Catégories
Seine Saint-Denis
Budget participatif

Budget participatif départemental : on connaît les projets lauréats !

Le 2 décembre, la salle des séances de l’hôtel du Département a été le théâtre de la soirée des lauréat·e·s du budget participatif départemental, premier du nom. L’occasion pour les organisateur·ice·s - le service vie associative - de louer la mobilisation de tous les porteuses et porteurs de projet, lauréat·e·s ou non. Et de revenir sur cette démarche de concertation qui va permettre aux heureux élu·e·s de décider directement de l’utilisation d’une partie du budget du Département.

Cris de victoires, effusion de joie, embrassades… Vendredi 2 décembre, dans la salle des séances de l’hôtel du Département, les convives n’ont pas célébré un succès de l’équipe de France de foot en Coupe du monde mais les 106 lauréat·e·s du premier budget participatif du Département. Après plusieurs mois de mobilisation, durant lesquels l’équipe de la délégation à la vie associative et à l’éducation populaire (DVAEP) n’a pas ménagé ses efforts, cette cérémonie de clôture placée sous le signe de l’émotion a donc permis de connaître les projets qui vont permettre d’améliorer le cadre de vie des habitants des 21 cantons de la Seine Saint-Denis. « Pour cette première édition du budget participatif, vous avez été plus de 7400 à prendre part au vote, note le président du Département Stéphane Troussel. Cela représente un bel acte de confiance dans ce processus de démocratie participative. Pour notre collectivité, l’objectif était de travailler à une plus grande proximité avec les habitants pour les impliquer davantage dans la vie démocratique, mieux faire connaître l’institution conseil départemental, ses responsabilités, ses compétences et que chacun mesure comment l’action publique se met en œuvre. C’est pourquoi nous nous sommes concentrés sur le foncier qui nous concerne (la voirie, les parvis de collège, les centres de protection maternelle et infantile, etc). La Seine-Saint-Denis est souvent réduite à ses clichés, à ses difficultés, votre engagement est le signe de votre attachement à votre territoire et souligne votre envie d’y vivre mieux. »

JPEG - 4.2 Mo

Pour ce budget participatif, pour lequel 3 millions d’euros, répartis par cantons, ont été consacrés, 576 idées ont été proposées lors des quelque 60 réunions publiques et ateliers organisés dans les cantons et les lieux d’accueil départementaux. Après étude de faisabilité par les services dédiés, 181 ont été soumis au vote, lequel était ouvert à toutes et tous dès 11 ans et sans condition de nationalité. Notons que les projets non retenus n’ont pas été mis au rebut : d’après le Département, il serviront à nourrir sa réflexion sur différentes actions à mener. Ceux qui ont été sélectionnés seront réalisés à partir de 2023. La mobilisation aura duré plusieurs mois : de mars à mai, les projets ont été déposés, puis, de mai à septembre, analysés par les services du Département. De septembre à octobre a eu lieu la phase de vote. 

D’après les chiffres communiqués par le Département, si 60 % des projets ont été déposés par des citoyens à titre individuel, 10 % d’entre eux ont moins de 15 ans. Bobigny (52), Saint-Ouen (49) et Livry-Gargan (44) composent quant à elles le podium des villes ayant recueilli le plus de projets. Lesquels brillent par leur diversité : plus du tiers (34 %) portent sur l’amélioration du cadre de vie (entretenir et rénover les espaces publics, contribuer à l’embellissement des bâtiments départementaux, etc.) et environ 20 % ont trait aux mobilités (mieux partager l’espace public, notamment autour des routes départementales, développer le vélo et la marche à pied par des aménagements). Mais la nature et l’écologie (végétaliser l’espace public, œuvrer pour la préservation de la biodiversité du territoire, promouvoir un mode de vie plus éco-responsable axé sur le recyclage, la production d’énergies renouvelables, etc.), les sports et les loisirs (plus d’équipements et de terrains de sport dans l’espace public, création d’aires de jeux inclusives à destination des enfants et des jeunes), la culture et le patrimoine, les solidarités et l’inclusion ne sont pas en reste et ont suscité également un fort intérêt des participants.

« Découvrir l’ingénierie quotidienne d’une collectivité, ses difficultés, ses contraintes »

Parmi les lauréat·e·s présent·e·s dans la salle des séances, voici Samy, un bambin de 12 ans qui habite à Dugny. Son discours, sincère et touchant, a été salué par des applaudissements nourris. « Je suis si fier, si ému, je ne m’attendais pas à gagner, confie cet élève de 5e au collège Jean-Baptiste Clément, venu avec sa maman et sa grand-mère. Cette confiance placée en mon projet me donne désormais envie de m’impliquer davantage dans la vie citoyenne et associative et de participer l’an prochain à la deuxième édition du budget participatif. » Pour défendre son idée, Samy a pris son bâton de pèlerin et mené campagne tel un véritable homme politique. Il a ainsi passé plusieurs heures au CDI ou dans les salles de classe pour informer et convaincre ses camarades de l’utilité de son projet : un garage à vélo sécurisé sur le parvis du collège. « De nombreux élèves habitent à l’autre bout de la ville et doivent tous les jours emprunter le bus ou bien marcher pour se rendre en cours. A vélo, ils gagneraient du temps et n’auraient pas de ticket à payer », détaille le garçonnet, qui affiche une étonnante maturité.

