Catégories
Seine Saint-Denis
Numérique Économie & Emploi Le Pré-Saint-Gervais Bagnolet

Un bon coup de pouce digital pour les commerçants et artisans

Pour les commerçant·e·s et artisan·e·s qui veulent développer leur activité grâce au numérique, une aide d’un montant de 1500 € est mise en place par le Conseil Départemental. Un soutien digital qui n’a rien de superflu du côté du salon de coiffure Arian’Hair au Pré-Saint-Gervais, en quête d’un "relooking" de ses habitudes...

Au Pré-Saint-Gervais, dans le salon Arian’Hair, les coups de ciseaux et de peigne se font plus rares depuis le début de la crise sanitaire. Alors, sur l’agenda papier du salon repris en 2014 par Ariane Raine, les rendez-vous se concentrent sur des plages-horaires resserrées en ce début avril, conséquence des confinements-déconfinements successifs et autres couvre-feux : « Ma clientèle est fidèle, confie la "patronne" trentenaire, mais beaucoup espacent leurs retours chez le coiffeur, parce qu’ils sont en télétravail la majeure partie du temps et qu’ils ne sortent plus vraiment. Du coup, leur apparence compte moins. Et puis, dans ma clientèle, il y a aussi un grand nombre d’intermittents du spectacle qui n’ont plus de travail ou plus de spectacles à jouer, donc moins de budget pour se faire coiffer... ».

Une trésorerie tendue...

Conséquence directe, le salon du centre-ville du Pré s’est résolu à mettre en chômage partiel ses deux salariés : « L’un des deux qui est à temps partiel ne vient plus que le samedi, l’autre qui est à temps plein travaille seulement 2 ou 3 jours par semaine en fonction de l’affluence, détaille Ariane Raine. Heureusement qu’il y a le chômage partiel pour éviter les licenciements. On s’accroche, mais le chiffre d’affaires du salon a diminué de près de 30 % et ma trésorerie a déjà été bien entamée par notre fermeture du printemps 2020. Du coup, on cherche des solutions pour attirer de nouveaux clients en communiquant davantage sur les réseaux sociaux. »
Voilà pourquoi, le salon Arian’Hair a été parmi les premiers à se positionner pour bénéficier du dispositif de soutien à la numérisation des petits commerces et artisans de la Seine-Saint-Denis -lire aussi notre encadré- afin de recevoir une aide financière de 1 500 euros pour s’équiper en matériel informatique. Une bonne nouvelle annoncée par Stéphane Troussel, le président du Conseil Départemental accompagné par Danielle Dubrac, la présidente de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) du 93 et Murielle Bourreau qui préside la Chambre des Métiers et de l’Artisanat. « L’idée, commente Stéphane Troussel, c’est d’accompagner les artisans et commerçants de Seine-Saint-Denis qui souffrent dans le contexte actuel de la crise et de les aider à s’en sortir en les accompagnant pour qu’ils puissent mettre en place des solutions numériques pour mieux se faire connaître, par exemple. Une intervention départementale nécessaire qui s’inscrit aussi dans le prolongement du plan de Rebond écologique et solidaire du Conseil départemental destiné à lutter contre les conséquences sociales de la pandémie. »

Deux salariés maximum

JPEG - 35.4 ko

Ouverte jusqu’au 31 décembre 2021 aux petits commerçants et artisans employant un maximum de deux salariés, cette aide sera pour Arian’Hair un « bon moyen d’enclencher la digitalisation de mon activité », prolonge la trentenaire Ariane Raine qui se résout donc à franchir le pas du numérique malgré son attachement indéfectible à ses carnets de rendez-vous papier : « Malgré tout, je pense que je continuerai encore à noter mes rendez-vous à la main, sourit-elle derrière son masque. Mais, aujourd’hui, c’est clair que j’ai besoin de davantage communiquer en mode numérique. L’aide reçue va donc me permettre d’acheter un téléphone et un ordinateur pour faire de meilleures photos de nos coupes et les mettre en ligne pour mieux partager notre savoir-faire. Parce qu’aujourd’hui, il faut qu’on existe aussi sur le net même si on reste un salon de quartier et que nos habitués aiment toujours pousser notre porte pour prendre leurs rendez-vous. Enfin, je crois qu’on peut allier les deux, le numérique et le contact en direct, dans le monde réel ! »
Pour cela, Arian’Hair compte aussi, pourquoi pas, bénéficier de l’expertise de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat (CMA) de Seine-Saint-Denis pour se lancer dans des formations aux techniques de communication numériques. « On ne se contente pas de distribuer une aide financière, précise Murielle Bourreau, esthéticienne à Bagnolet, élue à la tête de la CMA 93 en 2019. On est là aussi pour aider globalement celles et ceux qui nous sollicitent à réaliser un diagnostic complet de leur activité, les soutenir pour développer leur chiffre d’affaires. Même si, c’est vrai, cette crise montre le retard important dont peuvent souffrir les petites structures pour assurer leur rayonnement numérique. L’avantage de notre aide, c’est aussi qu’elle est cumulable avec les aides de la Région Ile-de-France et de l’Etat. »

