Catégories
Seine Saint-Denis
Transition écologique

« Une naissance, un arbre », moteur de la transition écologique

Dans le cadre de son Plan Canopée, qui vise à mettre l’arbre au cœur du paysage urbain, le Département a lancé l’opération « une naissance, un arbre », qui propose aux parents de planter un arbre pour la naissance de leur enfant. Un acte symbolique et écologique auquel Soufiane et sa petite famille, habitants de Tremblay-en-France, ont décidé de participer.

C’est par hasard, sur un mur d’un centre social de Clichy-sous-Bois, où il a grandi, que Soufiane Ramdani a pris connaissance du dispositif départemental « Une naissance, un arbre ». « J’accompagnais mon père quand je suis tombé sur une affiche qui vantait les mérites de ce projet, confie le jeune homme, aujourd’hui installé à Tremblay-en-France et papa de Sara, une petite fille de 10 mois. Un projet qui l’a tout de suite emballé et auquel il pouvait, de fait, parfaitement prétendre : mise en place en juin dernier dans le cadre du « Plan Canopée », qui prévoit, entre autres, la plantation de 30 000 nouveaux arbres sur les dix prochaines années, l’opération propose aux parents de planter un arbre pour la naissance de leur enfant afin d’accompagner cet événement d’un acte symbolique et écologique. Une démarche qui a aussi pour but de favoriser l’émergence de nouveaux projets en accompagnant et en encourageant les initiatives locales et citoyennes qui ont trait aux arbres, au végétal ou à la biodiversité.

« Les arbres millénaires nous ont adoptés »

Après s’être inscrit sur le site ssd.fr/unenaissanceunarbre, le Tremblaysien a été invité à récupérer début octobre un petit néflier au parc du Sausset, à Sevran. Un arbuste qu’il a aussitôt planté avec l’aide de sa femme et de sa fille dans son jardin. « Dans ma famille, nous sommes très sensibles aux questions environnementales et nous sommes aussi fascinés par la nature qui évoque à la fois puissance et discrétion, détaille Soufiane. Quand un arbre grandit, il le fait sans bruit mais pour autant, il sait s’imposer. C’est donc avec joie et fierté que nous accueillons l’arrivée du Plan Canopée qui va permettre de sensibiliser les habitants de la Seine-Saint-Denis sur l’importance de préserver l’héritage de notre patrimoine arboricole et mieux, de le développer. Il faut que nos enfants puissent dès leur plus jeune âge avoir une conscience écologique et apprendre à faire preuve d’humilité vis-à-vis des arbres – surtout quand on sait que certains peuvent vivre plusieurs milliers d’années. Dans son titre Canopée, [le duo français d’électro-pop] Polo & Pan dit d’ailleurs très justement ‘’les arbres millénaires nous ont adoptés’’ ».

« Faire du Département un exemple en matière d’environnement »

Toujours dans le cadre du Plan Canopée, le Département va proposer chaque année « un concours des projets de plantation d’arbres en Seine-Saint-Denis » à l’issue duquel les idées les plus intéressantes seront soutenues financièrement. « Je vais y participer car je souhaite m’inscrire dans tous les dispositifs ambitieux qui mettent l’arbre à l’honneur, déclare un Soufiane enthousiaste. La Seine-Saint-Denis doit à tout prix évoluer sur le plan environnemental. Demain, j’ai envie d’entendre que mon département est devenu un exemple en la matière. J’ai grandi dans une barre d’immeuble situé dans un quartier difficile de Clichy-sous-Bois. De la fenêtre de ma chambre, j’avais en revanche une vue imprenable sur le Bois de Bondy où j’allais régulièrement avec ma famille. Heureusement qu’il y a tous ces espaces verts dans le département. Mais il faut faire plus pour améliorer la vie des habitants. » Et rendre ses lettres de noblesse à l’arbre, amené à devenir « un élément majeur de l’identité de notre territoire », promet le président du conseil départemental Stéphane Troussel.

Grégoire Remund

à lire aussi

Les gares de Seine-Saint-Denis : lieu crucial dans la ville

Les gares ont toujours été un lieu de vie crucial depuis l’avènement du chemin de fer au 19e siècle. Point de déplacement et de ralliement, elles ont contribué à l’extension et au dynamisme des villes qu’elles desservent puis à l’émergence de nouveaux quartiers. Pour le cas du Bourget, sa gare régulatrice joua même un rôle-clé à l’arrière du front pendant La Grande Guerre.

Aménagement urbain In Seine-Saint-Denis Bagnolet

A Bagnolet, les artistes ont leur bureau en haut de « La Tour »

Depuis janvier, le collectif Souk Machines, membre du IN Seine-Saint-Denis, loue des bureaux à de jeunes créatifs indépendants- photographes, graphistes, scénaristes, écrivains etc- sur cinq étages d’une des tours jumelles des Mercuriales à Bagnolet. Cet « urbanisme de transition » emporte un franc succès, car il répond à une forte demande de bureaux à des prix accessibles et à une aspiration à des lieux de travail collectifs qui s’intensifie avec les diverses mesures de confinement. Reportage et vidéo !

Aménagement urbain Mobilité

Le tram T1 trace sa route

Mercredi 24 février, le président Stéphane Troussel a visité à Romainville le chantier du prolongement du T1 vers Val-de-Fontenay via Montreuil. Entre franchissement de l’A86, démolition de l’A3, nivelage, réutilisation des matériaux et prise en compte des riverains, un chantier complexe mais qui à la fin, changera la vie quotidienne de milliers d’habitant.e.s. Reportage en vidéo.

Transition écologique

Maïwenn Mollet : elle transforme les couches pour bébé en compost !

Qui a déjà croisé un bébé dans sa vie confirmera que les couches jetables peuvent représenter jusqu’à ⅓ de la poubelle d’un foyer. Or une couche met 400 à 450 ans pour se dégrader naturellement en décharge et finit la plupart du temps incinérée. Pourtant, une couche usagée c’est 75% de matières organiques qui ne demandent qu’à « revenir à la terre » pour fertiliser les sols de façon naturelle. Rencontre et vidéo avec Maïwenn Mollet, porteuse d’une solution grâce au projet Les Couches fertiles.