JPEG - 4.7 Mo

L’engagement de Douaa, Cherifa, Naïma et Basma, quatre habitantes de Stains, a également été récompensé. Ensemble, elles ont imaginé des casiers alimentaires solidaires. Soit un container contenant des denrées alimentaires non périssables (des conserves par exemple) fournies à partir de dons d’associations de la ville et d’habitants. Il permettra ainsi à des personnes dans le besoin de s’approvisionner en nourriture gratuitement ou, tout au plus, pour une somme modique. « A ceux qui n’ont pas le réflexe ou qui n’osent tout simplement pas fréquenter les banques alimentaires, il faut montrer que d’autres solutions existent », avance Naïma. Qui ajoute : « En tant qu’ancienne bénéficiaire des Restos du Cœur, c’est un projet que je défends bec et ongles. L’objectif est aussi d’éviter le gaspillage, de donner plutôt que de jeter. »

Enfin, voilà Hélène, co-fondatrice et présidente de l’association locale des jardiniers du parc départemental de la Poudrerie, à Sevran. Une association qui assure le fonctionnement des jardins familiaux dudit parc avec l’ambition de développer le lien social et de rénover le site dans le respect de l’environnement. « Grâce au budget participatif, nous allons pouvoir installer de nouveaux équipements (tables, bancs, toilettes sèches, pergola d’ombrage démontable, panneaux d’affichage pédagogiques, etc.), se réjouit Hélène. En se conformant évidemment à la réglementation en vigueur car ce parc forestier est classé, et dans le but de sensibiliser de nouveaux publics aux enjeux sociaux et environnementaux qui n’ont jamais été aussi prégnants. » Ainsi, elle et son équipe prévoient-ils de conduire un projet expérimental en faveur des enfants en situation de handicap, d’organiser des ateliers de jardinage à destination des scolaires, de réduire la consommation de la ressource en eau ou encore de renforcer la biodiversité par la création de jachères fleuries. Les jardins familiaux du parc de la Poudrerie existe depuis plus de 40 ans. Et accueillent actuellement 65 familles qui cultivent chacune une parcelle de 150 m2 selon les principes du jardinage au naturel, et pour leur propre consommation de fruits et légumes.

JPEG - 3.9 Mo

« Maintenant, il n’y a plus qu’à, conclut en s’adressant à la salle, Mathieu Monot, conseiller départemental délégué à la démocratie participative et à la vie associative. Vous avez fait campagne, vous avez gagné et vous allez pouvoir désormais concrétiser vos projets. » Mais celui-ci de prévenir : « Vous allez découvrir l’ingénierie quotidienne d’une collectivité, ses difficultés, ses contraintes, être confrontés à un certain nombre d’étapes à respecter… » Bref, les citoyens lauréats vont, une fois n’est pas coutume, endosser le costume de politicien. Et ça, ce n’est pas donné à tout le monde.

Pour connaître tous les projets retenus : https://seinesaintdenis.fr/Budget-participatif-2022-106-projets-laureats

Grégoire Remund
Photos : ©Franck Rondot

à lire aussi
Livres Neuilly-sur-Marne

Neuilly-sur-Marne se raconte dans un bel ouvrage

Richement illustré et documenté, ce nouvel opus de la collection initiée par les éditions AAM, avec le soutien du Département de la Seine-Saint-Denis, s’inscrit dans la volonté de faire connaître la Marne et son patrimoine architectural sur la période 1850-1950.

Architecture Aubervilliers

Renée Gailhoustet nous quitte, la Maladrerie vivra !

Renée Gailhoustet s’est éteinte le 7 janvier dernier. Cette architecte du logement social est à l’origine de la Maladrerie, un quartier de 850 logements sociaux construit dans les années 1970 à Aubervilliers. Elle laisse une œuvre qui n’a obtenu sa juste reconnaissance que tardivement... Explications.

Revivez 2022 en vidéo !

2022 était l’année des retrouvailles, du rassemblement, du partage et de la solidarité. Sport, culture, loisirs... nous avons fêté la richesse de notre département à travers de nombreux événements, talents. Nous vous proposons ici les plus belles images de ces moments de joie et de partage.

Le budget 2023 adopté : ce qu’il faut en retenir

Le Conseil départemental a adopté en séance jeudi 15 décembre le budget 2023. Avec 457 millions d’investissements, un montant sans précédent, la Seine-Saint-Denis va accélérer sa bifurcation écologique. Parmi les autres priorités affichées, le soutien du pouvoir d’achat, le sport et la culture... Découvrez les données-clés du budget 2023.