Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
Piscines

Un centre aquatique olympique axé sur l’héritage

Mardi 9 juin, la Métropole du Grand Paris a organisé une visite du chantier de la future piscine olympique de Saint-Denis. Situé juste en face du Stade de France, cet équipement accueillera plusieurs épreuves pendant les Jeux de Paris 2024. Mais sa présence est surtout fondamentale pour l’après-Jeux, dans un territoire où un enfant sur deux ne sait pas nager à son entrée en 6e. Reportage.

« Imaginez : vous avez devant vous un bassin non pas de 50 m, mais de 70 m, dont la particularité est qu’il est séparable grâce à des murs amovibles » Christian Mourougane, directeur de l’aménagement à la Métropole du Grand Paris, fait le tour du propriétaire de la ZAC de la Plaine Saulnier avec un cortège de médias et d’élus masqués à ses trousses. Difficile de se plonger en avril 2024, date de livraison du futur équipement, en prévision des Jeux qui s’y dérouleront quelques mois plus tard : pour le moment, cette surface de 12 hectares ne propose qu’entrepôts et halles en brique. Au détour d’une route, on croise pelleteuses et engins de démolition qui démembrent un hangar : lancé le 3 mars dernier, « perturbé quelques semaines mais pas retardé par le Covid », le chantier n’en est pour l’instant qu’à sa phase de déconstruction et de dépollution, la phase d’édification devant elle intervenir à partir d’août 2021.

JPEG - 87.6 ko

C’est pourtant ici, juste en face du Stade de France auquel il sera relié par une passerelle piétonne enjambant l’autoroute A1, que se dressera le Centre aquatique olympique. Pendant les Jeux, ce bâtiment aux courbes élégantes telles qu’on l’aperçoit sur les visuels accueillera les épreuves de water-polo, plongeon et natation synchronisée et la boccia pendant les Jeux paralympiques. La natation, pièce de choix du concert olympique, et les finales de water-polo se dérouleront quant à elles dans un bassin attenant démontable et remonté après les Jeux dans une ville de Seine-Saint-Denis qui reste encore à déterminer.

5,50 euros après les Jeux

Mais dans leur présentation du projet finalement attribué le 15 mai dernier au constructeur Bouygues au cours d’un Conseil métropolitain réuni en urgence en pleine crise Covid, c’est davantage l’après-Jeux que pointaient les responsables et élus. « Deux critères nous ont guidés pour la réalisation de cet ouvrage : l’exception environnementale et la dimension d’héritage », insistait Patrick Ollier, président de la Métropole du Grand Paris, maître d’ouvrage du projet. « Nous souhaitions un ouvrage qui serve non seulement le mouvement sportif mais aussi le territoire. Cet équipement sera donc un héritage pour la population, de même que 9 autres bassins qui resteront sur le territoire après les Jeux », ajoutait Tony Estanguet, le président du Comité d’organisation (COJO).

JPEG - 89.3 ko

Le CAO – l’un des seuls équipements sportifs construits dans le cadre des Jeux - possèdera en effet plusieurs espaces, adaptés à une utilisation sportive mais aussi de loisirs : au bassin de 70m déjà évoqué, s’ajoutent un bassin d’apprentissage de 25m ainsi qu’un espace aqua-ludique pour les familles et une zone multi-sports où l’on pourra pratiquer l’escalade, le foot 5 ou encore le basket 3x3. Coût total de l’opération : 174,7 millions d’euros répartis essentiellement entre la Métropole du Grand Paris et la Solideo, l’établissement public de livraison des ouvrages olympiques.

JPEG - 106.9 ko

Cette dimension post-Jeux intégrée dès la conception du bâtiment devrait aussi se refléter dans les tarifs d’entrée annoncés après les Jeux : 4,80 euros pour le bassin olympique, 5,50 euros pour les espaces aqua-ludiques. Des considérations logiques pour le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel, qui en demandait toutefois plus : « L’accessibilité pour les habitants doit évidemment être primordiale et nous aurons aussi des créneaux pour les scolaires. Mais il faut aussi qu’on obtienne de l’Etat la confirmation que le Plan Piscines départemental de 40 millions d’euros sera bien accompagné. L’ensemble du territoire de la Seine-Saint-Denis doit à terme être maillé d’équipements aquatiques pour qu’en 2024 on n’ait plus à faire face à cette statistique : un enfant sur deux ne sait pas nager à son entrée en 6e... »

