Catégories
Seine Saint-Denis
J.O.P Tokyo Trampoline Saint-Denis

Allan Morante, à la poursuite de son rêve olympique

Remplaçant à Rio, le multiple champion de France de trampoline de Saint-Denis Allan Morante concourra samedi 31 juillet aux Jeux Olympiques de Tokyo. En forme, détendu et motivé, le sociétaire de La Dionysienne trampoline est déterminé à briller.

« Prêt pour faire le meilleur programme, avec la meilleure précision, la meilleure amplitude que je n’ai jamais réalisée. » Joint par téléphone dans sa chambre au village olympique, Allan Morante est aussi détendu que déterminé.
A vingt-six ans, il est au top de sa forme. En 2016, au moment des Jeux de Rio, il était déjà champion de France en individuel et en synchronisé, avait remporté une épreuve de coupe du monde. Pourtant il n’était que remplaçant, ses 21 ans jugés trop tendres... Allan, plutôt le genre facile à vivre, avait pris cela avec philosophie. Il était jeune, son tour viendrait… Mais les années qui suivirent ne furent pas si simples… Des blessures ont freiné sa belle progression, on pouvait un moment douter qu’il puisse se qualifier pour Tokyo. Le Département le soutient et signe avec lui un contrat d’image pour l’aider être serein dans sa préparation olympique. Et au bon moment Allan revient en forme, pour qualifier la France. Mieux, lors des dernières épreuves de Coupe du monde avant de partir à Tokyo, il en gagne une et termine troisième de l’autre. De quoi être confiant et apprécier l’ambiance des Jeux.

Vivre son rêve olympique

JPEG - 60.7 ko« Certes, il n’y a pas de public, raconte Allan nous sommes entre nous, entre salle d’entrainement, navette, hôtel, sans pouvoir nous mélanger avec les autres. Il y a tous les gabarits, de la petite gym qui atteint tout juste le mètre cinquante jusqu’au 2m16 du basketteur Rudy Gobert, c’est incroyable à voir ! Cette concentration de grands champions, savoir que je dispute la même compétition que Teddy Riner, Nowak Djokovic… c’est fou ! C’est super motivant. »

Allan Morante sera le premier à s’élancer le samedi 31 juillet à 6h (heure française) lors des qualifications. Ils seront seize à les tenter être parmi les huit finalistes. La tension sera extrême : « Il faudra matcher avec le plus d’ardeur possible, chaque détail va compter. »
Les trampolinistes sont jugés électroniquement pour la hauteur et des déplacements sur la toile. L’exécution est soumise au jugement des arbitres. Parmi eux, un Sevranais, Cyril Cloud de l’Acro Tramp Sevran 93. « Cyril est venu il y a quelques mois nous juger à l’INSEP. Il nous a donné des détails à travailler sur la rectitude des jambes, les bras collés au corps… » Des détails, parfois infimes, mais qui sont la clef du sport de haut niveau. Car son programme, Allan le connaît à la perfection : « La première fois que je l’ai travaillé à l’entraînement, c’était en 2014. Petit à petit, on l’a peaufiné, ajusté… Maintenant, il est prêt ! »

Rêve d’enfant

Depuis ses débuts à huit ans, Allan Morante n’a jamais quitté son club de La Dionysienne Trampoline. Avec toujours cette envie de bien faire, d’un jour égaler les stars de la discipline. Récemment, son club a publié une vidéo de sa première compétition à 9 ans. Il apparaissait concentré, appliqué… et aussi déçu après une prestation pas à la hauteur de ses espérances… « Oui je l’ai vue aussi cette vidéo ! C’est touchant. J’ai toujours les mêmes émotions que cet enfant que j’étais. La même tension avant de monter sur le tramp’, pendant le programme les mêmes sensations, sentir son corps dans l’espace, et puis la même déception lorsque ça ne se passe pas comme on l’avait voulu ! »
« Dès mes débuts, à 8 ans, j’ai rêvé des Jeux Olympiques, de rejoindre les meilleurs. Je m’y suis accroché, toutes ces années, malgré les déceptions, les blessures. Ces rêves d’enfant, ils nous motivent, ils vivent dans le cœur de chaque sportif de haut niveau. »
Alors Allan Morante, à ton tour de faire rêver les enfants !

Le Sevranais Cyril Cloud, juge olympique de trampoline à Tokyo
JPEG - 149.8 ko

Il fait partie des onze meilleurs juges internationaux, tout simplement. Cyril Cloud, membre de l’Acro Tramp 93 de Sevran, a appris sa sélection pour Tokyo en mars 2020 : « C’est une grande satisfaction d’être retenu pour la plus grande compétition au monde ! ».
A 47 ans, c’est pour lui un accomplissement après avoir longuement étudié, bachoté, pour obtenir le diplôme de juge international. Il est pour cinq jours à Tokyo : « C’est un voyage express. On nous avait prédit de longues heures sans bouger à l’hôtel, mais entre les briefings, les déplacements pour récupérer les tenues, les vérifications de bon fonctionnement du matériel de jugement, nous sommes toujours en activité ».
D’ordinaire, neuf juges officient sur les épreuves masculines et féminines. « Mais là, tout le monde jugera, pour ne pas être venu pour rien." Samedi 31 le Sevranais officiera pour Allan Morante et le Portugais Diogo Abreu, licencié à l’Acro Tramp Sevran 93. Mais qui va-t-il favoriser ?! « Ah non ! Aucun des deux ! Cela pourrait être mes propres enfants, je ne ferais pas de distinction. J’aime trop mon sport et j’ai trop de respect pour les sportifs pour favoriser qui que ce soit ».

à lire aussi
Jeux olympiques et paralympiques JOP 2024

Les médaillés des Jeux de Tokyo au micro !

Mercredi 22 septembre, les athlètes séquano-dionysien·ne·s des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo étaient réuni·e·s au musée de l’Air et de l’Espace du Bourget, pour une cérémonie organisée par le Département en leur honneur. Ce fut l’occasion d’aller les rencontrer pour retracer leurs moments les plus marquants. Vidéo.

Jeux olympiques et paralympiques

La Seine-Saint-Denis fête ses héros de Tokyo

Mercredi 22 septembre, le Département a honoré ses participants aux Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo, dont ses 13 médaillés, au cours d’une cérémonie au Musée de l’Air et de l’Espace. Une soirée entre célébration des exploits à peine réalisés et la projection vers les Jeux de Paris 2024, dont une bonne partie se déroulera en Seine-Saint-Denis.

Bobigny

La « Coloc’ de l’Ourcq » de la FSGT pend sa crémaillère

Samedi 18 septembre, le comité 93 de la FSGT inaugurait en grande pompe- en proposant aux badauds de s’initier à une quinzaine d’activités sportives- ses nouveaux locaux en bord du canal de l’Ourcq, à Bobigny. Outre un centre administratif, la FSGT y ouvre un co-working alliant travail et sport. Pour la fédération quinquagénaire, c’est une page qui se tourne...

Cyclisme Aubervilliers

Jason Tesson prend de la bouteille chez Auber

A 23 ans, le sympathique sprinter, lancé chez les pros par St-Michel Auber 93, a déjà connu ses deux premières victoires. Issu d’une famille de cyclistes, il nous parle de sa passion, du frisson du sprint et de son rêve ultime : disputer le Tour de France et les grandes classiques.