Une dose de système D made In Seine-Saint-Denis

En ce début du mois d’avril en mode confinement et à peine lancé, le dispositif départemental a déjà reçu « les candidatures de 35 entreprises, précise Danielle Dubrac, la présidente de la CCI. Cela prouve que nos commerçants et artisans ont besoin de développer une visibilité sur le web. Le salon Arian’Hair va, par exemple, pouvoir exposer la qualité de son savoir-faire, se faire connaître davantage en Seine-Saint-Denis et pourquoi pas au-delà. Un commerce de vêtements, lui, aura davantage besoin d’exposer son stock pour le vendre en click and collect... Et puis, à côté de cela, on oriente les commerces qui nous sollicitent vers d’autres dispositifs de soutien existants qui peuvent les aider à mieux traverser cette crise. »
Avec enfin, du côté du Pré-Saint-Gervais, un tout aussi indispensable recours au système D et à la solidarité made In Seine-Saint-Denis : « Entre commerçants, on s’aide aussi. Certains comme le restaurant Le Préau ou le nouveau fromager sont beaucoup plus doués que moi en informatique, donc ils vont me soutenir », conclut Ariane Raine. Alors oui, je deviens plus numérique, mais je n’abandonne pas l’atout de la proximité ! »

Une aide en direction des « petites » structures

Mis en œuvre par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Seine-Saint-Denis en partenariat avec la Chambre de Métiers et d’Artisanat Ile-de-France Seine-Saint-Denis, le dispositif d’aide à la numérisation est abondé à hauteur de 200 000 euros par le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis. Afin de s’adresser aux structures les plus éloignées du numérique, les bénéficiaires sont les petits commerçants et artisans employant un maximum de deux salariés. Condition sine qua non : être inscrit·e au registre du commerce et des sociétés et/ou au registre des métiers. L’aide est plafonnée à 1 500 euros pour des dépenses d’équipement ou de fonctionnement exclusivement liées à l’activité professionnelle.
Deux contacts utiles pour en savoir plus :
- CCI Seine-Saint-Denis : 07 62 04 23 27 ou commerce93@cci-paris-idf.fr
- CMA Île-de-France - Seine-Saint-Denis : 01 41 60 75 04 ou lynda.youcef@cma-idf.fr

Photos : ©Patricia Lecomte

à lire aussi
IN Seine-Saint-Denis

Appel à Agir In Seine-Saint-Denis 2021, c’est parti !

Le Département renforce son soutien auprès des porteur.se.s de projets toujours engagé.e.s pour réinventer des modes de vie et transformer le territoire. Cette troisième édition s’inscrit dans le cadre du 2ème plan de rebond voté par le Département ce 4 mars et complète d’autres mesures d’accompagnement pour soutenir habitant.e.s, actrices et acteurs locaux dans ce contexte particulier. Dépôt des dossiers : jusqu’au 5 mai 2021 !

Seine-Saint-Denis Portrait

Nathalie Daoud, le clic de l’emploi

Assistante sociale dans une première vie, la Bondynoise Nathalie Daoud a toujours voulu aider les publics fragiles. En 2017, elle co-crée le réseau de bornes d’emploi HucLink qui permet en quelques clics de rapprocher des demandeur·euse·s d’emploi peu qualifié·e·s des entreprises. Portrait d’une entrepreneure humaniste et débordante d’énergie.

Entreprendre Romainville IN Seine-Saint-Denis

A Romainville, la brasserie MIR prête pour un nouveau départ

Après avoir failli fermer boutique faute de local approprié, Jérôme Crépieux, fondateur de la micro-brasserie MIR, à Romainville, a trouvé un nouveau point de chute. Un nouvel espace qui, en plus de produire de la bière, est destiné à devenir un lieu de vie et d’échanges autour de la consommation responsable et d’événements culturels.

Economie sociale et solidaire Pantin

A la Cité fertile de Pantin, on forme les futurs créateurs de tiers-lieux

Sinny & Ooko, l’entreprise qui a donné naissance à la Cité fertile à Pantin, propose depuis septembre dernier une formation et un accompagnement sur six mois à des personnes qui souhaitent créer des tiers-lieux, ces espaces de sociabilité mis en œuvre par un collectif au service d’un territoire. La première promotion d’incubés a terminé son cursus le 15 février.