Dimension d’insertion

Egalement questionné sur l’opportunité d’engager des grands travaux à l’heure des répercussions économiques de la crise du Covid, l’élu de Seine-Saint-Denis défendait au contraire une politique d’investissement public, à l’égal d’Anne Hidalgo, la maire de Paris également présente. « Il faut faire des Jeux un élément du rebond économique et social. Donc il faut avoir le pied sur l’accélérateur de la commande publique et que rien ne soit remis en cause dans les grands projets de développement du territoire, comme les JO ou le Grand Paris Express. La France doit accélérer sa transition écologique, créer de l’emploi et avec ces grands projets on est au cœur du sujet », estimait-il.
Sur ce chapitre, le chantier du centre aquatique olympique se voulait lui aussi modèle : respectant évidemment les clauses d’insertion professionnelle, il vient d’engager de jeunes ouvriers sur le chantier (voir encadré). De la même manière, une dimension d’insertion est aussi prévue dans le fonctionnement ultérieur de la piscine, qui embauchera des personnes éloignées de l’emploi, sur le modèle de la piscine olympique héritée des Jeux de Londres.

Christophe Lehousse
Photos : ©Nicolas Moulard
et photos architectes : ©VenhoevenCS & Atelier 2/3/4 Image Proloog

Un chantier volontariste en matière d’insertion professionnelle

10 % des heures travaillées doivent bénéficier à l’insertion professionnelle – autrement dit à des personnes durablement éloignées de l’emploi : ce sont les clauses contenues dans la « charte olympique en faveur de l’emploi et du développement territorial » pour tous les marchés publics liés aux Jeux. Le chantier du futur Centre aquatique olympique ne déroge évidemment pas à la norme : dans un effectif d’environ 50 ouvriers, deux jeunes hommes viennent ainsi d’être embauchés par Cardem, une des entreprises de démolition présentes, tandis que AD Conseil, maître d’oeuvre, a également embauché une autre personne en contrat d’insertion. « Nous avons embauché Drissa pour nous aider sur toutes les phases d’étude et de quantification des déchets », expliquait Fabrice Emeriau, gérant d’AD Conseil, société spécialisée dans la déconstruction écologique et le désamiantage de sites. Adressé par une société d’intérim, Drissa Diallo en est ainsi déjà à son deuxième contrat avec AD Conseil. « J’ai eu la chance de tomber sur eux, ça m’a ouvert toutes les portes », témoignait ainsi cet habitant de Noisy-le-Grand, pas mécontent non plus de contribuer en personne à la transformation de son département.

à lire aussi
Judo

Après le Covid, l’Etoile du Blanc-Mesnil veut à nouveau briller

Astride, Cyrille, Guillaume, Madeleine, Margaux et Romane, judokas de l’Etoile Sportive du Blanc-Mesnil, savourent actuellement aux Ménuires, dans les montagnes savoyardes, un stage d’oxygénation, première étape de leur déconfinement. A peine serrée la ceinture de leur kimono, ils avouent une vraie soif de combats et une irrépressible faim de compétitions. Leur prochain rendez-vous international pourrait être, en novembre, les championnats d’Europe à Prague, initialement prévus en mai…

Course solidaire Jeux olympiques et paralympiques

Journée olympique : l’hommage du sport de Seine-Saint-Denis aux soignant·e·s

Mardi 23 juin, la traditionnelle journée olympique s’est reconvertie en marathon de la solidarité en hommage aux soignant·e·s. Six groupes de coureurs et coureuses sont à cette occasion parti·e·s de l’Insep à Vincennes vers différents hôpitaux de la région parisienne. Nous avons suivi celui de l’UNSS 93, constitué de lycéens et lycéennes de Bondy et d’enseignant·e·s, parti·e·s en petite foulée dire merci à des hôpitaux de Seine-Saint-Denis.

Continuité pédagogique Karaté Pierrefitte-sur-Seine

Lamya Matoub : « Les enfants comprennent très bien l’angoisse que crée la crise sanitaire… »

À 28 ans, la karatéka pierrefittoise s’est forgée un sublime palmarès avec sept victoires en Coupe de France, la médaille d’or puis de bronze aux Jeux africains et la première marche du podium aux Jeux mondiaux en 2017… L’athlète qui porte les couleurs de l’Algérie prépare désormais les JO de Tokyo, reportés d’un an. Institutrice à Sarcelles, cette battante gère aussi la continuité pédagogique de ses élèves de maternelle.

Coronavirus Judo Le Blanc-Mesnil

Madeleine Malonga : « Seul sauver des vies doit l’emporter… »

Récemment, la championne du monde de judo en titre (-78 kg) a lancé un appel aux dons pour les Hôpitaux de Paris. Tous les jours, « la boule au ventre », elle stresse de voir ses parents et sa sœur, soignant·e·.s, au chevet des malades du Covid. Elève-infirmière, la combattante de l’Etoile Sportive de Blanc Mesnil (26 ans) avoue « se sentir inutile », comme elle l’a aussi ressenti à l’annonce du report des Jeux de Tokyo…