Catégories
Seine Saint-Denis
Seine-Saint-Denis Insertion

Quand les collèges offrent un tremplin pour l’emploi...

Face à la crise de la Covid, le Département renforce ses équipes d’entretien pour appliquer les mesures du protocole sanitaire dans les collèges. 130 Séquano-Dionysien·ne·s en insertion ont été recruté·e·s en tant qu’ATTEE* et devraient ensuite être embauché·e·s sur le long terme.

Nawal, Marceline, Mariana et Abdelaziz sont très fiers d’avoir obtenu début octobre la certification en hygiène alimentaire HACCP grâce à l’association aulnaysienne Maisons Jardins Services. Ces quatre nouvelles recrues, qui ont quelques trous dans leur CV, effectuent maintenant des remplacements de cinq heures par jour dans des collèges d’Aulnay-sous-Bois, de Drancy ou du Blanc-Mesnil.

Une seconde chance pour les personnes éloignées de l’emploi

Marceline, qui a une petite expérience de ménage dans l’hôtellerie est soulagée de ne plus subir les effets du ralentissement économique dû à la Covid. « Depuis un mois et demi, je m’occupe de la désinfection des locaux, de la plonge à la cantine et de la buanderie sur plusieurs établissements » confie-t-elle. « L’ambiance est bonne avec les autres ATTEE et j’espère pouvoir bientôt bénéficier d’un CDD à temps complet si possible à Aulnay ».
Face à la situation exceptionnelle de l’année 2020, le Département a plus que doublé son budget consacré au recrutement des personnes précaires dans les équipes de maintenance des collèges. La Direction départementale de l’Enfance et de la Jeunesse compte habituellement 35 salarié·e·s issu·e·s de Structures d’insertion par l’activité économique (SIAE) parmi les ATTEE. Elle a embauché en 2020 une centaine d’agent·e·s supplémentaires suivi·e·s par les SIAE, triplant ainsi ses recrues en parcours d’insertion.
Ces renforts viennent aussi compenser la mise en autorisation spéciale d’absence de certain·e·s agent·e·s techniques particulièrement à risque au travail (souffrant de problèmes respiratoires, de troubles cardio-vasculaires, du diabète...).

Des agent·e·s accompagné·e·s à chaque étape du parcours

« Nos salariés en insertion passent en général de remplacements en Contrat à Durée déterminée d’Usage (NDLR : l’équivalent d’un contrat aidé) à un CDD plus classique dans un collège avant d’obtenir un CDI ou une titularisation définitive » explique Cumhur Guneslik, directeur de l’association intermédiaire clichoise Énergie. « Un référent en lien avec le gestionnaire de l’établissement suit régulièrement les personnes jusqu’à ce qu’elles soient stabilisées et volent de leurs propres ailes ».
La déprécarisation des salarié·e·s peut être rapide à l’instar de Kheira, une dionysienne passée grâce à la structure Services Perso d’une première mise à disposition en 2018 à un poste perenne prochainement sur un site de Saint-Ouen. « 80% de nos salariés en insertion qui s’engagent dans un parcours ATTEE sont finalement titularisés » se réjouit Nathalie Quenard, chargée d’insertion de l’association montreuilloise La Do Mi Fa. « Tous nos volontaires en interne dont certains allocataires du RSA sont maintenant actifs dans les collèges, ce qui est pour eux un super tremplin vers un emploi durable ».

Le Département subventionne aussi fortement les structures d’insertion par l’activité économique du territoire, à hauteur cette année de 1,7 million d’euros. Soucieux de remettre au travail les publics fragilisés, il intègre des clauses sociales dans sa commande publique (pour la construction notamment ...) et recourt à des marchés réservés. Une façon d’inciter les entreprises à investir dans les compétences des habitant·e·s de la Seine-Saint-Denis pour mener à bien leurs activités...

*Les adjoint·e·s techniques territoriaux·ale·s d’établissement d’éducation (ATTEE) effectuent les travaux techniques dans les collèges : accueil, maintenance, restauration, gestion des espaces verts…

JPEG - 207.3 ko

Crédit-photo : Franck Rondot et Nicolas Moulard

à lire aussi
Numérique Économie & Emploi Le Pré-Saint-Gervais

Un bon coup de pouce digital pour les commerçants et artisans

Pour les commerçant·e·s et artisan·e·s qui veulent développer leur activité grâce au numérique, une aide d’un montant de 1500 € est mise en place par le Conseil Départemental. Un soutien digital qui n’a rien de superflu du côté du salon de coiffure Arian’Hair au Pré-Saint-Gervais, en quête d’un "relooking" de ses habitudes...

IN Seine-Saint-Denis

Appel à Agir In Seine-Saint-Denis 2021, c’est parti !

Le Département renforce son soutien auprès des porteur.se.s de projets toujours engagé.e.s pour réinventer des modes de vie et transformer le territoire. Cette troisième édition s’inscrit dans le cadre du 2ème plan de rebond voté par le Département ce 4 mars et complète d’autres mesures d’accompagnement pour soutenir habitant.e.s, actrices et acteurs locaux dans ce contexte particulier. Dépôt des dossiers : jusqu’au 5 mai 2021 !

Seine-Saint-Denis Portrait

Nathalie Daoud, le clic de l’emploi

Assistante sociale dans une première vie, la Bondynoise Nathalie Daoud a toujours voulu aider les publics fragiles. En 2017, elle co-crée le réseau de bornes d’emploi HucLink qui permet en quelques clics de rapprocher des demandeur·euse·s d’emploi peu qualifié·e·s des entreprises. Portrait d’une entrepreneure humaniste et débordante d’énergie.

Entreprendre Romainville IN Seine-Saint-Denis

A Romainville, la brasserie MIR prête pour un nouveau départ

Après avoir failli fermer boutique faute de local approprié, Jérôme Crépieux, fondateur de la micro-brasserie MIR, à Romainville, a trouvé un nouveau point de chute. Un nouvel espace qui, en plus de produire de la bière, est destiné à devenir un lieu de vie et d’échanges autour de la consommation responsable et d’événements culturels.