Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
Portrait Compte à rebours pour les Jeux paralympiques

Bopha K.O.ng

Il est une des grandes chances de médaille de la France et de la Seine-Saint-Denis aux Jeux paralympiques de Tokyo cette année. Bopha Kong, multiple champion du monde de para-taekwondo licencié à Bondy, a toutes les raisons d’être ambitieux.

Calme et plutôt réservé dans la vie de tous les jours, Bopha Kong change d’attitude dès qu’il enfile son dobok et monte sur le tatami. Concentré à l’extrême, le regard fixé sur son adversaire, il est tout entier tendu vers un seul but : la victoire. Cet instinct de combattant, Bopha l’a toujours eu. « A trois ans, je suis arrivé à Gonesse en provenance du Vietnam. J’ai toujours été attiré par les sports de combat. Dès que j’ai pu, j’ai débuté la boxe anglaise, mais aussi le kick-boxing. » Lorsqu’un accident le laisse à 18 ans amputé des deux mains, il ne renonce pas pour autant mais se tourne vers le taekwondo. Cet art martial coréen privilégie l’usage des jambes. « C’était plus adapté pour moi, explique-t-il. Je ne m’entraînais qu’avec des valides et j’ai rapidement progressé.
Mais à cette époque il n’existait pas de compétitions de para-taekwondo, alors je m’inscrivais en catégorie open, avec les valides. »
Un véritable challenge dans lequel Bopha Kong obtenait certes des résultats, mais pas à la hauteur de son engagement. « A un moment, j’ai pensé arrêter. J’avais une blessure au genou et surtout un manque d’objectif. Il n’y avait pas de grandes compétitions pour les personnes porteuses de handicap. C’est à ce moment que mon entraîneur m’a annoncé la création officielle du para-taekwondo, avec des règles adaptées comme l’interdiction des touches au visage. Alors, il était possible de disputer des compétitions nationales, internationales, un championnat du monde. Ça changeait tout ! »
Bopha intègre alors l’équipe de France, devient athlète de haut niveau, accède à l’Insep pour certains cours. Mais tout n’est pas simple pour autant. Notre combattant doit s’entraîner deux fois par jour, sans toujours disposer de créneaux dans des locaux adaptés. « Parfois je m’entraîne dehors, dans un parc, et même dans mon box ! »

Briller aux Jeux, à Tokyo comme à Paris

Mental d’acier et technique affutée, Bopha a trouvé la voie du succès avec à la clef quatre titres de champion du monde et deux titres européens en moins de 61 kg. Son prochain objectif est le titre olympique. « A Tokyo, le para-taekwondo sera pour la première fois représenté aux Jeux paralympiques. C’est une chance que je ne veux pas manquer ! Du fait de mon classement dans la liste des meilleurs mondiaux, je suis déjà qualifié. » L’esprit tranquille, il consacrera son temps d’ici à septembre à sa préparation, entre stages à l’étranger et compétitions, pour se présenter à son meilleur niveau au Japon. « Et l’autre objectif, c’est de gagner dans quatre ans à Paris. J’aurai 41 ans, je pourrai terminer en beauté ! »
JPEG - 135.7 ko

à lire aussi
Judo

Après le Covid, l’Etoile du Blanc-Mesnil veut à nouveau briller

Astride, Cyrille, Guillaume, Madeleine, Margaux et Romane, judokas de l’Etoile Sportive du Blanc-Mesnil, savourent actuellement aux Ménuires, dans les montagnes savoyardes, un stage d’oxygénation, première étape de leur déconfinement. A peine serrée la ceinture de leur kimono, ils avouent une vraie soif de combats et une irrépressible faim de compétitions. Leur prochain rendez-vous international pourrait être, en novembre, les championnats d’Europe à Prague, initialement prévus en mai…

Course solidaire Jeux olympiques et paralympiques

Journée olympique : l’hommage du sport de Seine-Saint-Denis aux soignant·e·s

Mardi 23 juin, la traditionnelle journée olympique s’est reconvertie en marathon de la solidarité en hommage aux soignant·e·s. Six groupes de coureurs et coureuses sont à cette occasion parti·e·s de l’Insep à Vincennes vers différents hôpitaux de la région parisienne. Nous avons suivi celui de l’UNSS 93, constitué de lycéens et lycéennes de Bondy et d’enseignant·e·s, parti·e·s en petite foulée dire merci à des hôpitaux de Seine-Saint-Denis.

Piscines

Un centre aquatique olympique axé sur l’héritage

Mardi 9 juin, la Métropole du Grand Paris a organisé une visite du chantier de la future piscine olympique de Saint-Denis. Situé juste en face du Stade de France, cet équipement accueillera plusieurs épreuves pendant les Jeux de Paris 2024. Mais sa présence est surtout fondamentale pour l’après-Jeux, dans un territoire où un enfant sur deux ne sait pas nager à son entrée en 6e. Reportage.

Continuité pédagogique Karaté Pierrefitte-sur-Seine

Lamya Matoub : « Les enfants comprennent très bien l’angoisse que crée la crise sanitaire… »

À 28 ans, la karatéka pierrefittoise s’est forgée un sublime palmarès avec sept victoires en Coupe de France, la médaille d’or puis de bronze aux Jeux africains et la première marche du podium aux Jeux mondiaux en 2017… L’athlète qui porte les couleurs de l’Algérie prépare désormais les JO de Tokyo, reportés d’un an. Institutrice à Sarcelles, cette battante gère aussi la continuité pédagogique de ses élèves de maternelle.