Catégories
Seine Saint-Denis
In Seine-Saint-Denis

Alou Diarra, un homme multi-terrains

Après avoir tourné la page du foot comme joueur, l’ex-capitaine des Bleus entame une reconversion très active à seulement 36 ans. Où la Seine-Saint-Denis qui l’a vu grandir garde une large place. Portrait.

Du haut de ses 44 sélections en équipe de France de football, Alou Diarra aura forcément un regard affuté sur la prochaine Coupe du Monde en Russie qui démarrera le 14 juin prochain. D’abord comme supporter des Bleus, équipe avec laquelle il a disputé la finale du Mondial allemand en 2006, mais aussi la Coupe du Monde 2010 et l’Euro 2012 : « Dans une Coupe du Monde, il y a toujours des favoris historiques et légitimes comme l’Allemagne, mais je suis vraiment supporter des Bleus, annonce-t-il.

Surtout qu’avec la génération exceptionnelle de joueurs qu’il y a dans cette équipe de France, je pense qu’elle peut vraiment aller très loin dans ce Mondial, voire au bout. Il y a un potentiel énorme qui est reconnu par toutes les grandes nations du football, on a la jeunesse et l’expérience à la fois. Et ça peut faire la différence. » Alors autant la faire dès le début de la compétition face successivement à l’Australie, au Pérou et au Danemark. Parole d’ex-capitaine des Bleus entre 2010 et 2011 : « Il faut montrer nos ambitions de l’emporter très clairement et qu’on affiche donc la couleur lors du premier tour. »

Pour le reste, lorsque son cœur ne sera pas bleu, Alou Diarra dont les parents sont originaires du Mali aura « un œil sur les équipes africaines comme le Maroc, la Tunisie, le Sénégal ou le Nigeria. Comme je suis d’origine africaine, je suis vraiment avec attention l’évolution du foot dans cette partie du monde et sa progression. Les joueurs de toutes ces sélections jouent en Europe dans des clubs de haut niveau, ils peuvent créer la surprise. »

Un oeil d’expert

A l’entendre, on comprend que la passion du ballon rond ne l’a pas lâché même après avoir stoppé sa carrière de joueur à 36 ans au bout d’une dernière saison pro sous les couleurs de Nancy en 2016-2017. « J’étais capable de continuer encore une ou deux années mais il n’y a pas eu de challenge intéressant parmi toutes les propositions que j’ai eues ces derniers mois, raconte le natif de Villepinte grandi à Aulnay-Sous-Bois. J’ai donc décidé de basculer vers l’après-foot, mais je resterai dans l’expertise de ce jeu. D’abord comme consultant pour des chaînes sportives. »

A sa façon, c’est à-dire bien cadrée : « Il y a des consultants qui mélangent le show et le foot, moi je suis surtout là pour parler de mon expérience du terrain et apporter mes connaissances sur le football de haut niveau. Lesquelles sont riches de multiples expériences au fil d’une carrière commencée en Ligue 2 à Louhans-Cuiseaux en 1999 et menée aussi bien en France (Le Havre, Bastia, Lens, Lyon, Bordeaux, Marseille, Nancy) qu’en Angleterre (Liverpool, West Ham, Charlton) ou en Allemagne au sein du prestigieux Bayern Munich. Bref, l’ex-minot du CSL Aulnay « a du ballon » pour reprendre une expression du microcosme footballistique et il compte bien mettre à profit son CV de joueur long comme le bras pour garder un pied voire les deux dans le foot. « Mon futur, je ne le vois pas sans entraîner une équipe, tranche-t-il. J’ai eu la chance et le privilège d’avoir une carrière riche en expériences, en connaissances et en vécu qui m’a donné un savoir-faire. Et c’est ce savoir-faire que je souhaite transmettre aujourd’hui. »

