Catégories
Seine Saint-Denis
Rugby

Anne-Cécile Ciofani, missile lancé !

Avec Joanna Sainlo, elle est l’autre licenciée de l’AC Bobigny Rugby 93 à être devenue vice-championne du monde de rugby à 7 avec l’équipe de France. A 24 ans, Anne-Cécile a crevé l’écran, a été sacrée révélation du tournoi et choisie pour faire partie de la « Dream team » des meilleures joueuses de cette Coupe du monde.

Comment vous sentez-vous après ce titre de vice-championne du monde de rubgy à 7 ?

"Je ne réalise pas encore vraiment. Nous sommes toutes vraiment contentes et fières de nous, mais nous sommes encore sur notre petit nuage…"

Lors de la demi-finale contre l’Australie, c’est vous qui finalisez l’essai de la victoire. Quel était votre sentiment lorsque vous avez marqué ?

"C’était surréaliste ! Le temps de jeu était terminé et c’était la dernière action. Lorsque j’applatis, je sais qu’on gagne le match, mais je ne m’en rends pas vraiment compte. Battre l’Australie, championne olympique, et qualifier la France pour la finale, c’est tellement énorme ! "

C’est la première année où vous vous consacrez entièrement au rugby. Vous avez vu votre jeu évoluer ?

" Complètement ! C’est ma première année pro, j’ai commencé avec le groupe en septembre. Au début ce n’était pas facile, le projet de jeu ne correspondait absolument pas à ma façon de jouer. Il m’a fallu m’adapter, c’est passé par pas mal de discussions avec l’entraîneur et le groupe.
Mais petit à petit, le groupe s’est constitué, on a appris à se connaître sur et en dehors du terrain et nous avons gagné en fluidité. Et finalement ça a donné ça..."

Toutes les membres de l’équipe de France sont réputées avoir un fort caractère…

"Oui, ce n’est pas évident, mais c’est aussi ce qui fait notre force ! Nous avons appris à nous gérer, nous canaliser. Nous savons comment fonctionnent les autres. Mais ce n’est pas facile et parfois ça pète ! Mais nous prenons le temps de communiquer, d’échanger, de nous écouter. Parfois il a fallu supprimer des entraînements pour discuter toutes ensemble. Mais ça a été bénéfique ! D’après les anciennes, c’est ce qui a manqué par le passé."

Cette saison est plutôt bénéfique pour la famille Ciofani…

"Oui, au marteau ma sœur Juliette est championne de France junior et Audrey est championne de France espoir et vice championne élite (ndlr. Toutes les deux sont licenciées au CA Montreuil 93), et moi vice-championne du monde ! C’est plutôt pas mal !"

Et en famille, pensez-vous au Jeux olympiques ?

"Bien sûr ! Et depuis longtemps ! Lorsque nous étions plus jeunes et que je faisais encore de l’athlé, nous rêvions que nous étions toutes les trois ensemble dans le stade olympique… On se faisait des films entre sœurs ! Maintenant, nous pensons à Tokyo en 2020, ce serait super si Audrey et moi y étions, moi au rugby et elle au marteau !"

Et Paris en 2024, vous en rêvez ?

"Moi j’aurai trente ans, mais notre petite sœur Juliette pourrait nous rejoindre… Toutes les trois aux J.O., chez nous ! Wahou !"

à lire aussi
Athlétisme Montreuil

Carolle Zahi, athlète au CAM et reine du sprint en France

Lors des championnats de France d’athlétisme, les 12 et 13 septembre à Albi (Tarn), la pensionnaire du Club Athlétique de Montreuil 93 a remporté les épreuves du 100m (pour la 4e année consécutive !) et du 200m. Un doublé que la sprinteuse avait déjà réalisé en 2018 et qui l’autorise à rêver plus grand à moins d’un an des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo. Entretien.

Handisport Bondy

Joue-la comme Bondy pour le cécifoot

Mercredi 16 septembre, le Bondy Cécifoot Club a fait les présentations officielles : ce tout premier club de foot pour non et mal-voyants en Seine-Saint-Denis, qui va connaître ses premiers championnats cette année, vient combler un manque manifeste dans le département en matière de handisport. A quatre ans de Jeux paralympiques qui se dérouleront en partie en Seine-Saint-Denis, l’offre sportive s’enrichit.

Aménagement urbain JOP 2024

La Seine-Saint-Denis défend son projet olympique

Jeudi 10 septembre, plusieurs élus de Seine-Saint-Denis ont alerté sur un possible « détricotage » des installations des Jeux olympiques de 2024 pour le territoire. Alors que deux réunions importantes du Comité d’organisation des Jeux approchent, plusieurs rumeurs tenaces indiquent en effet que le département pourrait perdre plusieurs épreuves olympiques dont la natation, affaiblissant par là-même aussi le volet héritage.