Catégories
Seine Saint-Denis
Festival Musique Sevran

Villes des Musiques du Monde- Quand la musique est bonne

Jusqu’au 12 novembre, le festival Villes des Musiques du Monde bat son plein dans de nombreuses villes de Seine-Saint-Denis. Fêtant cette année ses 20 ans, cet événement se veut plus qu’une simple manifestation, en essayant par exemple d’ouvrir la pratique instrumentale à tous. La preuve en reportage, avec ce concert de fanfares amateurs à la Micro-Folie de Sevran.

JPEG - 8.4 ko

A eux trois, ils forment presque un brass band à eux tout seuls… Les deux filles, Predy et Minguetta sont à la trompette pendant qu’Oumar, le papa, est au trombone. En ce vendredi 20 octobre, ces trois-là font partie de la quarantaine de musiciens amateurs venus jouer du jazz new orleans à la Micro-Folie de Sevran, dans le cadre du festival Villes des Musiques du Monde.
Et ça swingue drôlement. A en rendre presque jalouses les fanfares de la Nouvelle-Orléans, qui ont inspiré ce projet musical impliquant Le Cap d’Aulnay, le collège Pablo Neruda à Aulnay, plusieurs associations de quartier et donc le festival Villes des Musiques du Monde.

Le principe de ces Fabriques orchestrales amateurs (leur dénomination officielle) : voilà deux ans que des adolescents et adultes d’Aulnay, de la Courneuve ou d’ailleurs se sont vus prêter des instruments à vent, pour favoriser une découverte de la musique basée sur le plaisir et la pratique intuitive. « Un maximum de pratique, un minium de théorie, résume Bruno Wilhelm, saxophoniste professionnel et chef d’orchestre de ce brass band made in Seine-Saint-Denis. Au début, je les fais apprendre par la seule imitation. Et après, j’essaie de corser un peu les choses en leur faisant reproduire des sons à l’oreille. »

JPEG - 49.3 ko

Le moins qu’on puisse dire, c’est que ça marche. « J’adore la trompette. Deux ans que j’en fais, et j’ai déjà fait plein de progrès », dit fièrement Predy, 11 ans, qui pratique désormais une heure et demie par semaine. Ce projet musical original a aussi su séduire Oumar, son père. « C’est super que je puisse partager ça avec mes filles », témoigne ce quadragénaire. « Mais au-delà de l’aspect familial, des initiatives de ce type donnent aussi de la visibilité à notre département. Alors que le regard extérieur nous colle si facilement des préjugés, c’est important de pouvoir dire qu’il y a aussi ce genre de projets positifs en Seine-Saint-Denis. Et je vais vous dire : c’est même l’essentiel de ce territoire », renchérit ce gardien d’immeuble qui a croisé la route des Fanfares orchestrales à l’Espace du Gros Saule, un centre social d’Aulnay.

Et pourquoi la Nouvelle Orléans alors ? « Parce que je suis un fou de jazz, mais aussi pour le côté social de ces fanfares, reprend Bruno Wilhelm. Ce qui compte ici, c’est le collectif et l’entraide. Et petit à petit, les anciens élèves se muent en profs pour les nouveaux venus. »

Démonstration par l’exemple avec Yannis qui, pendant la chauffe, était justement en train de faire répéter leurs gammes aux petits nouveaux. A 13 ans, ce trompettiste a déjà tout d’un vieux routier. « J’ai découvert la fanfare dans mon collège, à Pablo-Neruda, où les ateliers ont commencé il y a deux ans. Ce qui me plaît, c’est de faire de la musique sans solfège. Et puis, très vite on apprend à se faire confiance en jouant en concert ».

JPEG - 48.2 ko

« Second Line », « Ounané », « Big Chief », les grands standards défilent. L’espace d’un instant, on se croirait sur Canal Street, durant la fête de Mardi gras. Et d’ailleurs, on n’en est pas loin puisqu’à un moment, l’orchestre s’interrompt. Surprise, sur l’écran de fond de scène apparaît le visage de Wilbert Rawlins junior, professeur de musique à la Landry Walker School de la Nouvelle Orléans. Il y a trois ans, un partenariat a été établi entre le festival VMM et ce lycée, qui partagent les mêmes valeurs : ouverture au monde, universalité de la musique et mise en avant de projets interculturels. Pour la troisième année de suite, Wilbert Rawlins junior – dont le père percussionniste a joué avec Stevie Wonder – viendra ainsi en novembre avec une classe pour jouer en compagnie de la fanfare française, avant que les Séquano-dionysiens ne partent à leur tour à la conquête de l’Amérique, en avril 2018.

JPEG - 42.2 ko

« J’ai hâte d’y être, jubilent Khadija et son trombone. Je ne connaissais pas du tout la culture de la Nouvelle Orléans, et j’ai commencé à m’y intéresser grâce à cet atelier. Je vais voir de temps en temps les brass band mythiques dont nous parle notre encadrant Bruno : Rebirth Brass band, Hot 8 Brass band… C’est incroyable de penser qu’on va y aller ! »
D’ici avril, certains vont donc intensivement réviser leur anglais. « On va essayer, même si c’est pas mon point fort », dit Yannis en souriant timidement. Et en cas de panne, il restera toujours la musique pour communiquer !

Je signe

Photos : @Sylvain Hitau

Retrouvez aussi l’interview croisée d’André Falcucci, fondateur du festival, et Kamel Dafri, son actuel directeur, à l’occasion des 20 ans de Villes des Musiques du Monde.
à lire aussi
In Seine-Saint-Denis Saint-Ouen

Anne Nguyen, une chorégraphe classe break

Passée par les arts martiaux avant de venir au break, cette chorégraphe s’attache dans son travail à révéler une facette plus artistique du hip-hop. Son spectacle "Kata", pour 8 breakeurs, a lieu du 16 au 19 janvier à l’Espace 1789 de Saint-Ouen où elle est en résidence de création. PORTRAIT.

Livres Pantin

Faïza Guène, black, blanc, blues

Pantinoise pur jus, cette romancière n’a pas perdu la verve qui caractérisait ses premiers écrits. Dans Millenium Blues, son nouveau roman, la jeune femme de 32 ans dresse le PORTRAIT d’une génération inquiète et tiraillée. Mais pas dénuée d’humour.

In Seine-Saint-Denis

Claire Diao, passeuse de cinéma

A seulement 32 ans, cette jeune Franco-burkinabè a déjà plusieurs casquettes : critique ciné, distributrice de films. Elle est également ambassadrice du In Seine-Saint-Denis, un territoire où la jeune femme s’est établie en 2013. PORTRAIT.

Danse Gournay-sur-Marne

A Gournay, la danse, c’est tout pour elles

Lundi 11 décembre, l’humoriste et réalisatrice belge Nawell Madani a rendu visite aux danseuses de l’Académie de Gournay dont plusieurs apparaissent dans son premier long-métrage « C’est tout pour moi », actuellement en salles. Un moment émouvant pour ces jeunes filles dont beaucoup se rêvent en danseuses professionnelles. REPORTAGE.

Services, aides
& démarches

24 actions pour les Jeux 2024

Un plan départemental d'accompagnement de la candidature aux jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 a été adopté en séance du Conseil départemental le 22 juin 2016. Ce plan se décline en sept grands thèmes qui regroupent 24 actions.

Accessibilité des équipements culturels

Un guide valorisant la diversité de l'offre culturelle en Seine-Saint-Denis et favorisant l'accès et la participation des personnes handicapées à la vie culturelle et sociale.