme originaire de La Bassée (Nord) de poursuivre : « C’est un club agréable et sans trop de pression. Bien sûr, il y a des objectifs, mais on n’a pas le couteau sous la gorge. Je m’y vois encore longtemps . »
Vendredi 5 mai, à Chambly, les Ducks n’auront peut-être pas l’impact individuel de certains joueurs d’Issy. Mais ils auront ce supplément d’âme qui les fait déjà lorgner vers la finale, le lendemain.

-Rendez-vous le vendredi 5 mai à 13h à Chambly pour les demi-finales Aulnay-sous-Bois-Issy-les-Moulineaux et Chambly-Aix-en-Provence
à lire aussi
Portrait JOP 2024 Football

Hakim Arezki, le sport comme renaissance

Vice-champion paralympique à Londres avec l’équipe de France de cécifoot - du football pour non-voyants - cet homme de terrain est devenu en juin dernier président du Comité handisport 93. Il nous parle de tout ce que son sport lui a apporté et de ses espoirs liés aux Jeux de Paris 2024.

Services, aides
& démarches

Accessibilité des équipements culturels

Un guide valorisant la diversité de l'offre culturelle en Seine-Saint-Denis et favorisant l'accès et la participation des personnes handicapées à la vie culturelle et sociale.