Catégories

José Adelino Barcelo de Carvalho dit Bonga, né en 1943 dans la périphérie de Luanda la capitale de l’Angola. Cette voix abrasive, grave, unique, cet incomparable feeling, a été nourri, travaillé de Luanda à Lisbonne, et jusqu’au port de Rotterdam, avec ses marins cap verdiens, ses vagues à l’âme transatlantiques. Né de mère zaïroise, le flegmatique et néanmoins exigeant chanteur, auteur, compositeur porte en lui le son de l’Angola moderne, alliant le terreau rythmique africain avec la ballade, succès planétaire des musiques de l’espace lusophone. Dans les années 1950, l’Angolais Carlos Liceu Vieira et le groupe Ngola Ritmos avaient cherché un style urbain, sans se détourner des musiques paysannes rituelles (le semba, exporté au Brésil avec les cargaisons d’esclaves bantous) ou festives (le kazutuka, du carnaval de Luanda). Les gammes occidentales ont été introduites dans les instruments pentatoniques tels que les marimbas, qui jouent en cercles répétitifs.
Dans la banlieue de Luanda, apparaît ce mouvement africaniste. José Adelino prend le nom de Bonga Kuenda. Il rejoint la formation de son père accordéoniste, musicien de rebita et fonde Kissueia. Dans les années 60, Bonga est l’héritier des artistes et intellectuels déportés au Cap vert. Sportif et champion du Portugal du 400 mètres, il s’engage aussi dans la lutte pour l’indépendance et s’exile en Hollande en 1966, à Rotterdam. Réfugié politique, Bonga passe à la musique : l’album Angola 72 fut l’un des premiers grands succès de la “sono mondiale“, en 1972. La ballade Mona Ki Ngi Xica (1972) demeure un modèle de blues luso africain, à l’instar de Sôdade, le succès de Cesaria Evora que Bonga chanta dès 1974. La Hollande, Paris, la Belgique, Lisbonne : Bonga vit partout. Et partout, on le reconnaît à son supplément d’âme. Son dernier album « Hora Kota  » n’est pas fait pour les « doutores », ces notables à qui le peuple soumis a donné uniformément le nom de « docteur ». Il est fait pour soulager les bleus à l’âme.

- Quand : Mercredi 14 octobre à 20h30
-  : 1, place du Bicentenaire de la Révolution Française 93290 Tremblay-en-France
- Tél : 01 49 63 42 90
- www.scene-jean-roger-caussimon.com

décembre 2018
Concert

Africolor

Elles sont artistes, femmes, africaines et elles ont décidé de mener chez elles leur révolution du désir en musique. Elles prennent le pouvoir sur scène, elles volent les savoirs des instruments et redessinent la carte sociologique du continent en s’imposant sans concession. Elles s’appellent Rokia (...)

Emploi

Job dating

L’association Les entreprises pour la Cité propose un Job Dating « Les Défis de l’Emploi » à tous les demandeurs d’emploi de niveau Bac+2 à Bac +5 issus des quartiers populaires, le 12 décembre à Bobigny.

Visite

A la découverte du Grand Paris Express

Visitez la Fabrique du métro, un lieu expérimental à Saint-Ouen conçu entièrement par la Société du Grand Paris. Vous pourrez ainsi avoir un aperçu du Grand Paris Express qui desservira bientôt une partie de la Seine-Saint-Denis.

Exposition

Au-delà de la Z, Manolo Mylonas

Connu pour son intérêt pour la banlieue parisienne, le photographe Manolo Mylonas revient avec une exposition qui déconstruit le cliché du jeune de banlieue, jusqu’au 29 décembre au Bourget.