COVID-19 - Le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis a pris des mesures préventives pour protéger la population tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Retrouvez toutes nos informations disponibles en suivant ce lien
Catégories
Seine Saint-Denis
Musique Pantin

Banlieues bleues : ça gaze et ça jazz ! (3)

Du 3 au 31 mars, le festival Banlieues bleues, soutenu par le Conseil départemental, fêtera sa 34e édition avec une très riche programmation. Aujourd’hui, focus sur la flûtiste franco-syrienne Naïssam Jalal dont le concert a lieu mardi à la Dynamo de Pantin.

Naïssam Jalal : « Il y a une dimension spirituelle indéniable dans la musique »

Elevée en banlieue parisienne par des parents syriens, la flûtiste Naïssam Jalal transcende les identités sonores pour reconnecter avec l’invisible dans une création qu’elle présentera le 28 mars prochain pendant le festival Banlieues Bleues. Rencontre avec une femme inspirée et inspirante.

Comment est née votre passion pour la flûte ?

"Je ne me suis jamais vraiment prise de passion pour cet instrument, je n’en joue pas parce que j’aime la flûte mais parce que c’est le prolongement de mon corps. Ce nouveau membre m’a handicapé pendant de nombreuses années, et quand j’ai découvert l’improvisation, je me suis rendue compte qu’il me servait à m’exprimer. J’avais 17 ans, je jouais pour un vernissage de mon père lorsque Michel Thouseau, un contrebassiste, m’a alors dit de « jouer ce qu’il y avait l’intérieur de moi ». C’est comme ça que j’ai fait la première improvisation de ma vie. Ca a été super puissant. Et c’est ce jour où je me suis dit qu’il fallait que je sois musicienne."

A 19 ans, vous partez à Damas en Syrie puis en Egypte, et vous avez notamment appris le nay, une flûte arabe…

"La musique, c’était plus une excuse qu’autre chose pour partir. J’ai dit à mes parents « je vais à Damas apprendre le nay ». Mais je me suis retrouvée dans cette situation à me dire « je suis arabe, je ne sais pas ce que c’est l’arabe, je ne le parle pas, je n’ai jamais vécu dans un pays arabe, puisqu’il n’est pas possible de renier cette origine qu’on me reproche, je vais savoir ce qu’on me reproche très clairement ». C’est comme ça que je suis partie à Damas et puis en Egypte où j’ai développé ma connaissance de la musique arabe."

Le 28 mars prochain, vous présentez votre création « Quest of the Invisible », pouvez-vous me parler du projet ?

"Michel Thouseau m’a fait découvrir un grand flûtiste bansuri indien. Dans sa musique, le silence a une très grande importance. Parfois, pendant 3 minutes, il va jouer deux notes ! Il y a une incroyable force mystique. En Occident, on a tendance à être dans une sorte de démonstration et on a perdu ce lien avec l’invisible, cette fonction presque rituelle. Il y a une dimension spirituelle indéniable dans la musique. Et "Quest of the Invisible", c’est vraiment le cheminement de toutes ces réflexions sur le sens, sur le pouvoir rituel, sur le lien à l’invisible."

Vous faites également des initiations à la musique arabe dans des écoles du département … c’est important pour vous de vous impliquer auprès des plus jeunes ?

"Je ne soupçonnais pas l’importance que ça avait avant de le faire. Je me suis rendu compte qu’il y avait une méconnaissance totale de la civilisation arabe. C’est important de faire ça avec des jeunes, car c’est une façon pour les enfants qui ne sont pas issus de l’immigration arabe de découvrir une culture. Et pour ceux qui en sont issus aussi, pour finalement réhabiliter une partie de leur identité qui est méprisée dans notre société. Cet atelier je le fais davantage par devoir civique que musical."

- Le 28 mars, à La Dynamo de Pantin, 20h30

à lire aussi
Bande dessinée

Albert Uderzo, dernier banquet

Albert Uderzo, créateur entre autres d’Astérix avec son acolyte René Goscinny, est mort ce mardi à 92 ans. Ce dessinateur de génie avait un lien fort à la Seine-Saint-Denis : après avoir grandi à Clichy-sous-Bois, c’est dans un HLM de Bobigny que lui et Goscinny avaient commencé à donner naissance à l’irréductible Gaulois. Voici l’article que nous lui avions consacré en septembre 2019, à l’occasion des 60 ans de la naissance d’Astérix.

Ateliers et cours Parcs départementaux Patrimoine

« La poudrerie, un patrimoine qui cartonne » : acte 1 !

Cinq rendez-vous devaient se succéder. L’épidémie de coronavirus et les mesures de confinement en auront cependant décidé autrement. Samedi 14 mars, au parc départemental de la Poudrerie, s’est donc tenu l’unique atelier de préparation au projet artistique participatif d’Olivier Grossetête. Malgré le contexte et une météo peu avenante, ils étaient une petite trentaine de personnes à y prendre part, pour imaginer et réinventer ensemble le bâtiment de la cartoucherie. Reportage.

Théâtre

Bezace, le communard

Didier Bezace, metteur en scène et directeur du Théâtre de la Commune d’Aubervilliers, centre dramatique national, est décédé mercredi 11 mars 2020. Ardent défenseur d’un théâtre de qualité accessible à toutes et à tous, plusieurs fois récompensé par un Molière, nous l’avions suivi en 2009 toute une journée alors qu’il jouait "Après la répétition" d’Ingmar Bergman. Voici le reportage tel qu’il est paru alors dans le magazine départemental de novembre 2009.

Radio Pantin Aubervilliers

Le son au coeur de la Cité

« La Cassette » devrait commencer à tourner au second semestre 2020. Aux confins d’Aubervilliers et de Pantin, ce nouveau « tiers-lieu » imaginé par des amoureux de la radio est dédié à la création sonore. Il abritera la jeune école de radio du collectif « Transmission », gratuite et ouverte à tous.

Services, aides
& démarches

Accessibilité des équipements culturels

Un guide valorisant la diversité de l'offre culturelle en Seine-Saint-Denis et favorisant l'accès et la participation des personnes handicapées à la vie culturelle et sociale.