Catégories
Seine Saint-Denis
Musique

Black Star, le dernier éclat de Bowie à Saint-Denis

Chaque année, le festival de Saint-Denis innove en programmant une création au carrefour des genres musicaux. Le 20 juin, André de Ridder et son ensemble S t a r g a z e rendront hommage à David Bowie et son dernier album Black Star. Entretien.

- Comment le désir de monter ce projet Black Star vous est-il venu ?

Nous avons monté et joué le grand hommage à David Bowie avec S t a r g a z e lors des BBC Proms (série de concerts estivaux organisée chaque année ndlr.) l’année de sa disparition… L’an dernier j’avais déjà été contacté par Nathalie Rappaport du festival de Saint-Denis pour jouer un concert similaire à Paris mais c’était une expérience si intense et si unique que nous pensions que nous ne pourrions pas le refaire. Cependant, nous avons alors apprécié de jouer trois chansons du dernier album de Bowie, elles fonctionnaient particulièrement bien comme un set et nous avons pensé que cela pourrait être une une alternative et une très bonne idée d’essayer et de jouer l’album en entier comme une performance spéciale. C’est ce que j’ai suggéré au festival lorsque je dirigeais ici l’an dernier (des musiques de Bryce Dessner et Claude Debussy) et Nathalie a approuvé avec enthousiasme. La musique et les paroles sont si profondes et complexes, cela vaut vraiment la peine de les explorer et les faire résonner de différentes façons.

- Les quatre chanteuses, Anna Calvi, Jeanne Added, Soap&Skin, Laetitia Sadier ont chacune une personnalité et une signature musicale particulière. Pourquoi les avoir choisies et comment les avez-vous convaincues ?

Nous avions déjà travaillé avec Anna Calvi sur les chansons de Bowie, et elle a sa propre manière d’interpréter ces chansons, absolument merveilleuse et émouvante. Puis nous avons eu l’idée de jouer cet album uniquement avec des voix féminines, parce que la part féminine de la personnalité de Bowie était évidente, mais aussi parce que les comparaisons auraient été difficiles à éviter si nous avions choisi des chanteurs. Puis, avec le festival, nous avons cherché différentes personnes pour interpréter les différentes chansons. Nous en avons parlé avec chacune des chanteuses, pour qu’elles se complètent bien ! Cela n’a pas pris beaucoup de temps de les convaincre de participer, mais choisir qui allait chanter quelle chanson a été plus complexe et délicat !

- En quoi la musique de David Bowie a-t-elle sa place dans un tel festival ?

Parce qu’il s’agit d’un hommage à l’un des artistes et auteurs de chansons les plus importants du 20e siècle, tous genres confondus ! Et parce que Bowie n’a pas été en capacité de jouer lui-même cette musique en concert. C’est un risque, mais ces chansons doivent-elles donc toujours être confinées au seul enregistrement sur CD ? Je crois qu’elles ont une vie au-delà de ça !

Propos recueillis et traduits par Georges Makowski

à lire aussi
Art Parcs départementaux Patrimoine

Olivier Grossetête : "Ce qui est essentiel est de construire ensemble"

Du 21 au 27 septembre, l’artiste Olivier Grossetête, connu internationalement pour ses constructions monumentales en cartons, proposera aux habitant·e·s de Seine-Saint-Denis d’en fabriquer une autour du bâtiment de la Cartoucherie, dans le parc départemental de La Poudrerie. Nous avons demandé au plasticien de nous en dire plus sur ce projet artistique participatif hors norme.

Les corps des femmes se mettent en scènes au #Wetoo festival

Pourquoi la libération des femmes passe-t-elle par celle de leurs corps ? Comment éduquer ses enfants de manière féministe ? Le week-end dernier, à la Cité fertile à Pantin, le Wetoo festival répondait à ces questions à travers des propositions théâtrales et artistiques, prises d’assaut par un public jeune... et nombreux.

Saint-Denis Street-Art Saint-Denis

Sous les scellés, la culture !

Jusqu’au 20 septembre, l’association Mur 93 organise à Mains d’œuvres à Saint-Ouen, "Destin scellé", une exposition-vente d’artistes urbains qui ont laissé libre cours à leur imagination sur les panneaux de métal qui avaient l’espace de 99 jours interdit l’accès à ce lieu de culture et de rencontres. De l’art engagé pour continuer le combat de Mains d’œuvres plus que jamais en quête de liberté de créer et d’oser...