Catégories
Seine Saint-Denis
Livres Saint-Denis

Bastien Beaussart ou la fantasy en mode révolte

Le jeune écrivain dionysien Bastien Beaussart a publié en novembre aux éditions Vérone son premier roman-fleuve de fantasy médiévale « Aralias - Révolution ». À tout juste 24 ans, il signe un récit épique, plein d’intrigues et de rebondissements, dans la lignée de Games of Thrones ou du « Soulèvement des fiefs » de Charlotte Weigel.

« Voilà dix huit ans que je désire écrire un livre de fantasy et la situation exceptionnelle de l’année 2020 m’a permis paradoxalement de réaliser ce projet » confie Bastien Beaussart. Le néo-romancier, chargé de clientèle à la ville pour une agence touristique est en chômage partiel depuis le mois de mars et en a profité pour développer les 368 pages de son premier tome. Ce prolifique auteur a donné vie à un monde imaginaire théâtre d’une révolution homérique contre un empereur sanguinaire.

Un univers poétique vertigineux et ultra-réaliste

Aux confins du quatrième royaume d’Astor, le terrible Ardenon défile avec ses hommes dans sa capitale Aralias, exposant prisonniers de guerre et trophées devant le peuple. Le fermier Alis révolté par l’esclavage et les tortures organise une insurrection dans les campagnes. La princesse Elaïna délivrée des geôles d’Aralias décide de rejoindre la révolte et convainc ses anciens alliés d’affronter les armées loyalistes. Les jeunes protagonistes découvriront les coulisses d’un pouvoir totalitaire et l’âpreté du combat pour la liberté.
« J’ai voulu écrire un roman visuel dans lequel le lecteur serait immergé » affirme-t-il. « En juillet 2019, après la naissance de ma fille, j’ai repris sous forme de roman un scénario débuté en 2014 et j’ai imaginé une trame narrative en m’inspirant de ce que j’aime : les jeux vidéo, le film "Braveheart" de Mel Gibson ou la suite des Rois maudits de Maurice Druon ». L’auteur a ainsi créé un univers saisissant mêlant des scènes de guerre dignes de Game of Thrones à des aventures adolescentes menées à un rythme endiablé.

Un projet personnel caressé depuis des années

L’auteur dionysien passionné de fantastique médiéval exerce pourtant bien loin des métiers de l’imaginaire. Il gère les visites touristiques au Stade de France. « Avec la crise de la Covid, nos visites ont été réduites à néant et je me suis dit que c’était le moment idéal pour me lancer dans l’écriture après en avoir rêvé depuis le CP et transmettre ce manuscrit plus tard à ma fille Laila ».
Le roman publié début novembre est accessible par un système de pré-commande sur le site web de l’auteur qui a eu le plaisir de recevoir des dizaines de retours enthousiastes de lecteurs sur sa page Facebook.

Le jeune écrivain a vendu à ce jour une centaine de romans et espère renouveler le genre de la fantasy, quelque peu délaissé en France face aux nombreuses productions anglo-saxonnes.

JPEG - 122.8 ko

Crédit-photo : Bastien Beaussart

à lire aussi
Musique La Courneuve

Dinos, ses punchlines font mouche

Le rappeur originaire de La Courneuve revient en force avec un troisième album, Stamina*, qui, fait rare, semble faire l’unanimité auprès du public et de la critique. Rencontre à l’espace jeunesse Guy-Môquet, un lieu de création artistique où, pour lui, tout a commencé.

Saint-Denis Patrimoine

La banlieue investit 20 millions pour la reconstruction de la flèche de la basilique de St-Denis

Le 23 décembre dernier, on aurait pu faire sonner les cloches de la basilique de Saint-Denis à toute volée. Le Fonds de Solidarité Interdépartemental et d’Investissement, qui rassemble les sept départements périphériques de la capitale, va financer à hauteur de 20 millions d’euros la reconstruction de sa flèche. Cette cagnotte est en réalité l’aboutissement d’une décennie de travail, qu’a bien voulu nous conter Jacques Moulin, architecte en chef des monuments historiques de Seine-Saint-Denis.

Cinéma Aubervilliers

Samy d’Auber

En 2009, Samy Seghir fait rire plus de deux millions de spectateur·rice·s en interprétant un jeune de cité accueilli par une famille huppée dans "Neuilly sa mère". Douze ans plus tard, le comédien d’Aubervilliers, cantonné un temps aux rôles de banlieusard, a étoffé son jeu et enchaîne les films avec les plus grands acteurs français.