Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
Génération jeux Badminton Aulnay-sous-Bois

Aulnay badminton, à ça de l’exploit

Les Ducks terminent finalement 4e des premières phases finales de leur histoire, disputées les 5 et 6 mai à Chambly. Mais en demi-finale, ils auront fait douter Issy-les-Moulineaux, le champion d’Europe en titre. Retour sur un week-end de haut vol.

« J’avais ramené des copies pour les corriger, mais là, c’est trop prenant, je peux pas ». Ashwyn, jeune professeur de physique au collège Christine de Pisan et licencié au CBAB Aulnay n’en peut plus de tant de suspense. Devant la halle des sports Daniel Costantini de Chambly qui accueille cette année les finales du Top12 - le championnat de France par équipes - ce supporter de 24 ans discute le coup avec la vingtaine de membres du club qui ont fait le déplacement.

Dans quelques instants, les Ducks, 321 licenciés, vont tancer Issy-les-Moulineaux, le champion d’Europe en titre, au cours d’un double mixte en or. En demi-finale des premiers play-offs de son histoire, le petit poucet séquanodionysien a en effet malmené l’ogre des Hauts-de-Seine : 4-4 au terme des 8 matches prévus. Selon le règlement, un double mixte décisif doit donc départager les deux formations.

JPEG - 124.1 ko

Jusqu’ici, tout s’est en effet déroulé comme dans un rêve pour les Bleus d’Aulnay. « Notre stratégie, c’était de l’emporter en visant les doubles mixtes, les deux simples dames et le double hommes. Sur ces 5 points, on s’est laissé un joker pour éventuellement en passer par le mixte en or », avait commenté succinctement Stanislas Sawruk, capitaine d’équipe très concentré avant la rencontre.
Un plan de bataille parfait puisqu’au final, seul le simple de Marie Batoméné ne sera pas tombé dans l’escarcelle des bizuts. « Aulnay est magique ! », scande dans son mégaphone Frédérik Folkeringa, un président du CBAB multi-tâches, qui sait aussi donner de la voix quand il le faut.
Match en or. L’expression fait chez nous plutôt surgir des images d’un Trézéguet faisant reboucher le champagne aux Italiens en finale de l’Euro 2000. On ne pensait pas revivre un jour ces émotions en badminton. Pour ce « golden mix », l’affiche est alléchante : Fabienne Deprez, la N.1 allemande et Przemislaw Wacha, international polonais pour Aulnay-sous-Bois contre Lucas Corvée, double champion de France en simple et Stefani Stoeva, internationale bulgare, pour Issy.

JPEG - 81.2 ko

Comme on ne change pas une équipe qui gagne, le CBAB a en effet décidé de reconduire la paire qui avait déjà donné du fil à retordre aux champions d’Europe au cours du premier mixte (victoire de Wacha/Deprez 21-19, 21-12).

Notre-Dame de Chambly

Sauf qu’une donnée a changé : pour Issy, c’est désormais Stefani Stoeva, médaillée d’argent aux Europe 2017 en double dames, qui a remplacé Audrey Fontaine aux côté de Lucas Corvée. Et cette joueuse mobile et technique est un véritable « mur ». 14-21 au premier set, 18-21 au deuxième : l’affaire, comparé aux deux mixtes précédents, est rapidement pliée. Issy explose de joie, preuve de la frousse ressentie.

Côté Aulnay, on ne sait pas trop sur quel pied danser : déception ou fierté. « Ca laisse un peu une saveur douce-amère. Si on nous avait dit au début de l’année qu’on ferait 4-4 mixte en or contre Issy, on aurait signé tout de suite. Là, quand on voit le scénario de la rencontre, c’est un peu frustrant », estime Frédérik Folkeringa à chaud. Baptiste Carême, l’un des artisans de la demi-finale et spécialiste du double, modère : « C’est dommage, on ne passe pas loin de l’exploit. Après, je ne pense pas qu’on puisse avoir beaucoup de regrets. En face, lors du mixte décisif, ils étaient plus forts. On peut être content de les avoir fait douter ».

Du côté de la paire protagoniste, les sentiments sont aussi mitigés. On sait qu’Aulnay vient de passer à côté d’une prouesse aussi grande que les géants entreposés dans la cathédrale Notre-Dame de Chambly. « Je crois qu’au final, c’est un peu de fraîcheur et de patience qui nous ont manqué. C’était un pari aussi. Moi je ne suis pas une spécialiste du double. J’ai une manière très solo de jouer du double. Ca a fonctionné au premier mixte, ça n’est pas passé ensuite » analyse lucidement Fabienne Deprez.
Pour la petite histoire, la N.1 allemande et le Polonais Wacha se sont vus pour la première fois il y a 17 ans, au FC Langenfeld, leur club commun à l’époque. Mais il aura fallu attendre les play-offs du Top12 sous la bannière d’Aulnay pour qu’ils jouent pour la première fois ensemble. En évoquant cette curiosité, le sourire fait son retour sur les visages de Fabienne et « Wacha » : comme si souvent à Aulnay, c’est le vécu commun qu’on retient, dans la mesure où c’est aussi sur ce vécu que se forgent les résultats.

