Catégories
Seine Saint-Denis
Waterpolo JOP 2024 La Courneuve

Paris 2024 : la construction de la future piscine de Marville se précise

Une centaine de Séquano-Dionysien·ne·s, dont une cinquantaine de jeunes joueur·euse·s de water-polo, ont assisté le 14 décembre à la présentation du projet de la future piscine, au Parc départemental des sports de Marville à la Courneuve.

A Marville, on a déjà sauté dans le grand bain des Jeux de Paris 2024 ! Dans 5 ans, une nouvelle piscine, distante d’une centaine de mètres du bassin historique, s’apprête à connaître le grand frisson des Jeux. Financée par la Ville de Paris et le Département, maître d’ouvrage du projet, le futur équipement sera dédié aux entraînements de water-polo lors de cet événement planétaire. Elle accueillera ensuite tout type de publics, pour un héritage réussi (pratique sportive, ludique, estivale, sport-santé, initiation à la natation, compétitions…).

Un équipement opérationnel début 2024

Composée de plusieurs bassins et modulable, sa structure sera conçue avec les exigences de l’accessibilité universelle. Pensée dans le cahier des charges comme un équipement à faible consommation énergétique, elle intégrera des objectifs environnementaux (gestion des eaux moins nocive…).
Le centre aquatique actuel restera lui ouvert au public jusqu’à l’inauguration du futur site au Parc départemental des sports de Marville début 2024.
« Avec les Jeux Olympiques de 2024, huit nouvelles piscines (dont six bassins olympiques) seront laissées en héritage sur le territoire » se réjouit le président du Conseil départemental Stéphane Troussel. « Ces nouveaux équipements devraient réduire les inégalités d’accès à la pratique sportive et permettre à davantage d’enfants d’acquérir les bases du savoir-nager ».

Le Département, également représenté par le conseiller délégué au sport et aux grands événements Mathieu Hanotin, a de son côté investi 40 millions d’euros dans le cadre du Plan piscine pour construire et rénover des centres nautiques en Seine-Saint-Denis, somme à laquelle s’ajoutent 15 millions d’euros supplémentaires liés aux Jeux.

Une aubaine exceptionnelle pour les clubs sportifs

Ces nouvelles piscines viendront compenser les carences dont souffre la Seine-Saint-Denis en terme d’infrastructures de loisirs. Elles permettront également aux associations sportives d’améliorer les conditions d’entraînement des adhérent·e·s.
« Ça va nous changer la vie » s’enthousiasme Hervé Borie, président de Saint-Denis Union Sport. « Dans les prochaines années, nos adhérents auront des espaces de bassin et des créneaux plus larges pour s’entraîner, avec un temps réduit pour les transports ».
En 2024, Nancy, une jeune poloïste du Cercle 93 - équipe féminine commune aux clubs de Saint-Denis Union Sports, Livry-Gargan et du Cercle des Nageurs noiséens – s’entraînera non plus à Saint-Denis mais dans le bassin du Parc départemental des sports de Marville, plus proche de chez elle. Elle intègrera peut-être à sa majorité l’équipe féminine senior qui sera lancée l’an prochain par les clubs de water-polo.

JPEG - 422.1 ko

« Grâce au Cercle, on espère un jour faire accéder nos jeunes filles au haut niveau, en Pro A voire aux Jeux Olympiques pour les plus talentueuses », confie Julie Eissen, vice-présidente du Cercle 93 et présidente du Cercle des nageurs noiséens. « Et les nouveaux équipements constituent une chance extraordinaire pour atteindre cet objectif ».

S’il est trop tôt pour prédire l’effet des futures piscines sur les performances des adhérent·e·s, les encadrant·e·s des clubs de natation prévoient tous une augmentation de leurs affilié·e·s dans les prochaines années. Les grands chantiers liés aux Jeux de 2024 devraient en effet permettre de développer les pratiques aquatiques et nautiques des habitant·e·s, qu’ils·elles soient sportif·ve·s aguerri·e·s ou simple amateur·e·s des joies de l’eau. Un objectif qui reste prioritaire dans un département où un enfant sur deux ne sait pas nager à son entrée en 6e.

à lire aussi
Handisport Bondy

Joue-la comme Bondy pour le cécifoot

Mercredi 16 septembre, le Bondy Cécifoot Club a fait les présentations officielles : ce tout premier club de foot pour non et mal-voyants en Seine-Saint-Denis, qui va connaître ses premiers championnats cette année, vient combler un manque manifeste dans le département en matière de handisport. A quatre ans de Jeux paralympiques qui se dérouleront en partie en Seine-Saint-Denis, l’offre sportive s’enrichit.

Aménagement urbain JOP 2024

La Seine-Saint-Denis défend son projet olympique

Jeudi 10 septembre, plusieurs élus de Seine-Saint-Denis ont alerté sur un possible « détricotage » des installations des Jeux olympiques de 2024 pour le territoire. Alors que deux réunions importantes du Comité d’organisation des Jeux approchent, plusieurs rumeurs tenaces indiquent en effet que le département pourrait perdre plusieurs épreuves olympiques dont la natation, affaiblissant par là-même aussi le volet héritage.

Rugby Bobigny

Les Louves commencent par un couac

Le retour à la compétition de l’équipe première féminine de l’AC Bobigny Rugby, après l’interruption due au coronavirus, a été quelque peu gâché par la lourde défaite 3-16, subie dimanche à domicile face à Romagnat. Sans être franchement inquiètes, les Louves devront se ressaisir rapidement dans une formule qui laisse peu de place à l’erreur.