Un souhait qu’il veut concrétiser dans les prochains mois « en toute humilité » en passant d’abord le Brevet d’Entraîneur de Football parce que « je sais que le travail d’entraîneur, c’est un autre métier que celui de joueur. Donc, je vais aborder cette nouvelle page de ma vie avec beaucoup d’envie d’apprendre. » Ensuite, il sera temps d’intégrer le staff d’une équipe professionnelle. « Pour apprendre mon futur métier, il n’y a rien de mieux que d’intégrer une équipe et d’être un relais pour l’entraîneur auprès des joueurs, poursuit l’ex-milieu de terrain. Ce que je faisais déjà naturellement lorsque j’étais joueur. Ce serait pour moi la manière idéale d’apprendre mon métier tout en faisant partager mon expérience du haut niveau et mon envie de gagner. »

Découvreur de talents avec Go In Seine-Saint-Denis

Patiemment donc, Alou Diarra se donne le temps de construire son propre profil d’entraîneur qui serait « un peu un mixte de la rigueur et du sens du détail d’un Didier Deschamps, du goût du relationnel et du sens de la tactique de l’Espagnol Rafael Benitez, de la technicité d’un Laurent Blanc. Après, il y aura bien sûr ma propre patte ! » Celle d’un homme qui a aussi le don de se démultiplier puisque depuis janvier 2012, il est revenu tout près de sa Seine-Saint-Denis natale du côté de Paris-Nord II dans la peau d’un entrepreneur avec la création de Team 5, « un ancien entrepôt transformé en complexe de sports et loisirs où les activités phares sont le foot à cinq et le cross-fit, une activité très complète pour les adeptes d’un sport très intense, détaille-t-il. Et on aura bientôt du pilates et du yoga. En fait, c’est un complexe où il est facile de passer une journée très active. »

Une casquette d’entrepreneur qu’il partage également ces dernières semaines avec celle de président du jury du concours d’émergence d’idées et de talents Go In Seine-Saint-Denis lancé par le réseau du In Seine-Saint-Denis. Une manière de se replonger dans ces racines aulnaysiennes jamais oubliées puisque ses parents n’ont pas quitté la ville, mais aussi l’envie de « démontrer que la Seine-Saint-Denis est un département avec un énorme potentiel. Quel que soit le domaine, il y a énormément de prises d’initiatives dans le 93 et si je peux par le biais de ce concours Go In Seine-Saint-Denis, participer à faire découvrir quelques-uns de ces talents, ce sera une excellente façon de continuer à agir pour un département avec lequel j’ai toujours gardé une énorme proximité. Les talents ne demandent qu’à éclore, il faut juste les pousser un peu ! »
En résumé, savoir les entraîner…

JPEG - 90.7 ko

Avec l’autorisation de l’agence Blast Influence.

à lire aussi
Piscines JOP 2024

8 piscines pour la Seine-Saint-Denis après les Jeux

C’est désormais acté : les Jeux de 2024 laisseront 8 piscines, nouvelles ou rénovées, sur notre territoire ainsi que 15 millions d’euros de plus pour le plan piscines du Département. Une bonne nouvelle pour les habitants. Florilège de réactions en marge des 24h du waterpolo, organisées les 23 et 24 juin à Saint-Denis.

Athlétisme Montreuil

Fête des pointes à Montreuil

Pour les 10 ans du meeting de Montreuil, Shubenkov, vice-champion du monde russe du 110m haies, a signé un retentissant 12’99, tandis que Genzebe Dibaba aura échoué à un souffle de son propre record du monde. Lavillenie, 2e derrière un épatant Duplantis, a fait le boulot avec 5m 86 devant un public conquis. Reportage et photos.

JOP 2024 La Courneuve

1400 élèves se prennent aux Jeux des Collèges

72 collèges et environ 1400 élèves ont participé mercredi 13 juin aux « Jeux des collèges » au parc des sports de Marville. Cette journée était organisée par l’UNSS 93 en partenariat avec le Département dans le cadre des Jeux Olympiques de 2024 et sur le thème de la mixité.

Services, aides
& démarches

24 actions pour les Jeux 2024

Un plan départemental d'accompagnement de la candidature aux jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 a été adopté en séance du Conseil départemental le 22 juin 2016. Ce plan se décline en sept grands thèmes qui regroupent 24 actions.

Accessibilité des équipements culturels

Un guide valorisant la diversité de l'offre culturelle en Seine-Saint-Denis et favorisant l'accès et la participation des personnes handicapées à la vie culturelle et sociale.