Pour rajouter un peu aux malheurs des Ducks, ils s’inclineront le lendemain sur le fil 5-3 face à Aix-en-Provence, dans le match pour la médaille de bronze (Chambly sera lui sacré pour la 4e fois d’affilée, face à Issy). Pas grave, Stan Sawruk, capitaine sagesse d’Aulnay, 35 ans de présence au club, savait parfaitement résumer cette première participation au dernier carré : « Même si c’est une médaille en chocolat, c’est du bon chocolat. Cette équipe est bien équilibrée entre joueurs d’expérience et espoirs. Elle a de l’avenir. »

Christophe Lehousse

JPEG - 95.1 ko

La demi-finale d’Aulnay contre Issy en détails :

1. Fabienne Deprez (CBAB) bat Sabrina Jaquet : 1-0
2. Baptiste Carême et Przemyslaw Wacha (CBAB) battent Heriau/Riancho : 2-0
3. Lucas Corvée bat Piotr Wasiluk (CBAB) : 2-1
4. Bjorn Seguin bat Aurélien Thioux (CBAB) : 2-2
5. Stefani Stoeva bat Marie Batoméné (CBAB) : 2-3
6. Fabienne Deprez et Przemyslaw Wacha (CBAB) battent Lucas Corvée et Audrey Fontaine 3-3
7. Agnieszka Wojtkowska et Baptiste Carême (CBAB) battent Jaquet/Riancho : 4-3
8. Stefani Stoeva et Gabriela Stoeva battent Sarah Sicard et Andréa Vanderstukken (CBAB) : 4-4

Mixte en or :
Stefani Stoeva et Lucas Corvée battent Fabienne Deprez et Przemyslaw Wacha (CBAB) 4-5

Match pour la troisième place :
Aix en Provence bat Aulnay-sous-Bois 5-3

Finale :
Chambly sacré champion face à Issy-les-Moulineaux 5-1

à lire aussi
Judo

Après le Covid, l’Etoile du Blanc-Mesnil veut à nouveau briller

Astride, Cyrille, Guillaume, Madeleine, Margaux et Romane, judokas de l’Etoile Sportive du Blanc-Mesnil, savourent actuellement aux Ménuires, dans les montagnes savoyardes, un stage d’oxygénation, première étape de leur déconfinement. A peine serrée la ceinture de leur kimono, ils avouent une vraie soif de combats et une irrépressible faim de compétitions. Leur prochain rendez-vous international pourrait être, en novembre, les championnats d’Europe à Prague, initialement prévus en mai…

Course solidaire Jeux olympiques et paralympiques

Journée olympique : l’hommage du sport de Seine-Saint-Denis aux soignant·e·s

Mardi 23 juin, la traditionnelle journée olympique s’est reconvertie en marathon de la solidarité en hommage aux soignant·e·s. Six groupes de coureurs et coureuses sont à cette occasion parti·e·s de l’Insep à Vincennes vers différents hôpitaux de la région parisienne. Nous avons suivi celui de l’UNSS 93, constitué de lycéens et lycéennes de Bondy et d’enseignant·e·s, parti·e·s en petite foulée dire merci à des hôpitaux de Seine-Saint-Denis.

Piscines

Un centre aquatique olympique axé sur l’héritage

Mardi 9 juin, la Métropole du Grand Paris a organisé une visite du chantier de la future piscine olympique de Saint-Denis. Situé juste en face du Stade de France, cet équipement accueillera plusieurs épreuves pendant les Jeux de Paris 2024. Mais sa présence est surtout fondamentale pour l’après-Jeux, dans un territoire où un enfant sur deux ne sait pas nager à son entrée en 6e. Reportage.

Continuité pédagogique Karaté Pierrefitte-sur-Seine

Lamya Matoub : « Les enfants comprennent très bien l’angoisse que crée la crise sanitaire… »

À 28 ans, la karatéka pierrefittoise s’est forgée un sublime palmarès avec sept victoires en Coupe de France, la médaille d’or puis de bronze aux Jeux africains et la première marche du podium aux Jeux mondiaux en 2017… L’athlète qui porte les couleurs de l’Algérie prépare désormais les JO de Tokyo, reportés d’un an. Institutrice à Sarcelles, cette battante gère aussi la continuité pédagogique de ses élèves de maternelle.